24.04.2017, 00:01  

Le NUC atteint son objectif minimal

Abonnés
chargement
Le NUC a conclu sa saison avec une dernière victoire face à Cheseaux qui lui ouvre les portes de la Coupe d’Europe.

VOLLEYBALL - L’équipe neuchâteloise termine cinquième de LNA et jouera (très probablement) la Coupe d’Europe.

La résistance de Cheseaux n’aura fait que retarder l’inéluctable échéance. Le NUC a remporté la «finale» pour la cinquième place de LNA féminine en s’imposant 3-1 face aux Vaudoises lors de l’acte II, samedi à la Riveraine (2-0 dans la série).

Largement dominées au cours de la première manche (13-25), Elizabeth Campbell et ses copines ont dû se faire...

La résistance de Cheseaux n’aura fait que retarder l’inéluctable échéance. Le NUC a remporté la «finale» pour la cinquième place de LNA féminine en s’imposant 3-1 face aux Vaudoises lors de l’acte II, samedi à la Riveraine (2-0 dans la série).

Largement dominées au cours de la première manche (13-25), Elizabeth Campbell et ses copines ont dû se faire violence pour enlever les trois sets suivants. Le gain sur le fil de la seconde manche (26-24) a été le tournant de la partie.

Cinquième final, le NUC a atteint son objectif minimal. Il décroche du même coup le dernier ticket suisse pour la Coupe d’Europe. Quart de finaliste en février dernier, l’équipe sera à nouveau engagée en Challenge Cup la saison prochaine. Premier bilan à chaud avec la présidente du club, Jo Gutknecht.

«Avec trois tours passés en Coupe d’Europe, une demi-finale de Coupe de Suisse perdue contre Volero et presque la troisième place à la fin de la phase qualificative, cette saison a été plus que satisfaisante», assure Jo Gutknecht. Pour mémoire, le NUC aurait certainement terminé au troisième rang (ce qui lui aurait permis d’affronter Cheseaux à la place de Guin en quart de finale des play-off) si Aesch n’avait pas laissé ses titulaires au repos en fin de saison régulière, histoire de retrouver Franches-Montagnes et non l’équipe de la Riveraine au premier tour des séries.... «Nous avons, par moments, présenté un très haut niveau de volleyball», relance la présidente. «Malheureusement pas dans la meilleure période du championnat, ce qui nous a coûté la chance de nous battre pour une médaille.»

«C’est la première fois que nous vivons une saison avec des play-off à huit équipes, un système qui remet tout en question à la fin des tours qualificatifs. D’autres sports connaissent ça depuis longtemps, et c’est sûrement très bien. Mais le volleyball doit encore apprendre à vivre avec ces échéances en forme de couperet», poursuit la dirigeante du NUC. «Je suis contente de la manière avec laquelle l’équipe a résisté à cette petite angoisse après la déception de l’élimination en quart de finale contre Guin (deux défaites au tie-break). Ce n’était pas si évident. Tant Schaffhouse que Cheseaux avaient la possibilité de sauver leur saison en signant un exploit lors des matches de classement. On nous attendait à cette cinquième place, car nous étions l’équipe la mieux classée. Mais rien n’est donné en volley, c’est sur le terrain qu’il faut prouver sa supériorité.»

En huit saisons depuis son retour en LNA, le NUC est monté à cinq reprises sur le podium de LNA, la dernière fois au terme de l’exercice 2014-2015 (3e). L’équipe reste sur deux cinquième place d’affilée. Une déception? «Nous sommes de sympathiques utopistes, chaque année nous visons une médaille et nous annonçons des objectifs très ambitieux alors que nous avons l’équipe du top-8 qui aligne le moins d’étrangères», sourit Jo Gutknecht, sans tenir compte dans son calcul de l’Autrichienne Monika Chrtianska, souvent confinée à un rôle de remplaçante.

«Notre effectif limité en nombre dans les moments tendus est l’une des premières raisons qui peuvent expliquer notre absence du top-4», reconnaît la présidente. «Mais nous n’allons pas changer de philosophie. Nous allons continuer à miser sur les joueuses suisses.»

La centrale Ségolène Girard (qui avait prolongé pour deux ans l’année dernière) est la seule joueuse du cadre actuel disposant d’un contrat signé. «Nous avons déjà discuté avec plusieurs joueuses, et nous sommes à bout touchant avec des filles qui sont déjà là et d’autres qui pourraient venir de l’extérieur», dévoile Jo Gutknecht. «Nous cherchons en priorité des Suissesses, et une fois que nous saurons qui reste et qui vient à Neuchâtel, nous compléterons le groupe en fonction des profils manquants. Ce qui est sûr, c’est qu’il nous faudra au moins une ailière et une passeuse étrangères.»

