21.03.2017, 16:24

Portraits géants des socialistes près du Château

chargement
La bâche avait servi lors des élections de 2013.

 21.03.2017, 16:24 Portraits géants des socialistes près du Château

élections cantonales Les Jeunes socialistes neuchâtelois ont posé une bâche géante avec les portraits des trois conseillers d'Etat socialistes sortants près de l'esplanade de la collégiale. L'installation, pour laquelle aucune permission n'a été demandée, se veut temporaire.

Qui monte à La Collégiale par la rue du Château ne peut pas les louper. Qui? Les trois conseillers d’Etat socialistes neuchâtelois qui briguent leur réélection. Leurs portraits sur une bâche géante ornent le mur de soutènement de l’esplanade de la collégiale.

L’observateur attentif remarque assez vite que ces trois-là n’ont plus tout à fait le même air aujourd’hui, après quelques années d’exercice du pouvoir. Car, oui, comme l'avoue le président des Jeunes socialistes neuchâtelois (JSN), Romain Dubois, ce placard géant date de la campagne 2013.

Rien demandé à personne

"Il y a quatre ans, rappelle-t-il, les JSN avaient fait le tour du canton avec cette bâche en faisant des photos dans des lieux emblématiques. On a juste coupé le bas où figurait la date de 2013 et le slogan d’alors."

L’intention est de laisser l’affiche en place jusqu’au début de la session du Grand Conseil, mardi prochain. Précision: jugeant qu’il s’agit d’un lieu public, les JSN n’ont demandé la permission à personne – et surtout pas au parti cantonal – avant de monter leur bâche, vendredi dernier.


À lire aussi...

vidéoLa Question qui tue avec Monika Maire-Hefti: "Les enseignants ne sont pas des enfants gâtés"La Question qui tue avec Monika Maire-Hefti: "Les enseignants ne sont pas des enfants gâtés"

VidéoLa Question qui tue avec Laurent Kurth: "Mon emploi du temps ne me permet pas d'accueillir une famille de migrants"La Question qui tue avec Laurent Kurth: "Mon emploi du temps ne me permet pas d'accueillir une famille de migrants"

VidéoLa Question qui tue avec Jean-Nat Karakash: "Cette question est triste"La Question qui tue avec Jean-Nat Karakash: "Cette question est triste"

Top