17.03.2017, 00:01  

La part de la BNS fait du bien

Abonnés
chargement
Par ats

Les comptes 2016 du canton du Jura bouclent sur un déficit de 7,4 millions de francs, soit une détérioration de 600 000 francs par rapport au budget. Pour le Gouvernement, ce résultat peut être qualifié de satisfaisant dans un environnement économique morose.

Le total des charges s’élève à...

Les comptes 2016 du canton du Jura bouclent sur un déficit de 7,4 millions de francs, soit une détérioration de 600 000 francs par rapport au budget. Pour le Gouvernement, ce résultat peut être qualifié de satisfaisant dans un environnement économique morose.

Le total des charges s’élève à 910,4 millions de francs et celui des revenus à 903 millions, a annoncé hier le canton du Jura. La dette brute a, elle, légèrement diminué, passant de 317,7 à 316,8 millions de francs.

Dépenses supplémentaires

Les résultats des impôts ordinaires des personnes morales et des personnes physiques correspondent aux estimations malgré les incertitudes conjoncturelles. Ils représentent un montant de 284 millions de francs. Par rapport à 2015, les recettes courantes ont progressé de 0,3%.

Des dépenses supplémentaires, notamment dans les domaines de la santé et du social, ont pu être financées grâce à la poursuite de la mise en œuvre du plan d’austérité Opti-Ma. Pour le Gouvernement, la perspective de nouveaux manques à gagner exige la réalisation complète de ces mesures d’économie.

L’Etat n’a pas dû prélever comme prévu un montant de 9,5 millions de francs de la réserve pour risques conjoncturels. Le versement de la part aux excédents de la BNS, qui n’était pas inscrit au budget par mesure de précaution, et des recettes d’impôts spéciaux plus importantes que prévu lui ont permis de renoncer à cette ponction.

Le canton du Jura a réalisé des investissements pour 75 millions de francs, dont 29 millions à sa charge. Les routes, les bâtiments et les subventions ont absorbé l’essentiel de ces montants.

Le Gouvernement jurassien a annoncé qu’il entendait rester «extrêmement» vigilant dans la gestion des deniers publics ces prochaines années. Il s’attend à des prévisions budgétaires négatives liées à l’évolution conjoncturelle incertaine. ats


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top