Elizabeth Campbell et la passeuse Madison Bugg ont ainsi reçu une proposition pour poursuivre leur expérience à la Riveraine une saison de plus. La balle est dans le camp des deux Américaines. La Canadienne Michaela Reesor, en revanche, ne restera pas au NUC. «Elle a signé avec son équipe nationale et n’est même pas sûre de refaire une saison en Europe», précise la présidente.

Le recrutement du NUC dépendra également du nombre de Suissesses imposées la saison prochaine en LNA. Cette année, il en fallait deux, en sachant qu’une centrale suisse remplacée par une libero étrangère (et donc sur le banc) comptait à part entière dans ce quota. «Le minimum, à mes yeux, serait d’avoir deux Suissesses physiquement sur le terrain. La fédération aura-t-elle le courage de monter à trois? Je le souhaite. Même si j’ai plutôt peur qu’elle fasse un pas en arrière et revienne à une...»

Pour la huitième année d’affilée, le NUC a obtenu son sésame pour disputer une Coupe d’Europe, la Challenge Cup en l’occurrence, le troisième et dernier niveau derrière la Ligue des champions et la Coupe CEV. Or, la dernière épopée n’a pas laissé que des bons souvenirs. «Nous sommes tous d’avis que la Coupe d’Europe a pesé lourd dans la balance, qu’elle nous a fait perdre des matches qui nous ont coûté la troisième place avant les play-off. L’inconscient travaille un peu plus pour les grands événements, et on a souvent de la peine à se mobilier pour le petit boulot à faire avant ou après», constate Jo Gutknecht.

Alors, ira ou n’ira pas? «Sur le moment, nous aurions pu avoir envie de faire un break», avoue la présidente. «Mais cela fait un mois que nous nous battons pour cette cinquième place en disant que notre objectif minimum est la Coupe d’Europe. Le comité et le staff de la Ligue A décideront d’ici la fin du mois de mai. Mais maintenant que nous avons décroché notre billet sur le terrain, je trouve que nous ne serions plus trop crédibles si nous renoncions sous prétexte que cela coûte trop cher sportivement, administrativement et financièrement.» Ce sera donc oui.

Pour Silvan Zindel, «la saison est plutôt réussie»

Le NUC a eu chaud. Sans âme et sans énergie au cours du premier set, il aurait fort bien pu se retrouver mené deux manches à rien. Et quand on sait que l’équipe neuchâteloise n’a pas remporté un seul tie-break cette saison, le spectre d’un troisième match décisif n’a pas été que fantomatique... «Nous avons eu de la peine à trouver le bon rythme. Mais après avoir égalisé à 1-1, nous avons contrôlé la rencontre sans trop de problème», assure Silvan Zindel.

L’entraîneur de la Riveraine (qui a prolongé jusqu’au printemps 2018) échoue encore une fois au cinquième rang de LNA. «Mais si l’on considère nos résultats dans leur ensemble, avec la Coupe de Suisse – où l’on ne pouvait pas faire mieux – et la Coupe d’Europe – où nous sommes allés plus loin que prévu – la saison est plutôt réussie, même si c’est dommage d’avoir été éliminé contre Guin», souffle le Saint-Gallois. «L’équipe était jeune, sans oublier qu’il a également fallu composer avec la blessure de Ségolène Girard.»

NUC - CHESEAUX 3-1 (13-25 26-24 25-21 25-16)

Riveraine: 455 spectateurs.

Arbitres: M. Wittwer et Mme Rüegg.

NUC: Campbell (21), Halter (7), Reesor (15), Wigger (5), Bugg (7),Troesch (8), Dalliard (libero); Chrtianska (5), Suriano (0), Bulliard (0), Petitat (0).

Cheseaux: Van Rooj (14), Stocker (11), Castelli (2), Oriane Haemmerli (2), Zanello (8), Schmutz (7), Marine Haemmerli (libero); Whyte (4), Casto (0), Oseghale (0), Bolle (0).

Notes: le NUC sans Girard (blessée). Campbell et Van Rooj portent le maillot de top-scorer. Wigger ne réapparaît plus après le troisième set (fortes douleurs à son genou gauche opéré). Campbell et Marine Haemmerli sont désignées meilleure joueuse de chaque équipe. Durée du match: 1h33’ (20’, 27’, 25’, 21’).

Le NUC remporte la série 2-0.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top