23.03.2017, 00:01  

«Je veux devenir champion du monde en Moto2»

Abonnés
chargement
Même si les tests d’avant-saison ne se sont pas déroulés de manière idéale, Tom Lüthi est confiant.
Par ats

MOTOCYCLISME - Le championnat du monde de vitesse commence dimanche au Qatar, avec un Thomas Lüthi ambitieux.

Thomas Lüthi entame la saison en Moto2 dimanche au Qatar avec un objectif précis: le titre mondial. Vice-champion en 2016, le Bernois ambitionne d’être sacré pour la deuxième fois de sa carrière, douze ans après son titre en 125 cm3.

Comme l’an passé, Lüthi va travailler en étroite collaboration avec...

Thomas Lüthi entame la saison en Moto2 dimanche au Qatar avec un objectif précis: le titre mondial. Vice-champion en 2016, le Bernois ambitionne d’être sacré pour la deuxième fois de sa carrière, douze ans après son titre en 125 cm3.

Comme l’an passé, Lüthi va travailler en étroite collaboration avec son technicien en chef, Gilles Bigot. L’expérimenté Français œuvre dans les paddocks depuis 31 ans. «On apprend toujours mieux à se connaître, à comprendre les réactions de l’autre», dixit Lüthi. Il espère donc «faire un nouveau pas en avant» lors de cette nouvelle saison.

Avoir un objectif est une chose, l’atteindre en est une autre. «Bien évidemment, je veux être meilleur que l’an passé et je veux devenir champion du monde. Mais beaucoup ont le même but. La saison est longue, et bien des choses peuvent arriver lors des 18 week-ends de course.»

Trois de ses rivaux 2016 ne seront plus dans les roues du pilote bernois. Le champion du monde français Johann Zarco est monté en MotoGP, tout comme l’Espagnol Alex Rins et l’Anglais Sam Lowes, respectivement 3e et 5e la saison dernière en Moto2. Lüthi n’estime cependant pas que cela lui ouvre les portes du titre. «Il y a encore beaucoup de très bons pilotes sur la grille», dit-il.

Le Suisse pense notamment au Japonais Takaaki Nakagami (Kalex), qui s’est montré le plus rapide lors des derniers tests au Qatar. Mais aussi et surtout à Franco Morbidelli (Kalex). «Morbidelli est fort. Il l’a encore démontré lors des tests», souligne Lüthi. La concurrence viendra aussi du «petit frère» Alex Marquez (ESP/Kalex), du Portugais Miguel Oliveira (KTM) ou encore de Lorenzo Baldassari (ITA/Kalex).

Deux autres Suisses

Les tests d’avant-saison à Jerez et Losail ne se sont pas déroulés de manière idéale pour Lüthi et son équipe. «Cela n’a pas été top. Mais il y a eu quelques éclaircies», se rassure le Bernois.

Contrairement à son désormais ancien coéquipier, Dominique Aegerter reste sur deux saisons mitigées. C’est la raison qui l’a poussé à changer d’air. Aegerter a quitté la structure de Fred Corminboeuf, où il était depuis ses débuts en Grand Prix en 2006. Il a trouvé refuge en Allemagne, chez Kiefer Racing.

Lors des tests, Aegerter s’est montré à l’aise à Jerez, avec le 4e temps cumulé, mais en difficulté au Qatar, où il figure au 23e rang de la hiérarchie. «On doit faire nos devoirs ces prochains jours», a résumé le pilote en vue du premier week-end de course.

Successeur d’Aegerter chez Fred Corminboeuf, le Zurichois Jesko Raffin a inscrit des points à quatre reprises l’an passé. 25e des tests à Jerez, puis 16e à Losail, Raffin a montré qu’il disposait d’un potentiel en hausse. ats


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour la lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top