08.03.2017, 00:01  

Swiss Olympic donne son feu vert à Sion 2026

Abonnés
chargement
Jean-Philippe Rochat (à gauche), président du comité de Sion 2006 et Jürg Stahl, président de Swiss Olympic, sont sur la même longueur d’onde.

 08.03.2017, 00:01   Swiss Olympic donne son feu vert à Sion 2026

Par ATS

JO D’HIVER - Les dirigeants du sport sont convaincus par le projet.

L‘aventure olympique continue pour Sion 2026. Le Conseil exécutif de Swiss Olympic a estimé hier que le projet remplissait les critères en vue d’une éventuelle candidature helvétique pour les JO. Dans les quatre cantons concernés, la joie règne.

Le dossier valdo-valaisan, qui s’appuie également sur les cantons de Fribourg et Berne, était sans rival depuis le...

L‘aventure olympique continue pour Sion 2026. Le Conseil exécutif de Swiss Olympic a estimé hier que le projet remplissait les critères en vue d’une éventuelle candidature helvétique pour les JO. Dans les quatre cantons concernés, la joie règne.

Le dossier valdo-valaisan, qui s’appuie également sur les cantons de Fribourg et Berne, était sans rival depuis le 12 février et l’échec devant le peuple du projet grison.

Il lui restait toutefois à convaincre les dirigeants du sport suisse, histoire de poursuivre son long chemin vers les Jeux d’hiver 2026. C’est chose faite, et il revient désormais au Parlement du sport de valider cette décision, le 11 avril lors d’une assemblée extraordinaire.

Task force convaincue

«Nous avons été séduits par le projet Sion 2026. Il satisfait les critères que nous avions établis. Et selon nous, il a les qualités pour convaincre aussi bien en Suisse que sur la scène internationale», a commenté Jürg Stahl, président de Swiss Olympic, devant la presse à Ittigen (BE).

Pour prendre sa décision, le Conseil exécutif de Swiss Olympic s’est basé sur le rapport d’une task force. Celle-ci est arrivée à la conclusion que le dossier «Sion 2026. Les Jeux au cœur de la Suisse» était suffisamment «solide» afin de poursuivre le processus, et qu’il disposait d’un «véritable potentiel».

Selon la task force, le projet s’appuie sur des infrastructures majoritairement existantes. Cela permettrait d’obtenir des Jeux «à taille humaine» avec un budget «raisonnable», a-t-elle relevé. L’aspect multirégional, l’expertise des régions concernées pour l’organisation de compétitions sportives ou le désir de profiter des JO pour repositionner le tourisme ont aussi été avancés comme atouts.

Ecueils à franchir

Si le Parlement du sport confirme la décision du Conseil exécutif, Sion 2026 aura encore de nombreux écueils à franchir. Il s’agira notamment de convaincre Berne, en préparant pour juillet une note de discussion pour le Conseil fédéral. Des référendums pourraient aussi avoir lieu dans les différents cantons concernés.

Si Sion 2026 passe tous ces obstacles, le dépôt officiel d’une candidature suisse auprès du CIO aura lieu durant le deuxième trimestre 2018. L’élection de la ville hôte est, programmée pour l’été 2019.

Président du comité de candidature Sion 2026, Jean-Philippe Rochat s’est réjoui du feu vert reçu hier. «C’est un pas important», a-t-il souligné. «Il ne faut toutefois pas tomber dans le triomphalisme. Il faudra convaincre le Parlement du sport, puis surtout la population», a-t-il ajouté.

Dans les quatre cantons concernés, les milieux politiques sont satisfaits qu’une première étape importante a été franchie. Quant au Conseil fédéral, il estime que cet événement peut être très porteur pour le sport, l’économie et la société suisses. Swiss Olympic a déjà posé les bases du budget: 24 millions de francs seraient financés à parts égales par Swiss Olympic, la Confédération et les régions concernées. Le Valais s’est engagé à hauteur de quatre millions, Vaud et Berne pour un million chacun, Fribourg pour 500 000 francs et les privés pour 500 000 francs également. ATS


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top