29.03.2017, 00:01  

Des mondanités aussi jouissives que tendues

Abonnés
chargement
Un prix Nobel retrouve ses amis au fin fond de l’Argentine…

 29.03.2017, 00:01   Des mondanités aussi jouissives que tendues

Réalisateurs de documentaires sur l’histoire politique de l’Argentine et de fictions cocasses et dérangeantes, Mariano Cohn et Gastón Duprat travaillent en commun depuis 25 ans. Reconnus depuis «L’homme d’à côté» (2009), une comédie à suspense sur l’altérité sociale qui se sert habilement de l’architecture de la Maison du docteur Curutchet de Le Corbusier, les cinéastes complices reviennent avec «El...

Réalisateurs de documentaires sur l’histoire politique de l’Argentine et de fictions cocasses et dérangeantes, Mariano Cohn et Gastón Duprat travaillent en commun depuis 25 ans. Reconnus depuis «L’homme d’à côté» (2009), une comédie à suspense sur l’altérité sociale qui se sert habilement de l’architecture de la Maison du docteur Curutchet de Le Corbusier, les cinéastes complices reviennent avec «El ciudadano illustre» (titre original), un film incisif sur les différences de classes, le statut social de l’artiste, la légitimité de la célébrité et les enjeux de l’écriture.

Lauréat du prix Nobel de littérature, Daniel Mantovani vit en Europe depuis trente ans. Passant en revue la liste des demandes de conférences ou de lectures dont il fait l’objet, il décide de se rendre en Argentine, dans sa ville natale qui veut le proclamer citoyen d’honneur. Arrivé sur place, l’écrivain renoue avec les habitants de la bourgade, qui sont devenus à leur insu les personnages de ses romans. Alors que des mondanités ringardes se préparent, Mantovani se confronte aux fantômes de son passé…

Portant un regard acéré sur leurs personnages, toutes classes sociales confondues, à commencer par leur écrivain au sommet de la gloire, Mariano Cohn et Gastón Duprat les regardent paradoxalement avec une saine empathie. Avec le concours de l’excellent Oscar Martinez dans le rôle-titre (un des acteurs des «Nouveaux sauvages»), les cinéastes jouent avec la forme du reportage caméra à l’épaule pour produire un effet de réel nécessaire et faire progresser leur récit par glissements progressifs, lui conférant ainsi une tension qui monte crescendo. En résulte un mélange détonnant de cynisme et de générosité, qui pointe de manière universelle les effets dévastateurs de l’ignorance et des jeux de pouvoir. raphaël chevalley

de Mariano Cohn, Gastón Duprat, avec Oscar Martínez, Dady Brieva, Nora Navas... Durée: 1h57. Age légal/conseillé: 16/16


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top