20.03.2017, 00:01  

La gauche mobilise à la veille du débat

Abonnés
chargement

 20.03.2017, 00:01   La gauche mobilise à la veille du débat

Par Réd, bma - avec ats

FRANCE - Hamon et Mélenchon ont galvanisé leurs troupes ce week-end.

Jean-Luc Mélenchon en Benoît Hamon ont réuni ce week-end leurs partisans, alors que ce soir se tiendra le premier débat télévisé de la campagne. Les deux candidats de gauche réclament une la VIe République. Une refonte du système politique français.

Le radical, Jean-Luc Mélenchon a réuni samedi des dizaines de milliers de personnes à Paris. Il les a exhortées à...

Jean-Luc Mélenchon en Benoît Hamon ont réuni ce week-end leurs partisans, alors que ce soir se tiendra le premier débat télévisé de la campagne. Les deux candidats de gauche réclament une la VIe République. Une refonte du système politique français.

Le radical, Jean-Luc Mélenchon a réuni samedi des dizaines de milliers de personnes à Paris. Il les a exhortées à «une insurrection citoyenne contre la monarchie présidentielle». Quant à Benoît Hamon, son discours avait surtout pour but de souder et rendre ses repères à un électorat en déshérence, écartelé entre d’un côté le progressisme de Macron et la radicalité de Mélenchon.

Tous deux participeront ce soir au débat télévisé en compagnie de Marine Le Pen, Emmanuel Macron et François Fillon. En effet, seuls les cinq «principaux» candidats, tels que mesurés par les sondages, seront présents.

Exit les «petits» candidats

Cette première dans l’Histoire de la Ve République n’a pas manqué de faire réagir les six «petits» candidats. Samedi soir, Nicolas Dupont-Aignan, candidat du parti souverainiste «Debout la France», a ainsi quitté le plateau du Journal Télévisé de TF1, dont il était l’invité, pour protester contre cette «confiscation du pouvoir».

Malgré ce coup d’éclat, le débat aura bien lieu à 21h et devrait durer environ trois heures. Les prétendants, disposés en cercle, se feront face. Après une courte introduction de chacun, le programme sera découpé en trois séquences thématiques, d’environ cinquante minutes chacune: quel modèle de société pour la France? Quel modèle économique pour la France? Et enfin quelle place pour la France dans le monde?

Même si les candidats ont tenté de relativiser l’enjeu, chacun a conscience qu’il pourrait s’agir d’un tournant dans cette campagne. Pour Mélenchon et Hamon, loin du trio de tête dans les sondages, il faudra crever l’écran pour espérer avoir une chance de remonter la pente. François Fillon, lui, espère faire oublier les affaires en développant un programme qu’il juge plus charpenté que celui de ses adversaires.

Emmanuel Macron, lui, devra faire ses preuves dans ce type d’exercice, dont il est peu familier. Une tâche d’autant plus difficile qu’il pourrait bien se retrouver au centre des attaques de ses adversaires. Enfin, Marine Le Pen devrait concentrer ses tirs contre Macron, manière d’installer déjà un second tour qu’elle espère entre «patriotes» et «mondialistes». Réd, bma - avec ats


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top