12.05.2017, 00:01  

Une alliance inédite dans le dossier énergétique

Abonnés
chargement
Anouk Fischer, Thierry Ray et Pierre Hainard au Chapeau de Napoléon. Pour des raisons différentes,  les Travers du Vent et l’UDC s’opposent à la stratégie énergétique 2050.

VAL-DE-TRAVERS - Un comité réunit l’UDC et les Travers du vent en vue du 21 mai.

C’est une alliance de circonstance qui a été présentée hier au Val-de-Travers. Sous l’étiquette du «Comité vallonnier pour une politique énergétique raisonnable» se retrouvent l’UDC régionale et les membres de l’association des Travers du vent, dont le conseiller général Vert de Val-de-Travers Thierry Ray. Opposés au sujet du parc éolien de la Montagne de Buttes, les deux groupes se...

C’est une alliance de circonstance qui a été présentée hier au Val-de-Travers. Sous l’étiquette du «Comité vallonnier pour une politique énergétique raisonnable» se retrouvent l’UDC régionale et les membres de l’association des Travers du vent, dont le conseiller général Vert de Val-de-Travers Thierry Ray. Opposés au sujet du parc éolien de la Montagne de Buttes, les deux groupes se sont trouvés un combat commun, celui contre la Stratégie énergétique 2050, soumise au vote du peuple suisse le 21 mai prochain.

La conférence de presse se déroulait au Chapeau de Napoléon, «un lieu qui n’a pas été choisi par hasard», a relevé le président des Travers du vent Thierry Ray, en opposition avec son parti sur cet objet de vote. «C’est un lieu touristique réputé qui serait fortement impacté par les projets éoliens que favoriserait la nouvelle loi», faisant référence aux projets éoliens de la Montagne du Buttes et du Mont-de-Boveresse, mais aussi aux projets vaudois, proches de la frontière neuchâteloise.

Le comité de l’association voit dans la stratégie un blanc-seing pour l’éolien. «mille éoliennes sont nécessaires en Suisse pour la stratégie 2050», note Anouk Fischer, membre des Travers du vent. Laquelle regrette surtout qu’«avec la nouvelle loi, un projet éolien sera considéré comme d’intérêt national», sa réalisation étant ainsi facilitée. «Des zones de tranquillité naturelle seront urbanisées, aboutissant à un ‘viol’de la nature», complète Thierry Ray.

«Toutes les sources»

Chez les alliés d’un jour, le discours est différent. «Nous ne sommes pas contre les éoliennes, mais nous ne pouvons pas nous reposer uniquement sur elles», a expliqué le député Pierre Hainard. «Comme ingénieur, l’efficacité énergétique, c’est d’utiliser toutes les sources d’énergie de manière raisonnée.» Le caractère intermitent de l’énergie éolienne rend obligatoire «une nouvelle Grande Dixence» pour permettre de «stocker» de l’énergie et la réinjecter aux heures de pointes.

Pas de retour de veste donc, puisque l’UDC avait, pour l’heure, toujours soutenu le projet de la Montagne de Buttes. «Nous pouvons être pour un projet éolien. A condition de placer intelligemment des éoliennes, en faisant des pesées d’intérêt», remarquent d’une même voix Pierre Hainard et Loïc Frey, président de la section vallonnière.

Pour les alliés de circonstances, «un non le 21mai permettra de renvoyer la copie aux auteurs de la stratégie». Et Thierry Ray de demander à ce que «l’on fasse davantage confiance aux ingénieurs» pour prévoir la suite. «Toute technologie a des avantages et des inconvénients. Laissons la porte ouverte aux nouvelles technologies, y compris nucléaire, si elles sont sans risque», conclut Pierre Hainard.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top