05.04.2017, 00:01  

Tomber sur les Roms à bras raccourcis

Abonnés
chargement
Christian «bobo» Clavier au service d’Ary «chicot» Abittan.

 05.04.2017, 00:01   Tomber sur les Roms à bras raccourcis

Figure de la scène littéraire et médiatique française, marié à une riche héritière déconnectée de la réalité (Elsa Zylberstein), Jean-Etienne Fougerole (Christian Clavier) se considère comme un humaniste de gauche. Auteur d’un nouveau roman qui incite les plus aisés à accueillir chez eux les plus démunis, il participe à un débat télévisé où on lui...

Figure de la scène littéraire et médiatique française, marié à une riche héritière déconnectée de la réalité (Elsa Zylberstein), Jean-Etienne Fougerole (Christian Clavier) se considère comme un humaniste de gauche. Auteur d’un nouveau roman qui incite les plus aisés à accueillir chez eux les plus démunis, il participe à un débat télévisé où on lui reproche de ne pas appliquer les conseils qu’il préconise dans son livre. Piqué au vif, Fougerole accepte de relever le défi pour ne pas perdre la face, et voit débarquer le soir même une famille de Roms devant la porte de sa luxueuse villa de Marnes-la-Coquette...

Rebaptisée «A bras ouverts», un titre politiquement plus correct que le précédent «Sivouplééé!», qui suscita de vives réactions de la part du public avant même la sortie du film, cette comédie poursuit la tentative de dynamitage des clichés amorcée par «Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu?», le précédent long-métrage de Philippe de Chauveron. Triomphe inattendu, ce dernier s’amusait à grand renfort d’humour potache des préjugés religieux, martelant sans finesse les stéréotypes liés aux juifs, aux musulmans et aux chrétiens, sans oublier d’en garder un peu pour la droite conservatrice, incarnée sans difficulté par le même Christian Clavier.

Cette fois-ci, c’est à la communauté rom d’en prendre pour son grade, le réalisateur n’hésitant pas à forcer le trait en dépeignant ses membres comme des opportunistes au physique ingrat, qui se nourrissent de hérissons et s’introduisent dans la vie de leurs hôtes comme de nuisibles suceurs de sang. Très peu subtil, «A bras ouverts» tombe alors à pieds joints dans les pièges qu’il cherche à déjouer, ajoutant une nouvelle pierre à l’édifice des comédies françaises actuelles souvent plus bêtes que méchantes, qui épuisent sans imagination le choc des cultures. raphaël chevalley

de Philippe de Chauveron, avec Christian Clavier, Ary Abittan, Elsa Zylberstein… Durée: 1h32. Age légal/conseillé: 6/12


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top