11.07.2017, 00:01  

Mystérieux pilleurs sur un site archéologique

Abonnés
chargement
Près d’un mètre cube de terre a été retourné lors de cette fouille illégale, ce qui a endommagé le site.

 11.07.2017, 00:01   Mystérieux pilleurs sur un site archéologique

VAL-DE-TRAVERS - Des fouilles illégales ont été menées à la grotte des Plaints, au-dessus de Couvet.

Près d’un mètre cube de terre retournée dans l’un des sites archéologiques les plus importants du canton. Voilà ce qu’a découvert avec effroi un collaborateur de l’Office cantonal du patrimoine et de l’archéologie jeudi dernier, lors d’une visite à la grotte des Plaints. Cette caverne, située en dessus de Couvet, «est un site extraordinaire, presque intact», indique l’archéologue...

Près d’un mètre cube de terre retournée dans l’un des sites archéologiques les plus importants du canton. Voilà ce qu’a découvert avec effroi un collaborateur de l’Office cantonal du patrimoine et de l’archéologie jeudi dernier, lors d’une visite à la grotte des Plaints. Cette caverne, située en dessus de Couvet, «est un site extraordinaire, presque intact», indique l’archéologue cantonale Sonia Wüthrich «C’est un peu notre deuxième Cotencher», ajoute la spécialiste, faisant référence à la fameuse cavité située dans les gorges de l’Areuse.

«Cette grotte se trouve dans un endroit extrêmement pentu, elle est presque inaccessible. Ce n’est pas juste du vandalisme. On assimile ça à du pillage», développe Sonia Wüthrich. Les «fouilles clandestines», selon les termes utilisés dans le communiqué de la police neuchâteloise diffusé hier, sont extrêmement regrettables d’un point de vue scientifique. Mais si elles ont causé «une dégradation regrettable de la substance archéologique», elles sont heureusement limitées. «De nombreux endroits sont encore intacts, il reste de quoi faire.»

Pas d’effraction

L’accès de la grotte des Plaints est pourtant protégé par une grille. Mais en raison du jeu entre le cadenas et la chaîne censés maintenir la grille fermée, il est possible de passer en se faufilant, note l’archéologue cantonale. Le ou les pilleurs ont donc pu pénétrer dans la caverne sans effraction.

Sonia Wüthrich ne connaît pas d’autre exemple d’une fouille illégale d’une telle ampleur dans le canton. «En général, les gens sont plutôt respectueux.» En revanche, elle note que des actes similaires avaient été commis il y a deux ans dans les Franches-Montagnes, dans une caverne près de Saint-Brais.

Lors des premières fouilles menées entre 1952 et 1962, 1400 dents d’ours des cavernes avaient été découvertes à la grotte des Plaints, à côté d’ossements d’autres espèces comme le cerf élaphe, le bouquetin, le chamois, le sanglier ou la marmotte. nhe

INFO +

Appel à témoins:

Toute personne pouvant fournir des informations est priée de contacter la police neuchâteloise (032 889 90 00) ou le poste de gendarmerie de Fleurier (032 889 62 27).


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top