05.07.2017, 00:01  

La méchanceté s’essouffle, les Minions n’ont plus la banane

Abonnés
chargement
1/2  

 05.07.2017, 00:01   La méchanceté s’essouffle, les Minions n’ont plus la banane

CINÉMA - Le troisième opus de «Moi, moche et méchant» débarque dans une déferlante de

En 2010, nous avions bien ri au spectacle souvent désopilant des mésaventures d’un nouvel antihéros au nom à consonance vaguement soviétique. Trois ans plus tard, la suite des mésaventures du vilain Gru nous avait encore un brin déridés.

Toujours co-réalisée par le cinéaste d’animation français Pierre Coffin, la troisième mouture de cette franchise à succès produite par une filiale...

En 2010, nous avions bien ri au spectacle souvent désopilant des mésaventures d’un nouvel antihéros au nom à consonance vaguement soviétique. Trois ans plus tard, la suite des mésaventures du vilain Gru nous avait encore un brin déridés.

Toujours co-réalisée par le cinéaste d’animation français Pierre Coffin, la troisième mouture de cette franchise à succès produite par une filiale de la major Universal nous laisse plutôt de marbre, même si elle devrait franchir la barre, impressionnante, des trois milliards de recettes mondialisées, la faute à un scénario rachitique qui se contente de gérer les acquis et n’exerce donc guère nos zygomatiques.

Après des années de méchanceté intensive, Gru a fait amende honorable et semble s’être définitivement rangé des affaires malveillantes. Il coule désormais une vie paisible aux côtés de sa femme Lucie et de ses trois adorables fillettes, jusqu’au jour où il est renvoyé de «La Ligue contre les malfaisants» pour avoir lamentablement échoué à mettre fin aux exactions du détestable Balthazar Bratt, ex-enfant star trop gâté de la télé des années 1980. Perclus de doutes sur le sens de son existence au service du bien, Gru se laisse tenter par Dru, un frère jumeau dont l’apparition aussi inopinée que particulièrement gominée, va rudement mettre à l’épreuve toutes ses bonnes résolutions…

Les Minions sont bien évidemment de la partie. Las, à notre sens, leur prestation très peu inspirée témoigne de l’essoufflement du concept «Moi, moche et méchant», comme si le fait d’avoir obtenu leur propre long-métrage en 2015 avait épuisé toute leur vis comica, bien que ces pilules sautillantes raffolent toujours autant des bananes. Désormais identifiés à une échelle planétaire, leurs borborygmes à répétition font aujourd’hui partie de l’ordinaire de l’animation en série, avis à tous leurs génuflecteurs.

Ici, leurs apparitions intempestives nuisent clairement au développement de l’intrigue principale. Un signe qui ne trompe pas: Pierre Coffin, le créateur facétieux de cette franchise dorée sur la tranche, a annoncé au Festival d’Annecy qu’il souhaitait passer à autre chose, quitte à abandonner ses petites créatures à l’industrie généralisée du cartoon. Pauvres petits! vincent adatte

INFO +

«Moi, moche et méchant 3» de Pierre Coffin, Kyle Balda et Eric Guillon, avec les voix françaises de Gad Elmaleh, Audrey Lamy, David Marsais… Durée: 1h30. Age légal/conseillé: 6/6.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top