20.03.2017, 00:01  

Meillard prend déjà rendez-vous pour la saison prochaine

Abonnés
chargement
Meillard prend déjà rendez-vous pour la saison prochaine

 20.03.2017, 00:01   Meillard prend déjà rendez-vous pour la saison prochaine

Par ats

SKI ALPIN - La Neuchâteloise a pris le 8e rang du géant hier après sa 5e place du slalom la veille.

Mélanie Meillard a été la meilleure Suissesse des finales d’Aspen. Au lendemain d’une 5e place en slalom, la Valaisanne a pris le 8e rang du géant, remporté par Federica Brignone devant deux autres Italiennes.

Jamais encore, la Neuchâteloise n’avait enchaîné deux performances d’un tel niveau, et jamais encore elle n’avait été si bien classée dans les deux disciplines techniques. Et...

Mélanie Meillard a été la meilleure Suissesse des finales d’Aspen. Au lendemain d’une 5e place en slalom, la Valaisanne a pris le 8e rang du géant, remporté par Federica Brignone devant deux autres Italiennes.

Jamais encore, la Neuchâteloise n’avait enchaîné deux performances d’un tel niveau, et jamais encore elle n’avait été si bien classée dans les deux disciplines techniques. Et alors que beaucoup de skieuses sont à bout de souffle, la «teenager» de 18 ans pète le feu en cette fin d’hiver. De quoi regretter, pour elle, que la saison de Coupe du monde ait pris fin hier dans le Colorado.

La skieuse d’Hérémence a en tout cas pris rendez-vous pour la saison prochaine. Outre son rare talent, Mélanie Meillard est dotée d’un sacré caractère, comme elle l’a encore prouvé ce week-end à Aspen. Tant en slalom qu’en géant, elle a aligné deux manches de bonne facture, sans jamais se démonter face à des concurrentes bien plus chevronnées qu’elle.

A l’inverse de Mélanie Meillard, Wendy Holdener a semblé fatiguée à Aspen, elle qui a tant brillé cet hiver. La Schwytzoise s’est contentée du 18e rang de ce géant, au lendemain d’une 6e place en slalom, un résultat en dessous de ses standards de la saison. Troisième Suissesse en lice dimanche, Simone Wild s’est classée 14e.

Premier globe pour Worley

Tout devant, Federica Brignone a fait un malheur en remportant les deux manches, larguant très loin ses dauphines et compatriotes Sofia Goggia (à 1’’44) et Marta Bassino (à 1’’47). En retrait en début de saison, la Lombarde a terminé l’hiver en fanfare, multipliant les bons résultats. On rappellera, par exemple, qu’elle avait été l’une des grandes animatrices fin février de l’étape de Crans-Montana avec des 1re, 2e et 5e places.

Quant au globe du géant, il est logiquement revenu à Tessa Worley. La Française a pu se contenter de la 5e place dimanche, tandis que sa dernière rivale pour le trophée, Mikaela Shiffrin, a pris le 6e rang. Cette récompense est largement méritée pour la skieuse du Grand Bornand, elle qui a longtemps tourné autour de ce globe. Avec également deux titres de championne du monde dans la discipline, il ne lui reste plus qu’à gagner les Jeux olympiques pour rejoindre les plus grandes géantistes de l’histoire. ats

Marcel Hirscher, incontestable numéro 1

Marcel Hirscher n’est pas parvenu à parachever son chef-d’œuvre de l’hiver. L’Autrichien a dû se contenter du 4e rang du slalom des finales d’Aspen, ultime course de la saison remportée par le Suédois Andre Myhrer.

Rien ne semblait pourtant s’opposer à une nouvelle victoire de grand dominateur du circuit. Vainqueur la veille en géant, déjà en tête après la manche initiale du slalom et toujours devant au dernier temps intermédiaire, le skieur de Salzbourg a toutefois flanché sur les ultimes portes. Et finalement, sur la ligne, il lui a manqué 32 centièmes pour s’imposer.

Andre Myhrer n’en demandait pas tant pour s’offrir le 7e succès de sa carrière. Un Suédois qui, décidément, est un homme de finales. Il avait déjà remporté l’ultime slalom de la saison l’an dernier à St-Moritz, mais aussi celui de Schladming en 2012. Dimanche à Aspen, il l’a emporté sur le fil devant l’Allemand Felix Neureuther (à 0’’14) et l’Autrichien Michael Matt (à 0’’15).

Côté suisse, cette ultime course de l’hiver n’a rien apporté de transcendant. Luca Aerni a certes livré deux manches solides, synonyme de 10e place. Reste que le champion du monde du combiné est capable de beaucoup mieux.

Il en est de même pour Daniel Yule, classé au 15e rang hier. Après avoir plusieurs fois titillé le podium cet hiver, le Valaisan a calé en cette fin de saison, comme s’il subissait le contrecoup de son élimination aux Mondiaux de St-Moritz.

Pour une fois éjecté du podium, Marcel Hirscher reste le grand bonhomme de la saison. Roi des Mondiaux de Saint-Moritz (3 médailles) et roi de la Coupe du monde (3 globes), il n’a pas eu de rival à sa hauteur cet hiver. Il a été parfois bousculé en début d’exercice, mais il a encore une fois été le meilleur sur la durée, personne ne parvenant à tenir une telle régularité sur l’ensemble d’une saison. Et ce n’est pas Henrik Kristoffersen et Alexis Pinturault qui diront le contraire, eux qui ont longtemps rivalisé cette saison avant de craquer dans la dernière ligne droite.

Reste désormais à savoir jusqu’où va aller le sextuple lauréat du classement général. Une chose est sûre, et elle ne va pas rassurer les autres concurrents: Marcel Hirscher estime qu’il peut encore s’améliorer. «Je n’ai pas encore atteint le maximum de mes capacités. Si c’était le cas, il serait temps de prendre ma retraite. Cela n’aurait aucun sens de continuer à skier si je n’avais pas la certitude de pouvoir encore progresser», avait-il assuré au moment d’attaquer ces finales d’Aspen. ats


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top