26.06.2017, 00:01  

«L’objectif, désormais, c’est la NHL»

Abonnés
chargement
Une étoile est née. Le Valaisan de 18 ans rejoint des stars telles que Connor McDavid, Patrick Kane, Sidney Crosby, Alexander Ovechkin, Rick Nash,  Joe Thornton ou encore Mario Lemieux dans la caste très sélecte des joueurs repêchés en No 1 lors de la draft de NHL.

HOCKEY SUR GLACE - A quelques heures de sa présentation aux médias du New Jersey, Nico Hischier revient sur son repêchage historique en première position par les Devils.

Nico Hischier change de statut. A 18 ans, il intègre une dimension que peu de sportifs suisses ont connue jusqu’à ce jour. Au lendemain de son repêchage en première position par les Devils du New Jersey, le Valaisan a pris la direction de Newark avec ses parents et sa sœur. En avion parmi Monsieur et Madame Tout-le-Monde? Détrompez-vous! Le...

Nico Hischier change de statut. A 18 ans, il intègre une dimension que peu de sportifs suisses ont connue jusqu’à ce jour. Au lendemain de son repêchage en première position par les Devils du New Jersey, le Valaisan a pris la direction de Newark avec ses parents et sa sœur. En avion parmi Monsieur et Madame Tout-le-Monde? Détrompez-vous! Le voyage entre l’aéroport international Midway de Chicago et celui de Newark-Liberty a été effectué en jet privé.

Arrivée dans le New Jersey, la famille Hischier a découvert les vestiaires des Devils. Avant d’assister au derby de football new-yorkais entre les Red Bulls et le City FC (0-2) d’Andrea Pirlo et de David Villa. Aujourd’hui à 9h50, Nico Hischier est attendu à Times Square au NASDAQ pour une séance photo. Une heure plus tard, il rencontrera Ras J. Baraka, le maire de Newark. A 13h enfin, il sera présenté aux médias au Prudential Center, patinoire de 17 625 places où évoluent les New Jersey Devils depuis 2007.

Oui, l’Amérique du Nord et la NHL se sont réveillés samedi matin avec une nouvelle figure emblématique du hockey. Ce week-end, Nico Hischier a incontestablement écrit une nouvelle page d’histoire: pour la première fois depuis la création de la NHL, un joueur suisse a été repêché en première position. Il était 18h14 à Chicago, 1h14 dans la nuit de vendredi à samedi en Suisse, lorsque les dirigeants de New Jersey ont lâché l’identité de celui qu’ils allaient recruter au premier rang. Favori, l’attaquant canadien Nolan Patrick a été retenu en No 2 par les Philadelphia Flyers.

Nico Hischier, réalisez-vous ce qu’il s’est passé ce week-end?

Pour tout vous avouer, je suis sans voix, comme vendredi, lorsque j’ai entendu mon nom. Je n’y crois pas encore. C’est un sentiment indescriptible qui m’habite aujourd’hui. Je crois que mes pulsations n’ont jamais été aussi élevées. Elles étaient en tout cas bien plus hautes vendredi soir que lors de n’importe quel match de hockey que j’ai disputé jusqu’à ce jour.

A quoi avez-vous pensé, justement, quand vous avez entendu votre nom?

J’étais tellement heureux... Je me suis d’abord tourné vers ma maman. Je crois qu’elle pleurait. Il y avait beaucoup d’émotion. Je n’ai pas de mots pour expliquer ce que j’ai vécu sur ce moment. Le partager avec ma famille était juste incroyable.

Vous étiez classé au 26e rang des meilleurs espoirs évoluant en Amérique du Nord en octobre dernier et vous terminez premier choix du repêchage. A quel moment avez-vous senti que vous pouviez aller chercher ce rang?

Je ne me suis pas focalisé sur cet élément. J’ai essayé d’être performant toute la saison avec Halifax. Jamais je n’aurais pensé pouvoir atteindre cette première place. Mais après les Mondiaux M20, j’ai comme eu l’impression que cette possibilité pouvait devenir réelle.

Terminer au premier rang, c’était important pour vous ?

Avant la draft, je disais qu’être repêché au 1er, au 2e ou au 3e rang m’était égal. Mais là, je dois avouer qu’être au premier rang me rend encore plus heureux.

Quitter Berne l’été dernier et rejoindre Halifax était-il le choix le plus judicieux?

Oui, à 100%. Halifax, c’est une organisation de premier ordre qui m’a énormément aidé à me développer.

Votre premier rang est aussi une magnifique reconnaissance pour le hockey suisse…

Oui, il confirme que notre pays effectue un excellent travail avec les joueurs de hockey. J’ai moi-même pu bénéficier d’un incroyable encadrement et de précieux conseils en Suisse.

LNB, LNA, Ligue de hockey junior majeur du Québec et maintenant la NHL. Etes-vous prêt à effectuer le grand saut avec les New Jersey Devils dès la saison prochaine?

C’est dur de répondre à cette question aujourd’hui. Ce qui est certain, c’est que je vais donner mon maximum et travailler très dur pour y parvenir. On en saura davantage après les trois camps d’été avec les Devils.

Que connaissez-vous de cette équipe, justement?

Je n’ai pas étudié l’historique des différentes franchises par lesquelles j’aurais pu être repêché (rires). Mais je sais que Damien Brunner a joué dans cette formation, tout comme Martin Brodeur ou encore Ilya Kovalchuk. Je me suis aussi très bien entendu avec ses responsables et son staff lors des entretiens. Sans oublier que c’est une franchise qui a une riche histoire.

Une équipe qui a remporté trois Coupes Stanley (1995, 2000 et 2003) et qui compte dans ses rangs un autre Suisse, Mirco Müller…

Je le connais évidemment de nom mais pas personnellement. C’est par contre un bon copain de mon frère Luca. C’est spécial de le retrouver.

