22.02.2017, 00:01  

Dédoublements en tous genres

Abonnés
chargement
1/2  

 22.02.2017, 00:01   Dédoublements en tous genres

«SPLIT» - Le réalisateur de «Sixième sens», M. Night Shyamalan, est de retour avec un thriller psychologique tendu, qui flirte avec le «survival», le «slasher», l’horreur, le réel et le surnaturel.

M. Night Shyamalan appartient à ces cinéastes qui oscillent entre superproduction et série B. Expérimentant là les frontières de son cinéma d’auteur, le réalisateur américain natif de Pondichéry s’est fait connaître avec «Sixième sens» (1999), un grand succès public où il a démontré son goût pour le paranormal et son talent pour les retournements de situation inattendus.

Orchestrateur mystique

Avec «Incassable»...

M. Night Shyamalan appartient à ces cinéastes qui oscillent entre superproduction et série B. Expérimentant là les frontières de son cinéma d’auteur, le réalisateur américain natif de Pondichéry s’est fait connaître avec «Sixième sens» (1999), un grand succès public où il a démontré son goût pour le paranormal et son talent pour les retournements de situation inattendus.

Orchestrateur mystique

Avec «Incassable» (2000), un thriller fantastique dérivé des comics de super-héros, ou «Phénomènes» (2008), une allégorie postapocalyptique terrassante, le réalisateur s’est imposé comme un grand orchestrateur mystique, capable de faire croire à l’extraordinaire sans jamais noyer ses films sous un fatras de scènes d’action et d’effets spéciaux, dans la lignée spectaculaire mais cinéphile du Nouvel Hollywood. Avec «Split», Shyamalan marie aujourd’hui le grand frisson à la multiplicité du jeu d’acteur dans un thriller sis au fond d’un souterrain.

Trouble dissociatif

Atteint de dédoublement de la personnalité, Barry (James McAvoy), alias Dennis et la vingtaine d’autres personnalités qui prennent systématiquement contrôle de son comportement, est suivi par le docteur Karen Fletcher (Betty Buckley), une psychologue de renom spécialisée dans le trouble dissociatif de l’identité. Tandis qu’elle imagine son patient en rémission, ce dernier séquestre trois adolescentes. Parmi elles, Casey (Anya Taylor-Joy) cache un lourd secret…

Reposant en grande partie sur la performance d’acteur de James McAvoy, «Split» fonctionne grâce aux changements de tics, de tons et de jeu d’un personnage qui inquiète autant le spectateur que ses jeunes victimes. Habile metteur en scène, Shyamalan sait l’importance du découpage pour faire exister sa vingtaine de personnages en un. Toujours doué pour le suspense, il sait aussi doter sa jeune héroïne d’un trousseau de clés bien trop nombreuses pour trouver la sortie du souterrain. Cinéphile, il ne se prive pas de clins d’œil hitchcockiens, telle cette douche impeccable qu’on imagine dégouliner de sang, comme dans «Psychose».

Thèmes rebattus

Déroulant tranquillement le fil du récit, le réalisateur enferme ses personnages un à un dans un dédale de couloirs qui lui ouvrent les portes du mélange des genres, du survival au fantastique, pour raconter la «schizophrénie» en recourant à une imagerie monstrueuse, digne de Frankenstein. Réussissant ainsi un thriller sinueux et torturé, Shyamalan se laisse toutefois aller à la simplicité en rebattant en flash-back les thèmes de la maltraitance et des abus sexuels à l’origine du mal. On se serait juste passé de ces détails explicatifs, comme du «twist» final, bancal et humoristique.

trois raisons de voir le film

Caméléon ludique

Véritable caméléon, James McAvoy fait alterner avec une aisance fascinante les 20 personnalités qui composent son personnage.

Découpage schizophrénique

A l’image de son personnage principal, le réalisateur adopte une mise en scène extrêmement bien découpée, qui réunit à merveille les facettes de son film protéiforme.

Vérité scientifique

Basé sur des faits scientifiques «réels», le film relaie les théories selon lesquelles les personnes atteintes de trouble de la personnalité multiple modifient leur physionomie en fonction de leur identité. Intéressant.

de M. Night Shyamalan, avec James McAvoy, Anya Taylor-Joy, Betty Buckley…

Durée: 1h57. Age légal/conseillé: 16/16


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top