27.02.2017, 00:01  

Marc Dubois content de son record, moins de la distance

chargement
Il a manqué 663 mètres à Marc Dubois pour atteindre les 49km qu’il espérait atteindre.
Par granges, Julián Cerviño

Perclus de crampes, Marc Dubois descend de son vélo samedi sur le coup de 19h45 à Granges: «Je suis content d’avoir repris le record, mais pas vraiment de la distance parcourue». A deux pas de lui, Micah Gross, qui avait dépossédé le Jurassien de sa marque le 22 mars 2016 en couvrant 48,255 km, félicite son rival. Le coureur du Team Humard vient de reprendre son record suisse de l’heure avec 48,337 km, soit 82 m de mieux que le Bernois. C’est bien, mais...

«Mon objectif était 49 km», finit par avouer Marc Dubois (31 ans). «Les tests effectués à l’entraînement m’avaient permis d’envisager cette distance. J’avais prévu d’accélérer sur la fin, mais j’ai un peu buté dans les dernières minutes.» Avec une position modifiée (plus horizontale) et un cintre plus étroit (30 cm), le rouleur des Breuleux avait adopté un développement différent avec un 51x14, au lieu d’un 50x14 en 2015 lors de sa première tentative qu’il avait terminé avec 48,199 km (138 m de mieux cette fois).

De la peine à tenir la ligne

Ces changements peuvent expliquer l’amélioration du record de Marc Dubois et, peut-être aussi, le fait qu’il n’ait pas atteint les 49 km. «La différence de braquet a pesé sur la fin», lâchait-il en dissertant avec l’ex-professionnel Christophe Moreau venu l’encourager. «Je savais que ce ne serait pas simple à gérer, mais c’était un risque à prendre et je le referai ainsi si je devais le refaire.» Cette fois, il a toujours été en avance sur l’ancien record de Micah Gross, en roulant longtemps sur une moyenne de 48,6 km, mais il a fini par ralentir logiquement sur la fin.

Préparé par Daniel Wyder, coaché par son pote Laurent Beuret, massé et suivi mentalement par le Chaux-de-Fonnier Nicolas Jubin, Marc Dubois a aussi été gêné par un détail qui n’en est pas un: les boudins placés dans les virages pour délimiter la zone bleue à ne pas franchir. «Cela m’a perturbé, je n’avais pas roulé avec ça à l’entraînement», confiait-il. «J’ai eu de la peine à tenir ma ligne.» Et cela fait vite quelques mètres de perdus quand on vire plus de 380 fois.

Ensemble en poursuite?

Tout cela démontre que le Jurassien possède certainement une marge de progression dans cet exercice. Malgré les encouragements de ses supporters (environ 200 personnes ont assisté à sa deuxième tentative), le coureur amateur du Team Humard n’est pas certain de remettre ça. «Deux c’est assez, trois c’est trop», soupirait-il. «Je ressens quand même la satisfaction d’avoir battu le record une nouvelle fois et j’ai beaucoup appris cette fois. Mais ce genre de défi demande beaucoup d’investissements, je ne suis pas sûr de le refaire. Pour l’instant, je vais me reposer avant de reprendre l’entraînement en vue de ma saison sur route (en élites nationales) que je débuterai en avril.» Avec, peut-être, le Tour du Jura à Delémont du 9 septembre à l’horizon.

Pour sa part, Micah Gross pourrait lui se relancer. «Je n’avais pas prévu de retenter ma chance, en voyant Marc Dubois battre mon record, ça me titille un peu. C’est intéressant comme challenge», avouait le Bernois. En attendant, les deux rivaux pourraient disputer ensemble le championnat de Suisse de poursuite par équipes. C’est du moins la proposition émise par Marc Dubois à Granges. Comme quoi, deux amateurs peuvent être unis par un même défi. granges, Julián Cerviño


  Vous devez être identifié pour consulter cet article

Top