Jouer en NHL dès la saison prochaine, est-ce votre priorité?

Oui, bien sûr. J’entends, ça a toujours été mon objectif. Aujourd’hui, je veux absolument l’atteindre. Mais avant cela, je dois travailler très fort et faire encore mes preuves.

Parlez-nous de cette photo qui circule sur internet et sur laquelle on vous voit, très jeune, portant le maillot rouge des Devils…

(rires) Cette photo date... J’étais très jeune. Je devais avoir 10 ans, pas plus. Elle avait été prise lors d’un tournoi où chaque équipe portait un maillot d’une franchise de NHL. Là, on était les Devils du New Jersey. C’est assez marrant comme situation quand on voit par qui j’ai été drafté.

Voisard: «L’été s’annonce rude»

Travail foncier Agent européen de Nico Hischier, Gaëtan Voisard n’est pas dupe. S’il sait que retrouver le Valaisan au premier rang du repêchage est exceptionnel, il a également conscience que cela relève beaucoup du «prestige et de l’honneur». Il n’oublie toutefois pas que face à lui se trouvait le Canadien Nolan Patrick. «Les Américains du Nord sont très fiers. Malgré cela, New Jersey n’a pas hésité à se tourner vers Nico. Sa personnalité, sans oublier ses qualités sportives, a fait la différence. En fait, il n’a aucune gêne. Que ce soit sur la glace ou dans la vie de tous les jours. Nico s’est aussi démarqué par son éducation, sa politesse et son humilité.»

Pour Gaëtan Voisard et Allain Roy, agent nord-américain de Nico Hischier, commence à présent un long travail. Un travail de planification. Puis de négociation. «L’été s’annonce rude. Le but, c’est que Nico arrive préparé le mieux possible au pro-camp de New Jersey en septembre où il sera analysé dans les moindres faits et gestes par une vingtaine de personnes», explique Gaëtan Voisard. «Sa préparation se fera en Suisse avec le CP Berne. Mais on va aussi mettre en place un gros travail hors-place. Nico doit prendre du poids.»

Berne ou NHL? Le Valaisan pourrait-il rejoindre la NHL dès la saison prochaine? L’Ajoulot de 44 ans n’a aucun doute à ce propos. «Si on devait estimer ses chances de le voir immédiatement dans cette ligue, je dirais un bon 60%. La NHL, c’est quand même notreobjectifcommun.» Et les 40% restants? «Trente au CPBerne et dix à Halifax.» Le lancer dans la meilleure ligue si tôt ne serait-il pas brûler une étape? «On ne va évidemment pas le pousser mais il a le talent pour jouer là-bas. On a vu lors des Mondiaux M20 qu’il pouvait jouer physique et se montrer agressif. Des personnes comme Craig Button (réd: analyste, ancien scout et manager de NHL) ou Bob McKenzie (journaliste) ont également confirmé qu’il avait sa place dans cette ligue. Et ces deux personnes connaissent plutôt bien le monde de la NHL», sourit Gaëtan Voisard. gc

Festival de Cannes

Réactions Les gestes de félicitations se sont enchaînés sur internet dès l’annonce vendredi et tout au long du week-end. C’est notamment le cas de son club de la saison écoulée, les Mooseheads d’Halifax, de son ancien entraîneur André Tourigny – ancien assistant de l’Avalanche du Colorado et des Senators d’Ottawa – ou encore de Sven Andrighetto et de Talyor Hall, premier choix de la draft 2010 et l’ailier vedette des Devils, qui lui souhaite la bienvenue dans le New Jersey.

Record Dans la nuit de vendredi à samedi, Nino Niederreiter a été dépossédé de son statut de joueur suisse le mieux repêché de l’histoire. Le Grison, qui négocie actuellement une juteuse prolongation de contrat avec le Wild du Minnesota, a été choisi en 5e position en 2010 par les Islanders de New York. «El Nino» s’est dit «heureux et fier» en commentant l’exploit de Nico Hischier. «Et après tout, lesrecords ne sont-ils pas faits pour être brisés?», dira-t-il.

Première ronde En plus de Hischier et Niederreiter, sept autres Suisses ont connu l’honneur d’être draftés en première ronde, soit lors du premier tour de table: Timo Meier (No 9, 2015, San Jose Sharks), Kevin Fiala (No 11, 2014, Nashville Predators), Sven Bärtschi (No 13, 2011, Vancouver Canucks), le Biennois Michel Riesen (No 14, 1997, Edmonton Oilers), Mirco Müller (No 18, 2013, San Jose Sharks), Luca Sbisa (No 19, 2008, Philadelphia Flyers) et Luca Cereda (No 24, 1999, Toronto Maple Leafs).

EUrope Nico Hischier n’est que le septième Européen à être choisi en No 1 depuis l’instauration du repêchage par la NHL en 1963. Quelques stars figurent parmi ses six prédécesseurs que sont Mats Sundin (SWE, 1989), Roman Hamrlik (CZE, 1992), Patrik Stefan (CZE, 1999), Ilya Kovalchuk (RUS, 2001), Alex Ovechkin (RUS, 2004) et Nail Yakupov (Rus, 2012).

Suisses Hischier n’est pas le seul Suisse à avoir été drafté par les Devils. Samedi, lors du 5e tour, le gardien de Davos Gilles Senn a été repêché au 129e rang. Et si deux Valaisans se retrouvaient dans la banlieue de New York dès la saison prochaine? Troisième Suisse à avoir été repêché, l’espoir de l’EV Zoug Tobias Geisser a lui été drafté au 4e tour au 120e rang et rejoint l’organisation des Washington Capitals. gc-lk


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top