20.04.2017, 00:41

Barcelone ne réussit pas une nouvelle «remuntada»

Abonnés
chargement
Alex Sandro (à droite) ne lâche pas Lionel Messi. Le Barça n’a pas trouvé l’ouverture au Camp Nou.

 20.04.2017, 00:41 Barcelone ne réussit pas une nouvelle «remuntada»

Par ats

FOOTBALL La Juventus jouera les demi-finales de la Ligue des champions après son 0-0.

La Juventus n’a pas cédé le moindre pouce de terrain au FC Barcelone et s’est qualifiée pour les demi-finales de la Ligue des champions. Les Turinois, largement vainqueurs 3-0 à l’aller, ont défendu le 0-0 dans un Camp Nou qui voulait tant croire encore une fois en l’impossible.

Cela semblait une évidence, c’est devenu un fait: non, la Juve...

La Juventus n’a pas cédé le moindre pouce de terrain au FC Barcelone et s’est qualifiée pour les demi-finales de la Ligue des champions. Les Turinois, largement vainqueurs 3-0 à l’aller, ont défendu le 0-0 dans un Camp Nou qui voulait tant croire encore une fois en l’impossible.

Cela semblait une évidence, c’est devenu un fait: non, la Juve n’est pas le PSG. Gianluigi Buffon n’est pas Kevin Trapp pas plus que la charnière Bonucci-Chiellini n’est l’axe Thiago Silva-Marquinhos. Alors quand en plus Lionel Messi n’est pas tout à fait Lionel Messi (un tir cadré en sept tentatives), aucune chance pour que se produise le miracle bis.

Barcelone avait pourtant empoigné la partie comme six semaines plus tôt face au PSG, en attaquant sans relâche. Sauf que l’équipe de Massimiliano Allegri (Lichtsteiner sur le banc) n’a pas plié – désormais près de neuf heures sans prendre de but en C1! – et qu’elle a réussi à faire ce dont les Parisiens s’étaient montrés incapables, à savoir garder la tête froide en toutes circonstances. Tant et si bien que ce sont les Barcelonais qui ont parfois perdu leurs nerfs, gaspillant une énergie précieuse à se plaindre auprès de l’arbitre.

Signal d’alerte

Il faut se garder d’aller trop vite en besogne et de prédire à ce Barça que certains pensent en fin de cycle un avenir immédiat difficile. Car il s’agit d’une institution. Car il dispose de plusieurs joueurs parmi les meilleurs au monde. Car se faire éliminer par la Juve est tout sauf honteux.

Mais les dirigeants catalans vont devoir se pencher sérieusement sur la suite des opérations après cette deuxième élimination consécutive en quarts de finale. Un signal d’alerte pour un club qui avait été présent dans le dernier carré six ans de suite, sept fois en huit ans entre 2008 et 2015 (trois sacres).

Pour Luis Enrique, l’enjeu n’est pas là. L’entraîneur, on le sait, quittera son poste au terme de la saison et ne sera plus concerné par le futur blaugrana. Il lui reste cependant encore une «remuntada» à effectuer, en Liga, pour empêcher le Real Madrid de lui ravir la couronne nationale.

Hasard du calendrier, c’est ce dimanche qu’est programmé le dernier Clasico de l’exercice, dans la capitale. Avec trois points de retard malgré un match en plus, à six journées de la fin, le Barça ne peut pas se permettre de perdre à Santiago-Bernabeu. Parce qu’une victoire en Coupe d’Espagne (finale contre Alaves le 27 mai) comme seul trophée en 2016-2017 ne suffirait à personne en Catalogne. ats

monaco confirme face au borussia dortmund

Monaco s’est qualifié comme prévu pour les demi-finales de la Ligue des champions. A domicile, le leader de la Ligue 1 a battu Borussia Dortmund 3-1, après avoir déjà gagné 3-2 à l’aller.

Les espoirs des visiteurs allemands se sont évaporés en un peu plus d’un quart d’heure. Le temps pour les attaquants Mbappé (3e) et Falcao (17e) d’exploiter les largesses défensives de l’arrière-garde du Borussia. Même si Dortmund a réagi en seconde période par Reus (48e), l’issue de cette double confrontation n’a pas été remise en question. Et Germain, quelques secondes après avoir relayé Mbappé, pouvait inscrire le numéro trois (81e).

Roman Bürki, coupable sur l’ouverture du score avec un renvoi devant lui sur une frappe de Mendy, a mal entamé son match avant de se racheter. Mais le portier suisse ne pouvait rien sur le 2-0 inscrit de la tête par Falcao, laissé bien seul dans la surface pour reprendre un centre de Lemar. Thomas Tuchel avait beau modifier son système avant même la demi-heure avec l’entrée de Dembelé, l’ASM tenait son os.

Pour la première fois depuis 2004, Monaco s’invite donc dans le dernier carré de la Ligue des champions. Avec son enthousiasme, sa jeunesse et la science tactique de son entraîneur Leonardo Jardim, la formation de la Principauté fait souffler un vent de fraîcheur et de renouveau bienvenu dans une élite du football européen trop souvent figée. Les Monégasques témoignent d’une efficacité remarquable au Stade Louis-II cette saison. En 27 matches devant leur public, ils ont fêté la bagatelle de 24 victoires...


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top