21.04.2017, 00:01  

La fée verte déclinée en peintures

Abonnés
chargement
1/6  

 21.04.2017, 00:01   La fée verte déclinée en peintures

MÔTIERS - La Maison de l’absinthe présente une nouvelle exposition temporaire.

«Quand Fabrice Hérard, du Musée de Pontarlier, nous a proposé d’exposer des œuvres de lycéens, j’étais sceptique. Mais quand je les ai vues, wouah!» Directeur de la Maison de l’absinthe, Yann Klauser a vite été conquis par le travail de 27 jeunes gens du Lycée Xavier Marmier, à Pontarlier. Aux côtés d’œuvres d’artistes francs-comtois confirmés, ces tableaux sont présentés...

«Quand Fabrice Hérard, du Musée de Pontarlier, nous a proposé d’exposer des œuvres de lycéens, j’étais sceptique. Mais quand je les ai vues, wouah!» Directeur de la Maison de l’absinthe, Yann Klauser a vite été conquis par le travail de 27 jeunes gens du Lycée Xavier Marmier, à Pontarlier. Aux côtés d’œuvres d’artistes francs-comtois confirmés, ces tableaux sont présentés jusqu’en février prochain à Môtiers, dans le cadre de l’exposition temporaire «Absinthe sur toiles».

Ces toiles de lycéens ont été réalisées en 2015 en vue des Absinthiades, la fête de la bleue de Pontarlier, où elles ont été exposées. «Nous avions sollicité le professeur Nadi Tritarelli pour qu’il travaille avec ses élèves sur un projet pédagogique autour de l’absinthe», se remémore Fabrice Hérard, du Musée de Pontarlier. «C’était une démarche plutôt gonflée, puisque nous avons demandé à des élèves de travailler sur une boisson alcoolisée. Mais pour nous, c’était avant tout une approche patrimoniale et historique.»

«Les lycéens avaient des contraintes pour leur travail. Le format, les couleurs et l’obligation d’intégrer du texte, essentiellement des poèmes», indique Julie Matthey, coordinatrice de l’exposition à la Maison de l’absinthe. Le résultat est une vingtaine de toiles dans des tons verts, avec des motifs qui reviennent régulièrement. «L’absinthe a ses codes, ses formes et ses ambiances», remarque Fabrice Hérard.

Une toile géante

A la tête de la collection, les Amis du Musée de Pontarlier ont également prêté d’autres œuvres au musée môtisan. On retrouve ainsi trois tableaux de la Bisontine Martine Letoublon et plusieurs créations du graffeur Benjamin Locatelli, conçues à nouveau pour les Absinthiades. Ce dernier, connu au Val-de-Travers notamment pour sa fresque des Bourbaki, aux Verrières, ne s’est pas arrêté là, puisqu’il a réalisé quelques œuvres originales pour l’exposition de Môtiers. La plus remarquable est une toile de huit mètres sur deux, exposée dans le puits de lumière central de la bâtisse.

Cet ensemble d’œuvres montrent «que l’absinthe dans l’art, ce n’est pas réservé au 19e siècle», estime Julie Matthey. S’il n’y a que des artistes français au menu, ceci est surtout dû à la provenance du prêt. Toutefois, ce fait met en lumière «les excellents rapports entre Môtiers et Pontarlier», note la responsable adjointe de la Maison.

Une Maison de l’absinthe qui cherche aussi à impliquer son public: une grande toile blanche est au centre de l’exposition. Les visiteurs sont invités à y dessiner ou à y écrire ce que l’absinthe leur inspire.

INFO +

«Absinthe sur toiles»:

A la Maison de l’absinthe, Grande-Rue 10, à Môtiers. Du 21 avril 2017 au 25 février 2018. www.maison-absinthe.ch


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top