09.08.2017, 00:01  

Cambrioleur condamné

Abonnés
chargement
Le prévenu forçait les portes-fenêtres.

 09.08.2017, 00:01   Cambrioleur condamné

Des portes-fenêtres forcées, des bijoux ou d’autres objets subtilisés. Pendant sept mois, entre mars et octobre 2016, une bande de trois cambrioleurs a sévi intensivement en ville de Neuchâtel et sur le Littoral. Le butin total est estimé à plus de 60 ...

Des portes-fenêtres forcées, des bijoux ou d’autres objets subtilisés. Pendant sept mois, entre mars et octobre 2016, une bande de trois cambrioleurs a sévi intensivement en ville de Neuchâtel et sur le Littoral. Le butin total est estimé à plus de 60 000 francs, en tenant compte de la valeur a neuf des objets dérobés. Hier, Mehdi*, le seul des trois malfrats à avoir été arrêté, a écopé d’une peine d’un an de prison, dont la moitié avec sursis.

«J’ai fait la connaissance de personnes pas correctes, qui m’ont fait tourner la tête», a expliqué le prévenu à la juge Nathalie Kocherhans par le biais d’un traducteur. Ce Tunisien âgé de 32 ans a quitté son pays il y a un peu plus de deux ans et s’est d’abord établi en France, illégalement. Toujours sans papiers, il est entré en Suisse «en avril ou en mai2016». Comme son statut lui interdisait d’être employé légalement, il a travaillé au noir, effectuant de petits travaux de plomberie ou de peinture. «Mais des fois, je restais un mois sans travail, c’était difficile», a-t-il raconté durant l’audience.

Donner une chance

La procureure en charge de l’affaire, absente lors des débats, avait requis une peine de prison d’un an sans sursis. «Une peine privative de liberté s’impose», a reconnu le défenseur de Mehdi, David Guillaume-Gentil. Mais il a demandé de l’assortir d’un sursis partiel. Il a insisté sur la bonne coopération du prévenu durant l’enquête et a assuré qu’il s’était largement remis en question depuis son entrée en détention préventive, il y a presque six mois. Quant à Mehdi, il a demandé à la juge de lui «donner une chance».

Requête entendue. La juge a estimé qu’une peine avec sursis partiel était appropriée. Elle a rappelé que Mehdi n’avait pas d’antécédent et qu’il avait reconnu les faits. «Et ses regrets semblent sincères.»

Il ne reste donc plus à Mehdi que quelques jours de prison à purger. Vu le risque de fuite, le condamné n’ayant aucune attache en Suisse, la juge a ordonné le maintien en détention jusqu’au terme de la peine. Elle a également prononcé une expulsion du territoire suisse pour une durée de huit ans. Enfin, elle a condamné Mehdi à s’acquitter des frais de justice, qui se montent à 13 000 francs. Le trentenaire, bénéficiant de l’assistance judiciaire, n’est présentement pas en mesure de payer cette somme. La juge: «Si un jour vous gagnez à l’Euromillion, n’oubliez pas la justice neuchâteloise.» nicolas heiniger

*Prénom fictif


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top