11.07.2017, 00:01  

Des cœurs brisés par une éolienne

Abonnés
chargement
Bettina Oberli a choisi les Bois comme cadre pour son prochain film, «Le vent tourne», qui sera tourné entre août et septembre2017.  Le film nécessitera aussi l’installation d’une éolienne temporaire.

 11.07.2017, 00:01   Des cœurs brisés par une éolienne

Par Lena Wuergler

CINÉMA - «Le vent tourne» de Bettina Oberli sera tourné dans la région des Bois.

La demande de permis de construire a été déposée le 9 juin dernier. Elle concerne la construction d’une éolienne temporaire à La Chaux-d’Abel et émane d’une société genevoise: Rita Productions Sàrl. Soit la maison de production à l’origine du désormais célèbre film d’animation de Claude Barras, «Ma vie de...

La demande de permis de construire a été déposée le 9 juin dernier. Elle concerne la construction d’une éolienne temporaire à La Chaux-d’Abel et émane d’une société genevoise: Rita Productions Sàrl. Soit la maison de production à l’origine du désormais célèbre film d’animation de Claude Barras, «Ma vie de Courgette». «Nous avons fait cette demande dans le cadre du tournage du prochain long métrage de Bettina Oberli, ‘Le vent tourne’, qui se déroulera cet été sur la commune des Bois», explique Michael Guillod, de Rita Productions.

Vent perturbateur

La réalisatrice zurichoise a en effet décidé de venir, pour la première fois, poser ses caméras sur sol romand. Elle souhaite que son film soit francophone, «dans un désir de se lancer dans une nouvelle expérience artistique, d’avoir accès à un autre territoire que le sien en terme de comédiens et de culture, tout en se servant d’une langue qu’elle maîtrise parfaitement», témoigne Antoine Jaccoud dans une note d’intention accompagnant le projet.

L’éolienne, elle, mesurera 18 mètres de haut et sera entièrement démontée à la fin du tournage, en septembre. Cette turbine privative joue un rôle central dans le scénario, puisque c’est à cause d’elle que vont apparaître les premières tensions entre Pauline et Alex, les deux héros du film.

Tout commence quand ce couple de trentenaires décide de reprendre la ferme du père de Pauline, devenu malade à force de travailler avec des pesticides. Les deux amoureux partagent les mêmes valeurs écologiques et veulent transformer les lieux en petite oasis biologique pour vivre en autarcie et en harmonie avec la nature. Mais leur idéal commence rapidement à se faner. «C’est paradoxalement un de leurs projets – l’installation d’une éolienne produisant leur propre courant, censé les rendre indépendants et libres – qui va faire ressentir à Pauline un sentiment d’étroitesse», peut-on lire dans le synopsis de l’histoire.

L’arrivée de Frédéric, l’ingénieur chargé de mettre en place la haute installation, vient en effet perturber les convictions les plus profondes de Pauline, qui en tombe éperdument amoureuse. «‘Le vent tourne’ est d’abord une histoire d’amour, simple, inattendue et intense», résume la réalisatrice dans sa note d’intention. Raconter cette histoire sur fond de question environnementale et d’idéal moral n’est cependant pas anodin et offre plusieurs niveaux de lecture.

«Pauline, Alex et Frédéric incarnent ces êtres qui doivent comme nous dealer avec ce désir de changer un monde qui se fissure et s’essouffle (...), mais ressentent aussi, parfois, la tentation de ne point porter le poids du monde sur nos épaules, le besoin de vivre, autrement dit, le présent – quitte à rire du futur», précise Antoine Jaccoud.

Dans la campagne jurassienne

Si les préparatifs sont déjà en cours, le tournage effectif du film se déroulera du 7 août au 22 septembre prochain. «Notre décor principal sera la ferme de La Petite Chaux-d’Abel, d’autres décors sont encore à définir», fait savoir Michael Guillod. L’objectif de la réalisatrice était de trouver un coin sauvage, isolé de tout. Pour elle, le Jura représente le terrain idéal, «à la fois campagnard, charmant et rude», estime-t-elle dans sa note d’intention. «Le paysage ne doit pas juste servir d’arrière-plan agréable, mais appuyer des sentiments allant de la beauté à la catastrophe. Un huis clos dans un vaste paysage, un ‘Heimatfilm’ moderne.»

«Le vent tourne», produit majoritairement par Rita Productions, mais aussi par la société parisienne Silex Films, aura pour acteurs principaux les Français Mélanie Thierry et Pierre Deladonchamps. Ils seront entourés d’acteurs suisses, comme par exemple Patrick Lapp. Le film sera distribué en Suisse, mais sa date de sortie n’est pas encore connue. Elle devrait survenir dans le courant de l’année 2018.

Présentation des acteurs du projet

Rita Productions Sàrl

Créée en 2003 par Pauline Gygax et Max Karli, à Genève. Elle a produit de nombreux films de réalisateurs helvétiques, comme «Les grandes ondes» de Lionel Baier, «La rançon de la gloire» de Xavier Beauvois, le documentaire «Dirty Gold War» de Daniel Scheizer et, dernièrement, «Ma vie de Courgette» de Claude Barras, long métrage d’animation en stop motion maintes fois primé.

Bettina Oberli

Née en 1972 dans l’Oberland bernois, où elle a grandi, Bettina Oberli s’est formée au cinéma à la Haute Ecole d’art de Zurich (HGKZ) où elle obtient son diplôme en 2000, avant de partir pour Berlin et New York. Elle a notamment réalisé «Im Nordwind», «Les mamies ne font pas dans la dentelle», «La ferme du crime» et «Lovely Louise».

Antoine Jaccoud

Né en 1957 à Lausanne, Antoine Jaccoud a participé à de nombreux films en tant que scénariste, dont Azzuro de Denis Rabaglia, «La bonne conduite» de Jean-Stéphane Bron, «Home» et «L’enfant d’en haut» d’Ursula Meier. Il a déjà collaboré avec Bettina Oberli sur le court métrage «Déposer les enfants».

Mélanie Thierry

Actrice et mannequin française née en 1981, Mélanie Thierry a notamment joué dans «Baby Doll», «Le dernier pour la route», «Comme des frères» et «La danseuse», film pour lequel elle a reçu le César de la meilleure actrice de second rôle en 2017.

Pierre Deladonchamps

Né en 1978, Pierre Deladonchamps apparaît dans les films «L’inconnu du lac» d’Alain Guiraudie, pour lequel il reçoit le César du meilleur espoir masculin en 2014. En 2017, il est nominé pour son rôle de Mathieu dans «Le fils de Jean» de Philippe Lioret.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top