21.04.2017, 00:01  

«La flamme s’est gentiment éteinte» pour «Toto»

chargement
Le gardien Antoine Todeschini tourne la page du hockey en tant qu’actif.
Par christophe spahr - le nouvelliste

PREMIÈRE LIGUE - Le gardien loclois met fin à sa carrière après avoir conquis le titre de champion de Suisse amateur.

«J’arrête.» La réponse d’Antoine Todeschini à ses dirigeants du HC Sion, quelques jours après le titre, risque de causer un gros vide. Le Loclois (28 ans) a décidé de mettre un terme à sa carrière après plusieurs saisons en ligue nationale (La Chaux-de-Fonds, Fribourg, Ajoie et Martigny), un exercice à Forward-Morges et deux saisons à Sion en première ligue. «Toto» était considéré comme l’un des meilleurs portiers à ce niveau. Sinon le meilleur.

«J’ai attendu la fin de la saison, que ça se calme un peu, pour officialiser ma décision», divulgue l’ex-junior des Mélèzes. «Mais elle a mûri gentiment jusqu’à ce qu’elle s’impose, en début d’année. J’ai senti que la motivation n’était plus tout à fait la même, que la flamme disparaissait peu à peu. J’étais toutefois motivé pour terminer cette saison. Il n’y a d’ailleurs rien de plus beau que d’arrêter sur un titre de champion de Suisse amateur.»

«Ma vie est en Valais»

Antoine Todeschini dit encore s’être énormément investi, jusque-là. Et qu’il était temps pour lui de passer à autre chose. «J’arrête définitivement. Comme je ne fais pas les choses à moitié, il n’était pas question de continuer à un niveau inférieur. C’était Sion ou rien. Je reconnais aussi que trois entraînements hebdomadaires, deux matches par semaine, c’est très lourd. Mais la perspective d’évoluer en Swiss Regio Leaguela saison prochaine, avec des déplacements plus lointains durant le week-end, n’a pas influencé ma décision. C’était hors de question également de retrouver la LNB. Je m’en vais sans le moindre regret.»

Le Loclois travaillait déjà à 100% au sein de l’entreprise de Steve Vergères, président du HC Sion. Il n’exclut pas complètement de revenir, un jour, dans le milieu du hockey. «Entraîneur des gardiens est une option qui pourrait m’intéresser. Mais ce n’est pas à l’ordre du jour à court terme. Dans l’immédiat, je veux voir autre chose. Ma vie, désormais, est en Valais. Je travaille à Sion; ma copine est ici. Je ne me vois pas repartir.» christophe spahr - le nouvelliste


  Vous devez être identifié pour consulter cet article

Top