17.03.2017, 00:01  

Les Verts disent non à la halle d’engraissement de taureaux

Abonnés
chargement
Les travaux de la halle d’engraissement de taureaux ont commencé.

 17.03.2017, 00:01   Les Verts disent non à la halle d’engraissement de taureaux

COFFRANE - Selon le parti écologiste, l’agriculture marque un auto-goal avec ce type de production intensive.

Alors que fin février, les travaux de la plus grande halle suisse d’engraissement de taureaux au lieu-dit Rive, entre Coffrane et Montmollin, ont commencé, les Verts ont manifesté leur désapprobation. Dans un communiqué envoyé hier, ils ont signalé qu’avec avec ce type de production intensive, pourtant légale, «l’agriculture va dans le mur».

D’après les Verts, des réflexions devraient être menées...

Alors que fin février, les travaux de la plus grande halle suisse d’engraissement de taureaux au lieu-dit Rive, entre Coffrane et Montmollin, ont commencé, les Verts ont manifesté leur désapprobation. Dans un communiqué envoyé hier, ils ont signalé qu’avec avec ce type de production intensive, pourtant légale, «l’agriculture va dans le mur».

D’après les Verts, des réflexions devraient être menées pour empêcher de tels projets en Suisse, ce qui impliquerait une modification de la législation fédérale sur le sujet. En outre, ils estiment que si le consommateur accepte de manger ce type de viande, c’est «par manque d’informations».

Alimentation contestée

Le parti écologiste avance de multiples arguments pour contester celle qui sera la plus grande halle d’engraissement de taureaux de Suisse, avec quelque 720 bovins. Ils contestent notamment l’alimentation des animaux, «au maïs, aux céréales et au soja, avec pour résultat des produits de moindre qualité, davantage d’interventions chimiques sur les sols pour produire ce maïs et davantage d’interventions médicamenteuses pour maintenir les animaux en santé».

Leur place est dans le pré

Les Verts désapprouvent ce type d’engraissement qui demande un recours systématique aux antibiotiques. De cette façon, la viande des taureaux se trouvera appauvrie en Oméga, contrairement à la viande des bovins ayant mangé de l’herbe et de la luzerne. Ces ruminants demandent à être nourris principalement d’herbe. Leur place est dans le pré, où ils peuvent profiter de l’air frais, plutôt que de «tourner dans une halle bétonnée».

Le parti écologiste fait également remarquer que ce genre de production «sert avant tout aux grands distributeurs, qui s’empresseront de l’estampiller ‘de la région’, tout en imposant une pression supplémentaire sur les producteurs contraints de toujours plus baisser leurs prix». afr


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top