19.04.2017, 00:01  

Quand le huitième passager fait des petits

Abonnés
chargement
A la découverte d’une plante dansl’espace.

 19.04.2017, 00:01   Quand le huitième passager fait des petits

Lancée en 1998, la station spatiale internationale tourne très tranquillement autour de la Terre.

A bord de l’ISS, six astronautes de diverses nationalités vaquent à leurs occupations, en état de douce apesanteur. Tout bascule le jour où cet équipage sans histoire est sommé de recueillir un échantillon d’organisme qui vient d’être dégotté sur la planète Mars.

Réceptionnant la capsule...

Lancée en 1998, la station spatiale internationale tourne très tranquillement autour de la Terre.

A bord de l’ISS, six astronautes de diverses nationalités vaquent à leurs occupations, en état de douce apesanteur. Tout bascule le jour où cet équipage sans histoire est sommé de recueillir un échantillon d’organisme qui vient d’être dégotté sur la planète Mars.

Réceptionnant la capsule abritant ce trésor à la valeur inestimable, le docteur David Jordan (Jake Gyllenhaal) et ses équipiers s’empressent de l’étudier «hic et nunc», ainsi que l’exige le protocole de sécurité.

Mis sous cloche, l’organisme en question croît très rapidement, pour devenir une très jolie plante d’aspect inoffensif. Baptisé du doux prénom de Calvin, à la suggestion d’un enfant contacté dans le cadre d’une émission télévisée, le pseudo-végétal comble de bonheur l’équipage, jusqu’au jour où il s’agrippe plus que de raison à la main de l’un de ses zélés examinateurs…

On l’aura deviné, ce «space opera» façon «2001: L’odyssée de l’espace» (1968) se métamorphose subitement en film catastrophe horrifique, lorgnant irrésistiblement du côté d’«Alien: le huitième passager» (1979) de Ridley Scott. Pour espérer survivre, l’organisme extraterrestre doit en effet se nourrir de toute urgence…

Jouant sur le huis-clos déjà très usité de la station spatiale claustrée dans l’espace sidéral infini, «Life: origine inconnue» mène avec efficacité sa course à la survie.

Mais le cinéphile averti ne pourra s’empêcher d’enfiler les références comme sur un collier de perles, tirées des films déjà cités ici, sans oublier «Gravity», «The Thing» ou «Insterstellar»… Des références prestigieuses et, par conséquent, un brin écrasantes. vincent adatte

de Daniel Espinosa, avec Jake Gyllenhaal, Ryan Reynolds, Rebecca Ferguson.

Durée: 1h44. Age légal/conseillé: 16/16


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top