13.07.2017, 00:01  

Le cobaye de l’énergie jurassienne

Abonnés
chargement
La commune de Montfaucon servira d’exemple pour les autres communes jurassiennes en matière d’énergie.
Par Lena Wuergler

MONTFAUCON - «Commune pilote» de la future stratégie énergétique cantonale.

Avec l’entrée en vigueur de la nouvelle loi cantonale sur l’énergie, chaque commune jurassienne aura l’obligation de se doter d’un plan d’action en matière énergétique. Afin de faciliter leur établissement, le Parc du Doubs recherchait un volontaire pour servir de «commune pilote». Montfaucon s’est immédiatement portée candidate.

«Les autorités communales sont sensibles à tout ce qui touche à...

Avec l’entrée en vigueur de la nouvelle loi cantonale sur l’énergie, chaque commune jurassienne aura l’obligation de se doter d’un plan d’action en matière énergétique. Afin de faciliter leur établissement, le Parc du Doubs recherchait un volontaire pour servir de «commune pilote». Montfaucon s’est immédiatement portée candidate.

«Les autorités communales sont sensibles à tout ce qui touche à l’énergie et souhaitent montrer l’exemple, non seulement pour les autres communes, mais aussi pour les privés», argumente Gilles Surdez, conseiller communal en charge de l’urbanisme. «Notre commune est idéale car, avec ses quelque 610 habitants, elle est représentative de la majorité des communes du Jura.»

Un squelette de guide

Depuis maintenant plusieurs mois, Montfaucon œuvre à réaliser l’état des lieux de sa consommation électrique et thermique. Pour y parvenir, elle est épaulée, techniquement et financièrement, par les parcs du Doubs et Chasseral, ainsi que par Energie du Jura.

«Nous documentons chacune des étapes du processus», indique Thor Maeder, directeur du Parc du Doubs. «De cette manière, quand cet exercice sera terminé et que le plan d’action sera validé par le canton, nous pourrons approcher les autres communes en leur expliquant comment s’est déroulée l’expérience de Montfaucon.»

Concrètement, les autorités communales ont reçu un guide réalisé par le canton du Jura, qu’elles ont pour mission de tester. «Nous regardons s’il fonctionne, s’il est complet, facile d’utilisation ou non. En fonction de notre expérience, il sera adapté et ensuite utilisé pour les autres communes», explique Gilles Surdez. «Il ne s’agit vraiment que d’un squelette, qu’il s’agira de remplir de chair après son utilisation par Montfaucon», poursuit Thor Maeder.

Montfaucon gagnante

Pour l’instant, la commune a déjà transmis des données sur la consommation électrique des bâtiments communaux et de l’éclairage public. Actuellement, elle s’attelle à établir des certificats énergétiques des bâtiments (CECB), dont la réalisation est financée par le Parc du Doubs.

Comme la nouvelle stratégie cantonale exige que de tels certificats soient, à l’avenir, fournis par toutes les communes, l’opération est intéressante. «L’avantage d’être une commune pilote, c’est que nous sommes aidés financièrement par le Parc du Doubs pour le faire», admet Gilles Surdez. «C’est vrai que cela permet d’obtenir des moyens plus conséquents que pour d’autres démarches», ajoute Thor Maeder. «Mais c’est une étape dont nous avons véritablement besoin, qui permettra à d’autres de gagner énormément de temps.»

Pour l’expérience de Montfaucon, Energie du Jura offre des heures de conseils alors que les deux parcs régionaux apportent une aide financière, à laquelle s’ajoute une contribution des cantons du Jura, Neuchâtel et Berne. Les autorités communales reçoivent aussi des conseils de la société Planair SA à La Sagne.

Au total, le projet «commune pilote» devrait coûter quelques dizaines de milliers de francs. «Quand Montfaucon décidera d’investir dans les infrastructures concrètes, ce sont des montants plus élevés qui devront être engagés», souligne toutefois Thor Maeder. Comme le Parc du Doubs n’a pas la possibilité de contribuer directement à la construction de chauffages à distance, pompes à chaleur ou autre systèmes d’énergie renouvelables, il envisage de lancer un projet de financement participatif pour la pose de panneaux solaires, en collaboration avec les autorités.

L’application de la loi repoussée

Le Parlement jurassien a accepté en 2015 une nouvelle loi sur l’énergie, qui comprend deux changements principaux. «Le premier demande une politique d’exemplarité de la part des autorités publiques, canton et communes, en matière de consommation», nous détaille-t-on du côté du Service de l’énergie. «Le deuxième changement important, c’est l’obligation pour tous les nouveaux bâtiments de répondre à des normes énergétiques précises.»

Si la loi a passé la rampe du législatif sans encombre fin 2015, son ordonnance d’application, elle, donne du fil à retordre aux autorités. Sa mise en œuvre, qui devait avoir lieu le 1er juillet dernier, a été reportée à une date indéterminée, suite à différentes interpellations au Parlement. Pour les opposants au texte, c’est avant tout le caractère contraignant des mesures qui pose problème.

L’ordonnance sera donc probablement soumise à une phase de consultation avant d’être votée au Parlement puis appliquée. Un processus qui peut demander plusieurs mois encore.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top