15.03.2017, 00:01  

Eloge implacable de la dignité

Abonnés
chargement
Tout l’art du décalage pour garder espoir.

Auteur d’une œuvre d’une valeur humaine inestimable, le Finnois Aki Kaurismäki a fait savoir qu’il ne ferait plus d’autres films après «L’autre côté de l’espoir». En découvrant son vingtième et hélas peut-être dernier long-métrage, le spectateur éprouvera un immense sentiment de perte, tant ce film dénué de tout pathos procède de la plus grande nécessité.

Habitant Alep, un jeune...

Auteur d’une œuvre d’une valeur humaine inestimable, le Finnois Aki Kaurismäki a fait savoir qu’il ne ferait plus d’autres films après «L’autre côté de l’espoir». En découvrant son vingtième et hélas peut-être dernier long-métrage, le spectateur éprouvera un immense sentiment de perte, tant ce film dénué de tout pathos procède de la plus grande nécessité.

Habitant Alep, un jeune Syrien a fui la guerre, après avoir perdu toute sa famille, à l’exception de sa sœur, dont il ignore ce qu’elle est devenue. Arrivé dans une ville d’Helsinki très peu hospitalière, Khaled voit sa demande d’asile rejetée, sous le prétexte que la situation en Syrie reste stable. Eludant son renvoi, il croise la route de Wikström, qui vient de quitter sa femme et de liquider son petit commerce de chemises amidonnées pour acheter un restaurant pitoyable…

Sentiment d’empathie

Avec cet humour sec et grave qui n’appartient qu’à lui et en fait l’un des plus grands cinéastes burlesques cachés, le réalisateur du «Havre» enclenche alors une chaîne de solidarité dont les maillons n’ont rien de glamour: petits employés, vieux déclassés, bras cassés, marginaux… Tous s’emploient à aider le proscrit qui n’a commis aucun acte répréhensible, sinon de naître au mauvais endroit.

Flanqué de sa troupe d’acteurs aux trognes toujours aussi peu formatées, s’accompagnant des sublimes chansons chagrines qui émaillent souvent ses films, Kaurismäki réussit à faire naître un mystérieux sentiment d’empathie nous enjoignant de ne pas céder face à l’égoïsme et à l’amertume.

Il y a quelque chose de profondément «chaplinien» dans sa manière de restituer noblesse et dignité à ses personnages, sans pour autant les sanctifier. C’est donc peu dire que le Finlandais à la triste figure a mérité son prix de la mise en scène à Berlin! Vincent Adatte

de Aki Kaurismäki, avec Sherwan Haji, Sakari Kuosmanen, Ilkka Koivula... Durée: 1h38. Age légal/conseillé: 10/14


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour la lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top