14.07.2017, 00:01  

Pas de hausse des tarifs en vue

Abonnés
chargement
L’organe de l’Union des transports publics responsable des questions tarifaires, CH-Direct met en œuvre  le principe de renoncer autant que possible à des hausses de prix à l’avenir.

 14.07.2017, 00:01   Pas de hausse des tarifs en vue

Par Pierre-André Sieber

TRANSPORTS - Après une augmentation de 3% en décembre 2016, les prix des transports publics resteront stables pour l’année 2018.

Pareille nouvelle ne tombe pas tous les jours. La branche des transports publics renonce au niveau national à une augmentation des prix en 2018. L’organe de l’Union des transports publics (UTP) responsable des questions tarifaires, CH-Direct, va même au-delà: il met en œuvre le principe de renoncer autant que possible à des hausses de prix à l’avenir.

Pareil renoncement n’est...

Pareille nouvelle ne tombe pas tous les jours. La branche des transports publics renonce au niveau national à une augmentation des prix en 2018. L’organe de l’Union des transports publics (UTP) responsable des questions tarifaires, CH-Direct, va même au-delà: il met en œuvre le principe de renoncer autant que possible à des hausses de prix à l’avenir.

Pareil renoncement n’est pas sans conséquences. Il faut en effet compenser l’augmentation du prix du sillon, autrement dit la capacité d’infrastructure requise pour qu’un train puisse circuler à une certaine heure d’un lieu à un autre. Même avec la hausse de 3% appliquée depuis décembre 2016, la branche n’a pas pu totalement compenser l’augmentation des coûts d’entretien de l’infrastructure ferroviaire.

Carte dégriffée

«A l’avenir également, les transports publics doivent rester compétitifs face aux autres modes de transport, et demeurer abordables et attrayants pour tous leurs clients», commente CH-Direct. L’organe de l’UTP annonce dès septembre 2017 la mise en vente de la carte journalière dégriffée via les canaux de vente en ligne et mobile. Au prix de 29 francs et avec un délai minimal de 30 jours, elle sera proposée également aux usagers sans abonnement demi-tarif. Dès le changement d’horaires 2017, cette nouvelle offre sonnera le glas de la carte 9 heures et des rabais sur les cartes journalières en multipack. S’il est un observateur qui se réjouit du renoncement à la hausse des prix du billet, c’est bien Stefan Meierhans. Monsieur Prix tempère toutefois son optimisme. Après l’annonce de la hausse de 3% l’an passé qui avait fait rouspéter plus d’un usager, Stefan Meierhans était passé aux actes. Il avait conclu un accord à l’amiable avec l’UTP, comprenant un rabais sur l’abonnement général.

Pour mémoire, au changement d’horaire 2016/2017, le prix de l’abonnement général 2e classe avait augmenté de 205 francs, soit une hausse de 5,6%, pour atteindre 3680 francs.

Un rabais en sursis

«Nous avions convenu d’un rabais pouvant aller jusqu’à 185 francs par personne durant un an pour l’abonnement général», explique le Surveillant des prix. «Le détenteur de l’abonnement général normal 2e classe profite désormais d’un rabais de 100 francs. Mais cet accord arrive à échéance à fin janvier 2018. Du coup, je vais garder un œil sur ce problème. Nous allons examiner les chiffres que l’UTP va nous fournir pour évaluer l’opportunité de renouveler le rabais sur ce produit.»

Quant à la Fédération romande des consommateurs (FRC), elle se réjouit, mais reste sur ses gardes. «L’absence d’augmentation de tarif est un répit bienvenu après une série de hausses», réagit Florence Bettschart, responsable politique et droit à la FRC. «Un renchérissement aurait été très malvenu, car l’an prochain, durant presque deux mois, les usagers des CFF seront pénalisés par la fermeture de la voie entre Lausanne et Puidoux du 7 juillet au 27 août 2018, le tronçon devant être rénové pour permettre le passage des nouveaux trains à deux étages.»

La juriste de la FRC n’exclut pas la possibilité de demander que les CFF offrent des compensations aux détenteurs d’abonnements généraux qui ne pourront pas profiter à plein des prestations, en raison des perturbations provoquées par ces travaux. Pour l’heure, la FRC attend le résultat des négociations qu’entreprendra Monsieur Prix avec l’UTP.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top