10.03.2017, 00:01  

Le NUC dit au revoir à l’Europe

Abonnés
chargement
1/10  

 10.03.2017, 00:01   Le NUC dit au revoir à l’Europe

VOLLEYBALL - Impuissantes, les Neuchâteloises ont reçu de Schwerin une leçon d’efficacité.

La marche était bien trop haute pour le NUC. Dominées 3-0 à domicile il y a deux semaines, les Neuchâteloises se sont inclinées 3-0 face à Schwerin. La sanction est impitoyable pour les filles de Silvan Zindel, qui quittent la scène européenne avec le sentiment d’avoir reçu un gros coup de massue sur la tête.

Hier soir après la correction...

La marche était bien trop haute pour le NUC. Dominées 3-0 à domicile il y a deux semaines, les Neuchâteloises se sont inclinées 3-0 face à Schwerin. La sanction est impitoyable pour les filles de Silvan Zindel, qui quittent la scène européenne avec le sentiment d’avoir reçu un gros coup de massue sur la tête.

Hier soir après la correction reçue, c’était bien évidemment la déception qui habitait les esprits et le cœur des pensionnaires de la Riveraine. «Certains visages étaient tendus dès le début alors que pourtant la pression n’était pas sur nos épaules. Je m’attendais à des frappes violentes et impossibles à bloquer de la part des Allemandes, elles ont au contraire joué de manière assez simple. Cela, je ne peux l’admettre», expliquait la capitaine, Mandy Wigger.

A aucun moment toutefois, le NUC n’a à rougir de son parcours continental. Pour leur deuxième fois en sept participations, Martina Halter et ses coéquipières ont atteint le stade des quarts de finale d’une Coupe d’Europe après Krasnodar en CEV Cup en 2010.

Trop fortes, trop tout!

Etre européen en février est positif, l’être en mars constitue déjà un petit exploit en soi. Vu de cet angle-là, on comprend mieux la tâche (impossible) qui attendait les Neuchâteloises face au leader de la Bundesliga. Il est juste à espérer que ce revers n’aura aucune incidence sur la suite de la saison et les play-off du championnat qui pointent bientôt leur nez. «Non, une défaite à Cheseaux fait davantage de mal qu’une défaite ici», assurait la coach-assistante, Laura Girolami.

Soyons honnêtes: il n’y a jamais eu de match, hier soir, dans une Palmberg Arena chauffée à bloc par son incroyable public. Supérieures dans tous les secteurs de jeu, les Allemandes ont martyrisé Madison Bugg et consorts dès les premiers échanges. Le petit avantage du NUC en début de rencontre (1-3)? Un leurre. La formation du coach de la Mannschaft, Felix Koslowski, a d’abord fait parler sa puissance après le premier temps mort technique pour prendre le large (8-7 à 13-8), avant de maîtriser le premier set jusqu’au bout (25-15).

9 à la suite!

La deuxième manche a tout de suite pris une tournure cauchemardesque. Comme jamais le NUC n’en avait vécu. Avec un terrifiant 9-0 – les Neuchâteloises pouvaient encore le pousser au golden set en cas de succès 3-1 –, Schwerin a douché les derniers espoirs de l’équipe de la Riveraine. Trop fortes, trop puissantes, trop hautes. Trop de trop qui ont mené Elizabeth Campbell et Cie à la perte du deuxième set (25-15) autant qu’à leur mince espoir de qualification. «C’est bizarre à dire, mais à mon avis, nous avons mieux joué aujourd’hui (hier) qu’à l’aller. Las pour nous, nous avons connu deux trous qui nous ont été fatals. Hormis ces deux moments, la partie était équilibrée», lâchait Silvan Zindel.

Le NUC a eu le mérite de ne pas abdiquer dans le troisième set. Pendant que le coach allemand faisait tourner son effectif, le Saint-Gallois a peu modifié son équipe. Cela n’a certes pas changé l’histoire (25-20), mais cela a démontré l’envie de toujours aller de l’avant des Neuchâteloises. «Nous avions toujours l’orgueil de remporter une manche», concluait le mentor de Sargans.

Cette volonté de fer, le NUC devra la montrer tant à Schaffhouse demain que contre Guin, dimanche à la maison.

Schwerin - nuc 3-0

Palmberg Arena: 1570 spectateurs.

Arbitres: Mme Omari (Alb) et M. Hoger (Slovaquie).

Schwerin: Tapp (4), Hanke (3), Geerties (capitaine, 9), Brinker (9), Lippmann (13), Barfield (3); Dürr (libero); DanneMiller (2), Schoelzel (7), Gebhardt (6), Souza Ziegler (3), Lohmann (0).

NUC: Halter (1), Bugg (3), Wigger (capitaine, 12), Campbell (11), Reesor (4), Troesch (2); Dalliard (libero); Suriano (1), Chrtianska (0), Girard (4), Bulliard (0).

Notes: Les deux équipes au complet. Durée du match: 1h08’ (22’23’23’).

au filet

Retrouvailles Le NUC n’est pas arrivé en territoire inconnu à Schwerin. Les Neuchâteloises y ont retrouvé l’arbitre albanaise, Rudina Omari. Cette dernière avait officié la saison passée à la Riveraine, lors du succès 3-0 contre Innsbruck en 16es de finale de la Challenge Cup.

Demi-finales Schwerin s’attaquera à un très gros morceau lors des demi-finales de la Challenge Cup. Les Allemandes, leaders de la Bundesliga, défieront les Turques de Bursa, vainqueures de la compétition en 2015 et «bronzées» l’an passé. L’autre demi-finale mettra aux prises l’Olympiacos Le Pirée aux Sibériennes de Krasnoïarsk.

pas de recours Même s’il juge la décision «non équitable» sur le plan sportif, le NUC n’a pas fait recours à la suite de la décision de la Ligue de ne pas avancer le match de championnat contre Schaffhouse, demain à 17h30. Les deux clubs s’étaient mis d’accord pour disputer la rencontre le mardi 14 mars, afin que le NUC ne livre pas deux rencontres capitales en championnat (demain à Schaffhouse et dimanche contre Guin), moins de 24h après le retour de l’équipe en Suisse. Vendredi passé, la commission du championnat avait informé les deux clubs que la rencontre pouvait être déplacée uniquement le lundi 6 mars, un temps trop court pour organiser la partie. Pour une question d’équité, cette dernière avait décidé de ne pas accorder un délai de 48h après la fin réglementaire de la saison régulière.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top