08.04.2017, 00:01  

Un congé qui passe par l’Enfer

Abonnés
chargement
Tom Boonen sera leader de l’équipe Quick Step, demain, dans l’Enfer du Nord.

 08.04.2017, 00:01   Un congé qui passe par l’Enfer

Par ats

CYCLISME - Tom Boonen raccrochera demain après Paris - Roubaix, qu’il rêve de remporter une cinquième fois.

Quand le départ de la 115e édition de Paris - Roubaix sera donné, il attirera tous les regards. Le Belge Tom Boonen (36 ans), le plus prolifique chasseur de classiques à côté de Fabian Cancellara dans les 25 dernières années, disputera demain la dernière course de sa carrière.

Une semaine après le Tour des Flandres, c’est avec Paris -...

Quand le départ de la 115e édition de Paris - Roubaix sera donné, il attirera tous les regards. Le Belge Tom Boonen (36 ans), le plus prolifique chasseur de classiques à côté de Fabian Cancellara dans les 25 dernières années, disputera demain la dernière course de sa carrière.

Une semaine après le Tour des Flandres, c’est avec Paris - Roubaix, la troisième des cinq grandes classiques de l’année, appelées dans le jargon cycliste les cinq «monuments», qu’il bouclera une carrière de seize ans. Une série de courses qui a largement servi les appétits de Cancellara et Boonen. Ils en ont chacun remporté sept de ces épreuves hors normes. Seuls six coureurs comptent plus de victoires dans ces classiques qui ont plus de cent ans d’histoire.

Boonen a disputé mercredi sa dernière course professionnelle sur les routes de son pays à l’occasion du GP de l’Escaut. Tout au long du parcours qui passa même chez lui à Balen, ce ne fut qu’encouragements et bravos pour le coureur de la Quick Step. Il ne lui était pas possible de se concentrer pour la victoire ce jour-là. Alors il a joué l’équipier de Marcel Kittel, vainqueur à Mol.

Van Avermaet en favori

Il en ira différemment demain sur Paris - Roubaix. Le rôle de leader lui incombera. Boonen aimerait bien boucler sa carrière par un cinquième succès sur les pavés du Nord. Il deviendrait ainsi l’unique recordman de victoires, honneur qu’il partage encore avec son compatriote Roger de Vlaeminck, qui remporta à quatre reprises la course de l’Enfer du Nord dans les années 1970.

Au sein de l’équipe Quick Step, Boonen ne pourra pas compter sur le soutien de Philippe Gilbert, qui a préféré renoncer à s’aligner, se préservant – officiellement – pour les Ardennaises. Mais le dernier vainqueur du Tour des Flandres a vite compris qu’il ne pourrait pas jouer sa carte face à Boonen et qu’il valait mieux récupérer quelques forces. Boonen bénéficiera tout de même des services du Néerlandais Niki Terpstra (vainqueur en 2014) et du Tchèque Zdenek Stybar (deuxième en 2015 derrière l’Allemand John Degenkolb).

L’an dernier, Boonen n’était pas passé loin d’une cinquième victoire après 2005, 2008, 2009 et 2012. Dans un sprint de cinq coureurs, il avait terminé deuxième derrière l’étonnant Australien Mathew Hayman. Il en avait ressenti une grande déception.

Le grand favori reste tout de même un autre Belge. Le champion olympique Greg van Avermaet de l’équipe americano-suisse BMC. Battu dimanche en Flandres après avoir été entraîné dans une chute par le champion du monde Peter Sagan, van Avermaet veut sa revanche. A 31 ans, il est en grande forme et il lui tarde de remporter un premier «monument». Il sera épaulé par deux des quatres Suisses au départ, Stefan Küng et Martin Elmiger. De leurs côtés, Reto Hollenstein bossera pour le Norvégien Alexander Kristoff chez Katusha et Gregory Rast se mettra à la planche pour Degenkolb chez Trek.

Peter Sagan, vainqueur l’an dernier au Tour des Flandres, n’a jamais pu encore s’imposer sur les pavés du Nord. Le champion du monde slovaque semble encore touché par sa mésaventure survenue dans les barrières du «Ronde» dimanche. «Je ne me sens par encore trop bien», relève Sagan. ats


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top