03.04.2017, 00:01  

Brillant numéro solitaire de Philippe Gilbert

Abonnés
chargement
Par Ats

Philippe Gilbert a remporté avec panache le 101e Tour des Flandres. Le Belge s’est imposé après un numéro solitaire de plus de 50 kilomètres. Il faisait partie des outsiders, mais peu de monde le voyait se lancer dans un tel raid, entamé à 55 km de l’arrivée dans la deuxième des trois ascensions du Vieux Quaremont. «Quand j’ai vu...

Philippe Gilbert a remporté avec panache le 101e Tour des Flandres. Le Belge s’est imposé après un numéro solitaire de plus de 50 kilomètres. Il faisait partie des outsiders, mais peu de monde le voyait se lancer dans un tel raid, entamé à 55 km de l’arrivée dans la deuxième des trois ascensions du Vieux Quaremont. «Quand j’ai vu que j’étais seul, j’ai demandé ce que je devais faire. Mais je n’ai pas eu de réponse», explique le Liégeois, qui s’est lancé alors dans une offensive de grande ampleur, rarissime en pareille circonstance.

Maillot de champion de Belgique sur les épaules, soutenu par une foule en délire, Gilbert n’a jamais craqué. Il a longtemps maintenu son avance autour de la minute, avant de perdre un peu de terrain. Cela ne l’a pas empêché de franchir la ligne avec une marge confortable de 29’’ sur un trio, réglé au sprint par le Belge Greg van Avermaet devant deux Néerlandais, Niki Terpstra et Dylan van Baarle.

Pour s’imposer, Gilbert a aussi profité des mésaventures de ses rivaux. A commencer par celles du tenant du titre Peter Sagan, tombé à 17 km de l’arrivée alors qu’il tentait de revenir sur le Belge. Le Slovaque, coupable d’avoir longé de trop près une barrière, a cassé son vélo. «Je n’ai pas compris ce qui s’est passé, si c’était de ma faute ou si c’était à cause d’un élément extérieur», relève Sagan, contusionné sur le côté droit (épaule, hanche). Sur la foi des images TV, il semble que le vainqueur sortant, frôlant le public, a accroché une barrière en roulant sur la bande de roulement, à côté des pavés.

Dans sa chute, Sagan a aussi entraîné Van Avermaet, l’autre grand favori du jour. Le Belge a pu repartir plus rapidement que le Slovaque, mais il a perdu trop de temps pour rejoindre Gilbert. «La chute a été déterminante. Je pense qu’on avait les moyens de revenir», estime le leader de BMC.

A bientôt 35 ans, Gilbert couronne ainsi une riche carrière. Champion du monde en 2012 et vainqueur de quasiment toutes les grandes classiques, le Wallon n’avait toutefois jamais triomphé sur le Tour des Flandres, le rêve absolu pour tout coureur belge. Il faut dire qu’il avait été privé du «Ronde» depuis 2012 lorsqu’il évoluait chez BMC, l’équipe américano-suisse préférant l’aligner sur d’autres épreuves. Il a fallu son transfert cette année chez Quick Step pour qu’il puisse retourner sur cette course qu’il chérit tant.

Comme attendu, les cinq Suisses en lice se sont contentés du rôle d’équipier. Le trio de BMC – Stefan Küng, Silvan Dillier, Martin Elmiger – s’est notamment mis au service de Van Avermaet avant que la course ne s’emballe dans les 50 derniers km. A l’arrivée, le meilleur d’entre eux a été Küng, classé au 41e rang à 3’30 du vainqueur. Ats


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour la lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top