20.04.2017, 00:01  

«Il est le seul à avoir compris»

Abonnés
chargement
Jean-Luc Mélenchon, lors d’un meeting place de la République.
Par kessava packiry

Jean-Luc Mélenchon, qui appelait en 2012 la France à être un «cratère brûlant», entend cette fois incarner une figure «rassurante» dans un paysage politique bouleversé. Elle pourrait lui permettre de se poser comme un acteur incontournable de la recomposition de la gauche.

Entretien avec Sergio Rossi, professeur d’économie de l’Université de Fribourg. Il fait partie d’un collectif d’une centaine...

Jean-Luc Mélenchon, qui appelait en 2012 la France à être un «cratère brûlant», entend cette fois incarner une figure «rassurante» dans un paysage politique bouleversé. Elle pourrait lui permettre de se poser comme un acteur incontournable de la recomposition de la gauche.

Entretien avec Sergio Rossi, professeur d’économie de l’Université de Fribourg. Il fait partie d’un collectif d’une centaine d’économistes à défendre le programme économique de Jean-Luc Mélenchon.

Avec des confrères issus d’universités du monde entier vous appelez les citoyens français à voter pour Mélenchon, le candidat de «La France insoumise». Pourquoi?

Il est le seul à proposer un programme qui puisse relancer l’économie française. Une économie qui stagne depuis plusieurs années. Appliquer l’austérité, comme le proposent de différentes manières les autres candidats, à un pays qui souffre sur le plan économique ne fera qu’aggraver la situation.

Cela d’autant plus qu’ils envisagent de continuer à privilégier au niveau fiscal les hauts revenus et les grosses fortunes. Jean-Luc Mélenchon a en revanche compris que la solution passait notamment par une augmentation des dépenses publiques (réd: qui devrait ainsi créer des emplois et augmenter le pouvoir d’achat des ménages de la classe moyenne).

Pourtant, le Mouvement des entreprises de France (Medef) fustige la politique économique de Mélenchon...

Il faut nuancer les propos du Medef, mais, d’une manière générale, le mouvement craint pour ses membres. Il a un regard tourné vers les profits à court terme. Or, augmenter les dépenses publiques revient à augmenter les recettes fiscales. Toutefois, cette relance budgétaire profitera aussi aux entreprises tournées vers le marché domestique. Le Medef a par contre raison quant au nationalisme et au protectionnisme prônés par Marine Le Pen: cette fermeture fera davantage de mal à la France qu’autre chose.

Pensez-vous que le programme économique de Mélenchon puisse inciter les Français à voter pour lui?

Il est évidemment très difficile de le dire. On aura un premier signal dimanche. Mais je crains que l’électorat ne se laisse séduire par le plus modéré des candidats. Il pourrait ainsi se tourner vers Macron, qui représente le centre. Mais c’est un centre vide de contenu, sans un vrai programme économique. Lui et les autres candidats, mis à part Mélenchon, ne proposent d’ailleurs aucune ligne claire sur le plan économique: ils suggèrent implicitement d’avancer par simple inertie. En effet, depuis Sarkozy, la France fonctionne ainsi, sans ligne directrice en ce qui concerne sa politique économique. kessava packiry


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour la lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top