27.02.2017, 00:01  

Le NUC réussit son week-end sans accomplir de miracle

Abonnés
chargement
Le mur neuchâtelois, ici composé de Martina Halter (à droite) et Mandy Wigger, a fini par s’écrouler face  aux attaques de Mariana Andrade Costa et des autres attaquantes de Volero.

 27.02.2017, 00:01   Le NUC réussit son week-end sans accomplir de miracle

VOLLEYBALL - Les Neuchâteloises s’imposent à Lugano, puis piquent un set à Volero.

Affronter Volero c’est un peu comme lire un roman policier en connaissant le nom de l’assassin avant même de l’ouvrir. Les Zurichoises ont ainsi signé hier soir à la Riveraine leur 152e (!) victoire de rang en LNA. Elles sont venues à bout 3-1 du NUC, la dernière équipe à les avoir battues dans une compétition helvétique, le 29 janvier...2012!

D’accord, on a beau deviner le dénouement, on peut apprécier la trame et...

Affronter Volero c’est un peu comme lire un roman policier en connaissant le nom de l’assassin avant même de l’ouvrir. Les Zurichoises ont ainsi signé hier soir à la Riveraine leur 152e (!) victoire de rang en LNA. Elles sont venues à bout 3-1 du NUC, la dernière équipe à les avoir battues dans une compétition helvétique, le 29 janvier...2012!

D’accord, on a beau deviner le dénouement, on peut apprécier la trame et le style. A ce niveau, nul doute que les 550 spectateurs de la Riveraine se sont régalés. D’abord parce qu’ils ont pu admirer une équipe du plus haut niveau européen et une joueuse – l’Azérie Natalya Mammadova – d’une autre planète. Pour les standards helvétiques s’entend.

Ensuite parce que les pensionnaires de la Riveraine ont offert une opposition vaillante, prouvant du coup que le set remporté face aux «ogresses» de la Limmat le 12 février en demi-finale de la Coupe de Suisse n’était pas le fruit du hasard.

«Au fond, c’est plaisant d’affronter une telle équipe», explique la libero Tabea Dalliard. «Tu n’as pas de question à te poser. Tu dois impérativement lâcher tous tes coups pour avoir une chance.» Tant mieux pour le public.

Belle remontée

Il n’empêche, les Neuchâteloises ressentaient comme un arrière-goût d’inachevé. «Volero avait laissé plusieurs joueuses majeures au repos (réd: les Zurichoises disputent mardi un match décisif pour la qualification aux barrages de la Ligue des champions). L’équipe restait quand même extrêmement forte mais avec peu d’alternatives sur le banc. Si nous étions parvenues un peu à faire douter nos adversaires, peut-être aurions-nous pu réussir un exploit», estime Ségolène Girard.

Celui-ci, partiel certes, a été accompli au troisième set: menées 15-8, les pensionnaires de la Riveraine ont su se surpasser pour renverser la vapeur (25-22). Mais elles n’ont pas été en mesure d’enchaîner. «Contre Volero, tu ne peux pas te permettre la moindre baisse de régime», admet Tabea Dalliard. Sans doute que la fatigue a aussi joué un rôle: en raison de la Coupe d’Europe, le NUC disputait son troisième match en quatre jours.

«Tout peut arriver»

Et puis, les protégées de Silvan Zindel avaient déjà pleinement accompli leur devoir samedi, en s’imposant 3-1 à Lugano. «C’était le match le plus important», convient Ségolène Girard qui a disputé l’intégralité des deux rencontres, aussi parce Carole Troesch était malade. «Surtout en se souvenant de ce qui s’était passée la dernière fois.» Effectivement, au Tessin, le 4 janvier, les Neuchâteloises s’étaient inclinées 3-1, au terme d’un match houleux qui avait donné lieu à un protêt, rejeté, du NUC.

Il n’empêche, ces trois points permettent aux Neuchâteloises de rester accrochées à leur quatrième place, à cinq longueurs de VFM (qui doit encore affronter Volero) et avec deux unités d’avance sur Guin. «Tout peut encore arriver», assure Silvan Zindel. «Nous pouvons finir troisièmes comme cinquièmes.»

Il reste aux pensionnaires de la Riveraine trois matches de championnat avant les play-off, entrecoupés d’un voyage en Allemagne pour la Challenge Cup, le 9 mars. «A cause de cela, nous avons demandé à Schaffhouse de déplacer le match prévu le 11 mars», explique le coach.

En attendant, le NUC disposera d’une semaine pour préparer la venue d’Aesch dimanche 5 mars. «Nous aurons droit à une séance aux bains demain pour récupérer. Je m’en réjouis», lâche la top-scorer Elizabeth Campbell. Totalement compréhensible.

Lugano - NUC 1-3 (23-25 25-23 17-25 16-25)

Lambertenghi: 150 spectateurs. Arbitres: Sikanjic et Tschrinschnig.

Lugano: Werfeli (2), Pulcini (12), Vidal (5), Palgutova (15), Rutarova (14), Gonzalez (3); Zini (libero), Ablondi (0), Brioli (1)

NUC: Halter (9), Reesor (8), Wigger (15), Bugg (9), Campbell (22), Girard (5); Dalliard (libero); Chrtianska (0), Suriano (0).

Notes: Salgutova et Campbell portent le maillot de top-scorer. Nicole Pulcini et Madison Bugg désignées meilleure joiueuse de chaque équipe. Durée du match: 1h39 (24’ 24’ 23’ 28’).

 

NUC - Volero Zurich 1-3 (21-25 18-25 25-22 12-25)

Riveraine: 550 spectateurs. Arbitres: Stanisic et Wittwer.

NUC: Halter (8), Reesor (10), Wigger (10), Bugg (6), Campbell (15), Girard (4); Dalliard (libero); Chrtianska (4).

Volero Zurich: Zivkovic (6), Schottroff (2), Mammadova (32), Malkova (15), Andrade Costa (15), Unternäher (16); Karadayi (libero).

Notes: Volero Zurich sans Aleida, Rabadzhieva, Rykhliuk, Popovic, Carcaces Opon, Orlova ni Akinradewo (au repos). Campbell et Unternäher portent le maillot de top-scorer. Elizabeth Campbell et Natalyya Mammadova désignées meilleure joueuse de chaque équipe. Durée du match: 1h31 (23’ 23’ 25’ 20’).


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top