02.03.2017, 00:01  

Les pêcheurs du Val-de-Travers au chevet de leurs rivières

Abonnés
chargement
Toni Calame et les pêcheurs de la Haute-Areuse sont en train d’organiser deux journées de nettoyages  de la rivière et de ses affluents.

NATURE - Une double opération de nettoyage de l’Areuse est en préparation.

Entre deux prises, les pêcheurs du Val-de-Travers font régulièrement de fameuses trouvailles dans les eaux de leurs rivières fétiches. «Des vélos, des trottinettes surtout, mais on voit aussi des caddies de la Migros ou des bennes à déchets verts», liste Toni Calame, le président de la Société de la Haute-Areuse. D’où une idée qui a germé depuis plusieurs années...

Entre deux prises, les pêcheurs du Val-de-Travers font régulièrement de fameuses trouvailles dans les eaux de leurs rivières fétiches. «Des vélos, des trottinettes surtout, mais on voit aussi des caddies de la Migros ou des bennes à déchets verts», liste Toni Calame, le président de la Société de la Haute-Areuse. D’où une idée qui a germé depuis plusieurs années dans la tête du jeune président: organiser un grand nettoyage de l’Areuse et de ses affluents que sont le Buttes, le Fleurier, le Sucre ou le Bied.

Alors que les pêcheurs viennent de retrouver les berges, hier, à l’occasion de la réouverture officielle de leur sport, le grand coup de balai est prévu pour avril, puis pour août. «L’idée première, c’était de ramasser tout ce qui est au fond de la rivière», explique l’initiateur du projet Toni Calame. Une opération plus facilement réalisable à l’été, lorsque l’eau est basse et plus chaude et les berges fauchées.

Les berges, puis le lit de la rivière

Avant ce gros morceau – prévu le 26 août avec des dates de secours en septembre –, les pêcheurs ont voulu faire d’une pierre deux coups en s’occupant également des berges. «Nous voulons aussi redorer notre image, il y a quelques pêcheurs qui abandonnent leurs déchets fils de pêche ou boîte de vers dans la nature», remarque le Covasson.

Ce premier travail est prévu pour le 8 avril prochain, avec des dates de secours en cas de crues. A cette période, il est exclu d’entrer dans l’eau, puisque «les ombres sont en reproduction». Une petite trentaine de bénévoles déjà annoncés – tant des ados que des retraités – auront alors pour mission de ramasser tous les détritus amoncelés sur les rives. En août, environ deux fois plus de bénévoles devront être sur le pont. Beaucoup sont d’ailleurs encore recherchés.

Pour mener à bien la mission qu’ils se sont donnée, les membres de la Haute-Areuse peuvent s’appuyer sur plusieurs entités qui les soutiennent dans leur démarche, tels que la commune de Val-de-Travers, le Service faune-forêt-nature du canton ou encore des plongeurs locaux. Des soutiens rapidement obtenus: «Dès que j’ai parlé du projet, tout le monde a été partant», note Toni Calame.

Initiative «très positive»

A la commune, «on voit ces initiatives très positivement», remarque Christian Mermet, le conseiller communal qui a suivi le projet. Alors qu’une séance de travail est agendée prochainement, Val-de-Travers a déjà promis un soutien matériel aux pêcheurs et pourrait prendre en charge le traitement des déchets récoltés. «L’idée, ce n’est pas de fournir du personnel, mais du matériel dont les bénévoles auront besoin, comme un camion, des bennes, voire un treuil, avec les compétences nécessaires pour leur utilisation», indique l’édile. Un soutien de la protection civile est aussi esquissé.

Christian Mermet espère également que cet engagement bénévole au chevet de la rivière renforcera le respect de la population vis-à-vis du cours d’eau. «Quand quelque chose est très propre, on y met moins de cochonneries», remarque l’élu. «Ce d’autant plus que lorsque ce sont des privés qui s’y mettent, les gens ont souvent davantage de respect pour leur travail que pour celui de nos cantonniers par exemple, ce qui est dommage.»

D’ici août, Toni Calame et ses collègues auront eu le temps d’effectuer quelques plongées avec masques et tubas pour identifier les zones où il y aura le plus de travail.

INFO +

Renseignements et inscriptions (pour le mois d’août):

auprès de Toni Calame: toni.calame@outlook.com


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour la lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top