01.04.2017, 00:01  

Le Crité revient à Saignelégier

Abonnés
chargement

 01.04.2017, 00:01   Le Crité revient à Saignelégier

Par rga

AUTOMOBILISME - Pour ses 40 ans, le rallye jurassien quitte Delémont.

Le Critérium jurassien (7-8 avril) quitte Delémont après huit ans pour aller fêter son 40e anniversaire à Saignelégier, comme il l’avait fait pour le 30e et le 20e. Autour du président Gérald Frésard, les organisateurs ont voulu établir un parcours grandiose avec 13 spéciales pour 204 kilomètres. Ils ont...

Le Critérium jurassien (7-8 avril) quitte Delémont après huit ans pour aller fêter son 40e anniversaire à Saignelégier, comme il l’avait fait pour le 30e et le 20e. Autour du président Gérald Frésard, les organisateurs ont voulu établir un parcours grandiose avec 13 spéciales pour 204 kilomètres. Ils ont aussi cherché à limiter au maximum le parcours routier.

Trois spéciales seront au programme du vendredi soir avec une arrivée proche de la halle du Marché-Concours. La seconde journée est découpée en deux parties: l’Ajoie dans la matinée, avant de rejoindre les Franches-Montagnes l’après-midi.

Si certaines spéciales ne sont pas des inconnues, d’autres sont partiellement inédites. «Il ne faudrait pas que les pilotes reprennent tel quel leurs notes des autres années», glisse le directeur de course Sébastien Lovis.

Les 71 équipages inscrits constituent une déception. «Nous comptions sur l’effet du 40e pour doper la participation», lâche Gérald Frésard. Mais les pilotes qui seront présents proposeront un plateau très relevé. Douze voitures peuvent prétendre gagner le «Crité», dont neuf R5. «La qualité est là. Difficile d’espérer mieux en championnat de Suisse», reconnaît le présidet. Les régionaux ont joué le jeu. Ils sont 24 équipages en moderne et trois en historique à être estampillés Jura et Jura bernois.

Quarante ans, c’est un âge respectable. Les initiateurs de l’époque ne s’imaginaient pas que leur épreuve perdurerait aussi longtemps. «Nous étions quatre copains, des amoureux du sport automobile, à vouloir organiser un rallye. L’idée est venue du Rallye du Jura, qui s’était arrêté en 1971», se souvient Jean-François Lovis, le père de Sébastien. Ils ont pris une carte et tracé des spéciales en évitant les habitations, avant de s’enhardir par la suite jusqu’à traverser des zones habitées. «Pour la petite histoire, le budget de l’époque s’élevait à 23450 francs.»

La Prévôté sera représentée par trois équipages. Avec comme singularité que Sascha et Nicolas Althaus, le père et le fils, seront présents. Au même titre que Michael Burri. rga


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top