28.06.2017, 00:01  

Au revoir à Armand Blaser, bienvenue à Roby Tschopp

Abonnés
chargement
Nommé par le législatif lundi soir, Roby Tschopp (à g.) remplace Armand Blaser, conseiller communal de Val-de-Ruz démissionnaire.

VAL-DE-RUZ - Dernière séance du Conseil général pour le conseiller communal.

Armand Blaser, «un homme intègre», qui s’est engagé «pour des idées de gauche tout en respectant les autres», a relevé le conseiller général Pierre Studer (PS). Comme lui, les élus ont salué le conseiller communal de Val-de-Ruz qui assistait lundi soir à sa dernière séance du Conseil général et qui quittera ses fonctions le 31 ...

Armand Blaser, «un homme intègre», qui s’est engagé «pour des idées de gauche tout en respectant les autres», a relevé le conseiller général Pierre Studer (PS). Comme lui, les élus ont salué le conseiller communal de Val-de-Ruz qui assistait lundi soir à sa dernière séance du Conseil général et qui quittera ses fonctions le 31 juillet. Le responsable de la mobilité, du développement territorial et de la culture, a passé le relais à son remplaçant, l’écologiste Roby Tschopp, nommé tacitement par le législatif.

Pour Armand Blaser, l’émotion était palpable en écoutant les beaux mots de ses collègues.Le politique a été salué, mais également l’homme, «toujours à l’écoute de l’autre», a poursuivi le Vert Alain Lugon.

La culture est «stimulante»

Après plus de cinq ans au sein de l’exécutif, Armand Blaser tire un bilan positif. «Un bon souvenir? En 2014, l’année où je présidais les festivités du Bicentenaire de l’entrée du canton dans la Confédération. La fête avait lieu à Cernier. Tous les cantons étaient représentés, et le conseiller fédéral Didier Burkhalter était là. C’était magique», se remémore Armand Blaser, qui s’était pleinement impliqué dans l’organisation. Agé de 64 ans, cet habitant de Fontainemelon a toujours été attaché à la culture. «C’est stimulant.»

Ses années au Conseil communal ont également été parsemées de moments délicats et de projets ardus à mettre en place. A l’instar du dossier sur la mobilité, un gros défi pour la commune fusionnée. «ça prend du temps d’asseoir une bonne politique des transports publics, sans que ce soit luxueux, mais qui permette de relier les villages entre eux.»

L’un des principaux enjeux pour Armand Blaser a résidé dans la mise en place du plan directeur régional, puis du plan d’aménagement local. «C’est un travail de bénédictin», signale le socialiste en souriant. Et de mentionner la zone du Chillou, à Boudevilliers, comme nouvelle zone d’activité économique, un véritable challenge pour Val-de-Ruz.

«Effort collectif»

Armand Blaser n’est pas le seul à évoquer cette possible zone industrielle. D’après Roby Tschopp aussi, la commune doit compter sur cet endroit stratégique. «En prévision de cette élection, j’ai entamé une formation de gestion publique à Lausanne.» Dans ce cadre, cet habitant de Savagnier prépare un travail personnel et son choix s’est justement porté sur le Chillou. A ses yeux, ce secteur possède un fort potentiel de développement. Et à l’heure où les finances vaudruziennes «ne sont pas des plus sympathiques», il lui semble important de mettre en place des stratégies pour les années à venir.

Là encore, Roby Tschopp estime que tout le monde est concerné. «Il n’y a pas de baguette magique. L’effort doit être collectif» pour améliorer les finances communales.

Pour l’heure, le nouveau conseiller communal ne sait pas encore quels dicastères il dirigera. «Je devrai en discuter demain (réd: aujourd’hui) avec mes quatre collègues du Conseil communal.» Le quinquagénaire considère cependant que «la hausse constante de la population à Val-de-Ruz a un impact sur tous les dicastères». Vu son parcours professionnel polyvalent, Roby Tschopp semble avoir les clés en main.

les travaux à savagnier suscitent le débat

Bien que déficitaires, ce ne sont pas les comptes qui ont suscité le plus de débats, lundi soir, lors de la séance du Conseil général de Val-de-Ruz. En revanche, le crédit de 706 000 francs pour la réfection de la rue des Corbes, de la route de la Tuillière et de la place du Tilleul, à Savagnier, a généré des discussions et même une courte suspension de séance. Estimant le montant trop élevé, la commission de gestion et des finances a proposé de diminuer le crédit à 572 000 francs. Une proposition approuvée par le Conseil général, qui a donc voté le crédit ainsi amendé. Pour sa part, le crédit de 155 000 francs, pour l’élargissement de la route DP25 aux Hauts-Geneveys a été approuvé.

Par ailleurs, les comptes 2016, qui bouclent sur un déficit de 240 000 francs, ont été acceptés à l’unanimité. Le manque aurait dépassé trois millions sans prélèvement dans les réserves. Si la gestion de l’exécutif a été saluée, il n’en a pas été de même pour les décisions cantonales qui pénalisent financièrement la commune.

Egalement à l’ordre du jour, la nomination du bureau. La présidente du législatif, Christine Ammann Tschopp, a laissé la place à Jan Villat.

Enfin, les conseillers généraux ont pris acte du rapport relatif à la réévaluation du patrimoine financier.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top