18.03.2017, 00:01  

Les avantages de rester Bernois

chargement
De gauche à droite, les trois représentants du gouvernement bernois lors de la conférence de presse d’hier à Berne: Christoph Neuhaus, Pierre Alain Schnegg et Bernhard Pulver.
Par ats

BERNE - Le gouvernement cantonal adresse un message orienté aux Prévôtois.

Le gouvernement bernois a dévoilé hier le message aux citoyens de Moutier, en vue du vote du 18 juin sur leur appartenance cantonale. Ce document factuel passe en revue les acquis de la cité prévôtoise dans le canton de Berne et ses perspectives de développement.

«Les autorités cantonales aussi bien que la très grande majorité de la population bernoise invitent nos concitoyennes et concitoyens de Moutier à confirmer l’appartenance de leur commune à notre canton», a déclaré le conseiller d’Etat bernois Pierre Alain Schnegg. L’élu a rappelé que le choix de Moutier est irrévocable.

Les membres de la délégation du Conseil exécutif pour les affaires jurassiennes l’ont répété devant la presse: ils tiennent à la ville de Moutier. «Moutier est bien à sa place», a déclaré le conseiller d’Etat Bernhard Pulver. «Moutier doit rester le cœur du Jura bernois», a renchéri son collègue Christoph Neuhaus.

Avantage du statu quo

Dans leur projet de message concentré sur deux pages, les autorités bernoises assurent la population qu’elles feront tout ce qui est en leur pouvoir afin que Moutier connaisse «un futur sûr et serein». «Voter non le 18juin 2017, c’est préférer un avantage réel à des perspectives incertaines», écrit l’exécutif.

Le Conseil exécutif énumère les avantages dans les domaines de la formation, de la culture, de l’économie et des infrastructures dont Moutier peut se prévaloir dans le canton de Berne. Il constate qu’en tant que ville bernoise Moutier bénéficie d’un hôpital «florissant».

Bonus romand

Pierre Alain Schnegg estime que, vue de l’Arc lémanique, la position bernoise est mal comprise. «Les tenants d’un départ vers le Jura bénéficient d’un bonus de sympathie, le bonus romand.» Le ministre francophone a rappelé que Berne était également un canton romand même si près de 90% de sa population est alémanique.

Aux yeux du gouvernement bernois, il serait dommageable que la dimension romande du canton se retrouve affaiblie par le départ de Moutier. Il estime qu’il pourrait inciter une partie des Alémaniques bernois à accorder moins d’importance à la dimension romande ou à ménager leur soutien aux intérêts de la Suisse occidentale.

Message en trois parties

Le projet de message sera soumis au Conseil du Jura bernois (CJB), l’entité chargée de défendre les intérêts de la région francophone, ainsi qu’à la commission des institutions politiques et des relations extérieures du Grand Conseil. Dès que le gouvernement l’aura adopté, ce document sera remis aux autorités prévôtoises.

Le message comprendra aussi une partie réservée au canton du Jura et une autre au Conseil municipal à majorité autonomiste qui recommande de glisser un oui dans l’urne le 18 juin. ats

Pour clore la Question jurassienne...

«Voulez-vous que la commune de Moutier rejoigne la République et canton du Jura?». C’est la question qui sera posée le 18 juin aux citoyens de la cité prévôtoise. Ce vote marquera la dernière étape d’un processus devant clore la Question jurassienne.

Moutier, avec ses 7700 habitants, constitue un cas à part dans le conflit jurassien. Lors des plébiscites de 1974 et 1975 qui ont abouti à la création du canton du Jura, la ville a choisi son maintien dans le canton de Berne. Mais depuis des décennies, les citoyens élisent des autorités autonomistes.


  Vous devez être identifié pour consulter cet article

Top