17.03.2017, 00:01  

Un Chaux-de-Fonnier à la tête de la Migros dès l’an prochain

chargement
Fabrice Zumbrunnen lors de l’inauguration du nouveau Marin-Centre. C’était en novembre 2011.
Par réd - ats

COMMERCE - Fabrice Zumbrunnen n’est que le deuxième Romand à ce poste.

Pour la deuxième fois de son histoire, Migros sera dirigée par un Romand. L’administration de la Fédération des coopératives Migros (FCM) a désigné Fabrice Zumbrunnen comme président de la direction générale. Agé de 47 ans, le Chaux-de-Fonnier succédera à Herbert Bolliger le 1er janvier 2018, devenant ainsi le plus jeune patron du premier détaillant helvétique.

Herbert Bolliger prendra pour sa part sa retraite le 31 décembre 2017, après treize années «extrêmement fructueuses» passées à la tête du groupe Migros, a écrit hier le numéro un suisse du commerce de détail. Grand connaisseur du géant orange, Fabrice Zumbrunnen dirige depuis cinq ans le département ressources humaines, affaires culturelles et sociales, loisirs de la FCM.

Le Neuchâtelois était cité ces derniers jours dans la presse parmi les favoris à la succession d’Herbert Bolliger, aux côtés du patron de Migros Zurich, Jörg Blunschi, notamment. Titulaire d’un diplôme d’économie d’entreprise obtenu à l’Université de Neuchâtel, il deviendra le deuxième Romand à diriger le détaillant après le Vaudois Pierre Arnold, qui a, lui, œuvré à sa tête de 1976 à 1984.

Expansion dans la santé

Pur produit Migros, Fabrice Zumbrunnen y a entamé sa carrière en 1996 en tant que chef des ventes, puis du marketing et de la logistique de la coopérative régionale Neuchâtel-Fribourg, après un passage à Zoug dans une entreprise de technologies médicales. Dès 2005, il a dirigé l’unité régionale du géant orange. Il a aussi présidé Marin-Centre SA.

«Fabrice Zumbrunnen possède toutes les compétences nécessaires pour succéder à Herbert Bolliger et poursuivre sur la voie de la réussite», s’est réjoui Andrea Broggini, le président de l’administration de la FCM, cité dans le communiqué. «Il saura perpétuer les valeurs fondamentales profondément ancrées dans le groupe Migros», a-t-il ajouté.

Dans le cadre de ses actuelles fonctions, Fabrice Zumbrunnen pilote, outre les ressources humaines, l’initiative culturelle de Migros dite du «Pourcent culturel», ainsi que les activités liées à la santé. Un segment dans lequel le géant orange voit un important relais de croissance.

Etoffant ses activités dans le domaine depuis quelques années, Migros a repris les cabinets de Medbase et les centres de santé Santémed, spécialisés dans la médecine ambulatoire. Le distributeur compte également pas moins de 100 centres de fitness, dont six en Allemagne.

Offensive numérique

Plus récemment, Migros a annoncé l’ouverture de pharmacies dans certains de ses points de vente dès cette année en collaboration avec le grossiste en médicaments thurgovien Zur Rose. La première devrait ouvrir ses portes cet été dans la succursale de la Marktgasse à Berne.

L’initiative constitue aussi une innovation pour le détaillant, celui-ci autorisant pour la première fois une entreprise tierce à s’installer dans ses rayons. Si le succès est au rendez-vous, d’autres pharmacies seront ouvertes dans les grands supermarchés qui ne possèdent pas encore de distribution de médicaments.

L’éternel rival Coop exploite, lui, depuis 2000, 68 pharmacies Vitality avec son partenaire, le groupe pharmaceutique bernois Galenica. Celles-ci ne sont cependant pas intégrées dans les points de vente.

Maîtrisant les enjeux du commerce de détail classique, Fabrice Zumbrunnen a également approfondi la question de la numérisation, note Andrea Broggini. Un approfondissement qui s’est concrétisé avec la plate-forme internet iMpuls, laquelle publie astuces, conseils et contributions rédactionnelles sur le thème de la santé.

Sur son site internet, le géant orange souligne sa volonté de regrouper ses offres et prestations en matière de santé sous la marque iMpuls. En avril dernier, le futur patron de Migros avait laissé entendre que le chiffre d’affaires du secteur santé devrait atteindre 1% de celui du groupe d’ici à cinq ans, soit 270 millions de francs.

Discrétion

A l’image de ses prédécesseurs, le Neuchâtelois du Haut cultive une certaine discrétion. En 2013, il déclarait ainsi à «Migros Magazine» que «l’idée Migros est bien plus importante que ses serviteurs. Je ne pense donc pas qu’il faille vouloir à tout prix résumer Migros à une seule personne, ni qu’une telle ambition fasse sens».

Marié à une musicienne, Fabrice Zumbrunnen est père de deux enfants. Durant ses loisirs, le futur patron de Migros pratique des activités sportives et s’intéresse aussi à la musique, à l’art et à la littérature.

Avant d’entrer en fonction, le Chaux-de-Fonnier doit encore être formellement élu par l’assemblée des délégués. Celle-ci se déroulera le 25 mars prochain. réd - ats


  Vous devez être identifié pour consulter cet article

Top