14.07.2017, 14:36  

Les anciens abattoirs à La Chaux-de-Fonds, musique d'avenir?

Abonnés
chargement
L'ancienne ferblanterie du complexe des anciens abattoirs. Photo: Christian Galley

La Chaux-de-Fonds - Depuis 1983, on ne compte plus les projets avortés pour les anciens abattoirs de La Chaux-de-Fonds... Et si l'ancienne ferblanterie située sur le site devenait un espace dédié à de petits concerts? Derrière ce projet, une nouvelle association: Esse.

Casino, pôle d'activité de bricolage et de loisirs, archives cantonales, archives photographiques suisses, et on en passe... Ce ne sont pas les projets qui ont manqué pour les anciens abattoirs de La Chaux-de-Fonds depuis plus de 20 ans, mais leur réalisation. Quant au boucher, il a rangé ses couteaux depuis longtemps (2013).

>> A lire aussi: "Un centre d'art contemporain dans les abattoirs"

Et même si l'association culturelle Quartier général et...

Casino, pôle d'activité de bricolage et de loisirs, archives cantonales, archives photographiques suisses, et on en passe... Ce ne sont pas les projets qui ont manqué pour les anciens abattoirs de La Chaux-de-Fonds depuis plus de 20 ans, mais leur réalisation. Quant au boucher, il a rangé ses couteaux depuis longtemps (2013).

>> A lire aussi: "Un centre d'art contemporain dans les abattoirs"

Et même si l'association culturelle Quartier général et la brasserie de la Comète ont sauté sur l'os, le site, classé au patrimoine cantonal depuis 1988, reste largement désincarné. Mais pas sans attrait: l'association Esse aimerait y aménager un espace de concerts.

Ce nouvel acteur culturel regroupe l'ancienne association locloise Alux et celle de la Scierie, qui mettent sur pied depuis des années des concerts dans divers lieux de la ville (surtout des bars), comme le Centre culturel africain, l'Entre-Deux, le LAC, la Machine à trucs ou encore l'Entourloop. Esse a déjà organisé une partie de la dernière Fête de la musique dans la partie laboratoires des anciens abattoirs. 

Dans l'ancienne ferblanterie?

Aux dernières nouvelles, c'est l'ancienne ferblanterie qui pourrait accueillir "moins d'une centaine de personnes pour trois ou quatre concerts par mois", déclare Lionel Jodry, secrétaire de l'association Esse. 

Délégué aux affaires culturelles de la Ville, Cyril Tissot confirme que des "discussions avec l'association Esse sont en cours depuis quelques mois, mais il n'y a encore rien de concret. Il y a un intérêt de notre part à valoriser le site des anciens abattoirs.

Des questions restent en suspens sur le plan technique, et une réponse politique devrait être apportée à l'automne." Mais, dans la situation actuelle, on voit mal comment ce projet pourrait bénéficier de subventions communales... 

Photo: Christian Galley

Pas une véritable salle de concert

Il n'est pas question de construire une véritable salle de concert aux normes, La Chaux-de-Fonds n'en a pas les moyens. A ce stade, "on parle plutôt d'un espace sécurisé à louer, histoire de faciliter la vie à tout le monde", précise le musicien Louis Jucker, qui apporte son concours au projet. L'association Esse imagine pour l'heure un prix d'entrée à la carte pour les concerts. L'idée, c'est de faire vivre une sorte de club musical où le public joue aussi le rôle de bénévole qui s'investit dans la vie de l'association. 

Aux obstacles techniques et financiers, on peut ajouter la question de savoir si La Chaux-de-Fonds a vraiment intérêt à renforcer le rôle culturel, et en particulier musical, des anciens abattoirs: concurrence à Bikini Test? Rappelons que l'institution est financée par la Ville et que l'offre culturelle est déjà foisonnante... "Nous ne serions pas allés plus loin si Bikini ne s'était pas montré favorable", répond Cyril Tissot. 

Photo: Archives SNP

Fréquentation en baisse à Bikini

Les principaux intéressés voient le projet de l'association Esse comme une offre complémentaire, à l'image de la présidente de Bikini Test, Sabine Fischbacher: "Ce serait une bonne chose, nous sommes assez intelligents pour ne pas nous marcher dessus." D'un côté Bikini, avec une "vraie" salle, un calendrier fixe, des groupes d'une certaine envergure, et de l'autre les anciens abattoirs, avec un programme qui laisserait plus de place à l'improvisation. 

Des rumeurs laissent entendre que, financièrement, Bikini n'irait pas si bien que cela... "Ces rumeurs sont totalement infondées. Nos comptes sont équilibrés", réagit la présidente, sans toutefois donner de chiffre. "Attendez l'assemblée générale de septembre." Le seul montant dont elle nous fait part, c'est la subvention de la Ville, qui s'élève à "un peu plus de 50 000 francs".

Sabine Fischbacher admet que "la fréquentation est en baisse. Il faut dire que la programmation était très pointue. A la rentrée, nous proposerons quelque chose de plus éclectique", précise-t-elle, tout en rassurant ceux qui craignent qu'on s'achemine à terme vers un financement participatif pour sauver Bikini Test. 


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !

À lire aussi...

LA CHAUX-DE-FONDSLevain vivant aux anciens abattoirsLevain vivant aux anciens abattoirs

Levain vivant aux anciens abattoirs

La Comète est de retour dans la Métropole horlogère. Le public est invité à fêter l’inauguration de la brasserie...

  27.11.2015 00:01
Abonnés

Top