17.03.2017, 00:01  

Weirather perpétue la tradition familiale

Abonnés
chargement
1/8  
Par ats

SKI ALPIN - La Liechtensteinoise s’est offert le globe du super-G.

Tina Weirather n’a pas perdu son temps hier à Aspen. La Liechtensteinoise a remporté le super-G des finales de la Coupe du monde, s’adjugeant au passage le globe de la spécialité.

La skieuse de Schaan, qui s’entraîne avec l’équipe de Suisse, s’est offert son premier globe dans le Colorado. Dos au mur avant cette ultime course, devancée de 15 points...

Tina Weirather n’a pas perdu son temps hier à Aspen. La Liechtensteinoise a remporté le super-G des finales de la Coupe du monde, s’adjugeant au passage le globe de la spécialité.

La skieuse de Schaan, qui s’entraîne avec l’équipe de Suisse, s’est offert son premier globe dans le Colorado. Dos au mur avant cette ultime course, devancée de 15 points par Ilka Stuhec, elle était condamnée à terminer devant la Slovène. Et c’est exactement ce qu’elle a fait, battant sa rivale pour 35 centièmes et lui chipant le globe pour cinq points.

Cela lui a permis de poursuivre une longue tradition familiale. Avant elle, sa mère Hanni Wenzel (7 globes), son père Harti Weirather (1) et son oncle Andreas Wenzel (3) avaient déjà mis la main sur ce trophée.

Tina Weirather succède au palmarès à Lara Gut, lauréate l’hiver dernier de ce globe du super-G. Une Tessinoise qui était partie pour remettre ça cette saison – trois succès sur les trois premières courses –, avant de se blesser aux Mondiaux de Saint-Moritz.

L’absence de Lara Gut n’enlève toutefois rien au mérite de Tina Weirather, qui a été un modèle de régularité cet hiver en super-G. La Liechtensteinoise a toujours terminé dans le top-10 dans la discipline, montant cinq fois sur le podium, y compris aux Mondiaux de Saint-Moritz (deuxième place).

Lors de cet ultime super-G de l’exercice, entaché par de nombreuses éliminations, dont celles de Lindsey Vonn et Sofia Goggia, les Suissesses ont été inexistantes. Déjà largement battu la veille en descente, l’équipe helvétique a placé Corinne Suter et Joana Hählen aux 11e et 15e rangs, sur... 15 classées.

Quant à Jasmine Flury, qui restait sur une encourageante cinquième place en super-G à Jeongseon, elle n’a pas pu confirmer à Aspen. La Grisonne a subi la piste dès les premières portes, avant d’être «logiquement» éliminée.

On notera finalement que le globe du classement général n’a toujours pas été attribué à Mikaela Shiffrin. Absente hier en super-G, l’Américaine n’a toutefois rien à craindre avant les épreuves techniques du week-end, elle qui dispose de 198 points de marge sur Ilka Stuhec. ats

Premier podium en coupe du monde pour Mauro Caviezel

Les Suisses enchaînent les podiums aux finales d’Aspen. Au lendemain du troisième rang de Carlo Janka en descente, Mauro Caviezel a pris la même place en super-G, remporté par l’Autrichien Hannes Reichelt.

Enfin épargné par les blessures, le Grison a bouclé de la meilleure manière sa saison, la plus accomplie de sa carrière. Le coureur de 29 ans n’avait d’ailleurs jamais fêté le moindre podium en Coupe du monde, son meilleur résultat étant jusqu’ici une cinquième place. Il avait, en revanche, déjà eu l’honneur de «la boîte» aux championnats du monde, lui qui avait raflé le bronze du combiné en février à Saint-Moritz.

Eliminé mercredi en descente, alors qu’un podium lui tendait les bras, Mauro Caviezel a terminé hier dans le même temps que le Norvégien Alexander Aamodt Kilde. Le duo a concédé 33 centièmes à Hannes Reichelt, la deuxième place revenant à l’Italien Dominik Paris. En s’imposant pour la 13e fois sur le circuit, Hannes Reichelt est devenu le deuxième coureur le plus âgé à gagner un super-G en Coupe du monde. Agé de 36 ans et 8 mois, il est seulement devancé par Didier Cuche, vainqueur dans la discipline à 37 ans et 7 mois.

Carlo Janka a manqué une porte. Dommage pour le Grison, qui était à nouveau dans le coup pour un podium. Beat Feuz a subi le même sort. Le Bernois a perdu un ski, chutant sans gravité.

Pour mémoire, cette course n’avait aucune incidence sur le globe de la discipline, promis depuis deux semaines à Kjetil Jansrud. Un Norvégien qui a dû se contenter de la neuvième place hier.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour la lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top