08.03.2017, 00:01  

Des commerçants du Vallon lancent un site de vente en ligne

chargement
Freddy Zompa, fondateur de Youpaq, présente la nouvelle plateforme de vente en ligne, au discount ABC de Travers.

VAL-DE-TRAVERS - Cinq commerces débarquent sur la plateforme Youpaq.com.

Le frigo est vide mais pas le temps d’aller faire des courses? Depuis hier, une équipe de commerçants du Val-de-Travers propose une solution: un site commun de vente en ligne. Un petit tour sur internet, quelques clics et il n’y a plus qu’à aller chercher son panier complet, préalablement payé en ligne, au point de livraison – en sortant du travail par exemple.

Présenté hier aux médias, le projet regroupe le Discount ABC de Travers, la boucherie Bohren et la boutique Cadeau région, à Couvet, la boulangerie-confiserie fleurisane le Guilleri et la fromagerie Chez la Danièle des Bayards, ainsi que les distillateurs Thierry Racine et Philippe Martin.

Ce projet est porté par une jeune entreprise vaudoise Youpaq, qui fournit une plateforme où les commerçants de proximité peuvent créer un magasin en ligne (lire ci-dessous). A eux ensuite de s’organiser en réseau pour proposer, notamment, un point de retrait commun pour toutes les courses effectuées dans la région, explique le fondateur de Youpaq, Freddy Zompa.

«Concurrencer Le Shop»

Soutenus par la commune de Val-de-Travers, ces commerçants ont ainsi lancé le deuxième réseau local de la plateforme Youpaq.com, quelques mois après une première expérience à Bulle (FR) et alors que d’autres commerces sont en train de franchir le pas – dont notamment le shop Raboud, à Corcelles. Avec, au Vallon un «hub» (ou point de livraison) au discount de Travers, point central du dispositif.

«L’atout numéro 1 du projet, c’est de nous permettre de concurrencer les sites en ligne comme Le Shop, de jouer à armes égales avec eux», explique Claude Jaccard, patron du Discount ABC. Pour le commerçant, il s’agit de ne pas rater le train en gare. Selon lui, ce type de commerce, encore marginal mais en progression, est appelé à se développer et «une fois le train parti, c’est une opportunité ratée», estime-t-il. «On ne va pas perdre de clients habituels, mais on devrait en toucher des nouveaux.»

Avec une boulangerie, une boucherie, une fromagerie, un généraliste et une boutique de produits du terroir, le réseau vallonnier propose un assortiment plutôt complet. «Lorsqu’on ‘ouvre’ un réseau dans une ville, on essaie d’avoir le plus de choix possible», explique Mélina Wilfling, responsable communication et marketing de Youpaq.

Autre participant au projet, le distillateur Philippe Martin est référencé comme fournisseur et, théoriquement, pourrait le devenir pour tous les commerces qui rejoindront la plateforme. «Je vais être proactif et m’approcher des commerces. Ce sont des opportunités en plus.»

Lancé l’automne dernier, le projet bullois n’a pour l’heure pas encore décollé, admet Mélina Wilfling. Toutefois, la commune de Val-de-Travers et les commerçants régionaux veulent y croire. «Nous sommes convaincus du potentiel de la plateforme», note le conseiller communal Frédéric Mairy, dont les services ont alloué un petit coup de pouce financier aux commerçants.

Plus de 5000 articles annoncés dans le réseau

Sur internet, le site Youpaq.com recense pour l’heure deux réseaux – Bulle et Val-de-Travers – et cinq commerces isolés, à Corcelles, Givisiez (FR), La Tzouma (VS), Vevey et Yverdon (VD). Selon le fondateur Freddy Zompa, d’autres réseaux devraient naître prochainement dans le canton de Vaud. Après avoir sélectionné la zone géographique qui l’intéresse, l’utilisateur – qui doit créer un compte pour passer commande – peut choisir ses articles parmi l’assortiment numérisé – soit 5376 articles annoncés pour le réseau vallonnier.

«On a le choix de faire ses achats et d’aller les retirer à chaque magasin. Ou de les faire rassembler tous au même endroit, au hub, le discount ABC», explique Freddy Zompa. Une fois son panier rempli, le moment du retrait est laissé à choix de l’utilisateur. Le paiement se fait en ligne, aujourd’hui essentiellement avec des cartes de crédit, mais «on devrait prochainement introduire le paiement par Postcard ainsi que les nouvelles méthodes de paiement comme l’Apple Pay.»

Une fois la commande passée, le commerçant la reçoit sur son PDA, un gros téléphone loué par Youpaq, et peut se mettre à préparer la commande et, cas échéant, à la convoyer au hub. «Le délai minimum entre la commande et le moment du retrait est laissé au choix du commerçant. En général, tout le monde travail à J+1, soit les commandes prêtes le lendemain.» Un système d’étiquetage doit permettre de ne pas se tromper en moment de préparer les paniers.

Une commande au magasin – où le commerçant n’a qu’à préparer la commande – est une prestation gratuite pour l’utilisateur, alors que le rassemblement de toutes les courses au hub est facturé six francs. Le système Youpaq est toutefois payant pour le commerçant, lequel doit s’acquitter d’une licence, de la location du matériel et d’une redevance sur le volume d’achats traités.

Pour les commerçants, il s’agit désormais de faire connaître cette nouvelle offre à leur clientèle. Freddy Zompa, lui, imagine déjà des prochaines extensions: avec des nouveaux points de vente ou de nouveaux produits – aujourd’hui essentiellement de la nourriture et des objets proches.

Il imagine aussi de nouveaux points de livraison privatisés, tels que des entreprises. Celles-ci pourraient ainsi offrir la prestation à leurs employés, qui n’auraient pas besoin d’aller faire leurs courses en sortant du travail. Des livraisons à domicile sont aussi envisagées. De même, des points de retrait pourraient débarquer dans les stations de ski, de manière que les vacanciers aient tout directement à disposition en arrivant.


  Vous devez être identifié pour consulter cet article

Top