08.03.2017, 00:18

Le SHCC vise un retour au premier plan

Abonnés
chargement
1/10  

 08.03.2017, 00:18 Le SHCC vise un retour au premier plan

STREET-HOCKEY Le club chaux-de-fonnier est ambitieux à l’approche des séries, alors que son nouveau terrain sort de terre.

Sur le bitume fraîchement posé, on devine l’emplacement futur des bandes. Les dalles de béton qui supporteront les bancs de touche et la table de chronométrage sont en place. Derrière la mythique tribune Abegglen du Stade de la Charrière, à La Chaux-de-Fonds, le nouveau terrain du Street-hockey Club La Chaux-de-Fonds (SHCC) sort de terre (lire ci-dessous). Une surface que...

Sur le bitume fraîchement posé, on devine l’emplacement futur des bandes. Les dalles de béton qui supporteront les bancs de touche et la table de chronométrage sont en place. Derrière la mythique tribune Abegglen du Stade de la Charrière, à La Chaux-de-Fonds, le nouveau terrain du Street-hockey Club La Chaux-de-Fonds (SHCC) sort de terre (lire ci-dessous). Une surface que les joueurs de la Métropole horlogère pourront fouler dès la saison prochaine. En LNA si possible.

Relégué administrativement en LNB en 2015 en raison de la non-conformité de son terrain de Bellevue, le club occupe actuellement la deuxième place du classement, avec deux points de retard (mais un match en moins) sur le leader Martigny. Deux journées de saison régulière sont encore au programme avant le début des choses sérieuses : les play-off.

Objectif LNA

«Jusqu’à maintenant nous réalisons une belle saison, malgré l’élimination en demi-finale de la Coupe de Suisse contre Martigny, avec une belle équipe. Sur le papier, nous avons clairement un contingent de LNA, avec 25 (!) joueurs dans l’effectif, et avons pu intégrer des juniors. Pour cette fin de saison régulière, l’objectif est d’aller chercher la première place du classement, afin d’avoir l’avantage du terrain en play-off. Ensuite, la préparation ‘d’enfer’ réalisée avec le coach sportif Olivier Panizza doit nous apporter un plus en séries, où nous viserons clairement le titre», explique Brian Jutzi (28 ans), président et deuxième meilleur buteur du SHCC. Les bons résultats du club, le déblocage du dossier du terrain et une moyenne de 100-150 spectateurs par match à domicile ont permis au comité de trouver des sponsors «assez facilement». Une chose suffisamment rare de nos jours pour être signalée.

Une équipe équilibrée

Top-scorer chaux-de-fonnier avec ses 40 points, Antoine Grandjean n’occupe «que» la septième place du classement des meilleurs buteurs de LNB. Un désavantage pour un prétendant au titre ? «Non, c’est clairement un gros avantage, car nous possédons trois lignes qui peuvent marquer, et une quatrième en devenir. Par contre, comme la responsabilité de marquer est répartie entre nos lignes, parfois certains joueurs peuvent avoir tendance à se reposer sur les autres», expose Gregory Ferrington (32 ans), entraîneur-joueur du SHCC (lire ci-dessous).

Au moment de sa relégation administrative en 2015, le club avait reçu une promesse de «promotion facilitée» de la Ligue en cas d’évolution positive du dossier du terrain. Théoriquement donc, «avec la construction de la nouvelle surface de jeu à La Charrière, une demi-finale en play-off devrait nous suffire pour être promus en LNA. Mais nous voulons monter ‘à la loyale’, prouver que nous méritons notre place dans la catégorie supérieure. Nous n’avons pas à nous cacher», expose Brian Jutzi.

Inaugurer le nouveau terrain en LNA serait une jolie récompense pour le club chaux-de-fonnier.

Englishman in La Tchaux

Il est né à La Chaux-de-Fonds et y joue au street-hockey, mais Gregory Ferrington (photo David Marchon) a officiellement le même statut que le footballeur Wayne Rooney ou le rugbyman Dylan Hartley: il est international anglais! Une possibilité offerte grâce à la nationalité de son père.

«En 2005, j’ai passé six mois en Angleterre. Ils étaient en train de mettre un championnat en place. J’ai intégré la sélection nationale, avec 4-5 entraînements annuels sur place, avant de décrocher en 2007. En 2014, ils ont fait de la pub pour effectuer des essais. J’y suis allé et j’ai été retenu après deux sessions effectuées avec une cinquantaine de joueurs.»

Les championnats du monde (30 mai-10 juin 2017 à Pardubice, en République tchèque) se profilent pour ce professeur d’informatique indépendant. «Le street-hockey est en plein développement en Angleterre, mais cela reste très amateur, ce pays est un Petit Poucet dans ce domaine par rapport à la Suisse.» Mais alors, pourquoi ne pas porter le maillot rouge à croix blanche? «Parce que je suis trop mauvais!», rigole le capitaine Chaux-de-Fonnier. «Le niveau est élevé en Suisse, il est presque impossible d’y être sélectionné en jouant en LNB. Et puis, j’ai fêté ma première sélection avec l’Angleterre.»

«Un petit miracle»

Relégué administrativement en LNB en 2015 en raison de la non-conformité de son terrain de Bellevue, le Street-hockey club La Chaux-de-Fonds (SHCC) pourra compter dès la fin du printemps sur une nouvelle surface de jeu, aux normes internationales, située à côté du Stade de La Charrière. La sortie du tunnel est donc toute proche, et évoluer en LNA ne serait plus un problème la saison prochaine.

«Les travaux ont débuté en octobre 2016 et reprendront à la fin de l’hiver. La moitié du travail a déjà été effectuée», explique le président-joueur du SHCC, Brian Jutzi. «Les premières discussions avec la Ville de La Chaux-de-Fonds avaient débuté en 2010, au moment de notre promotion en LNA. En raison des difficultés financières de la Ville, le projet de nouveau terrain avait été retiré du budget pendant deux ans. Mais notre relégation administrative et la récolte de 2500 signatures en 2016 (réd: dans une cité de 39 000 habitants!) avaient mis une certaine pression. En août, après une séance du Conseil général, j’ai reçu un coup de téléphone de la Conseillère communal Katia Babey (réd: responsable de la jeunesse, des affaires sociales, des sports et de la santé). Grâce à la diminution des dépenses prévues pour la construction de la crèche Le Corbusier, nous pouvions obtenir un crédit», détaille Gregory Ferrington, entraîneur-joueur du SHCC.

«C’était un petit miracle!», s’exclame Katia Babey. «Sans cela, le club aurait pu se retrouver en première ligue. Ils ont une super équipe, de super réseaux, ils en veulent. Leur engagement fait plaisir et ils ont mérité ce nouveau terrain.»

Estimé à 800 000 francs dans son entier (avec vestiaires et toiture), le projet a donc pu débuter grâce à un crédit de 341 000 francs et à l’aide symbolique du club (40 000 francs) et de la Ville du Locle (35 000 francs). La LoRo-Sport Neuchâtel apportera également sa contribution, à hauteur de 10% du crédit une fois les travaux terminés. Pour les vestiaires, il faudra encore patienter. Mais avant, il y a une promotion à obtenir… sur le terrain.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top