05.04.2017, 00:01  

Les Neuchâteloises ont tout à perdre

Abonnés
chargement
Le NUC doit passer encore deux tours s’il entend participer à une Coupe d’Europe la saison prochaine.

 05.04.2017, 00:01   Les Neuchâteloises ont tout à perdre

VOLLEYBALL - La formule du championnat «condamne» le NUC à deux tours de classement.

«Nous avons terminé quatrièmes après avoir longtemps trusté la troisième place. En l’espace de quatre jours, nous pouvons encore nous retrouver huitièmes. Sans aucun doute, nous sommes l’équipe qui a tout à perdre.»

Jo Gutknecht (la présidente) et le NUC n’en ont pas encore fini avec leur saison après leur élimination en quarts de finale des play-off il y...

«Nous avons terminé quatrièmes après avoir longtemps trusté la troisième place. En l’espace de quatre jours, nous pouvons encore nous retrouver huitièmes. Sans aucun doute, nous sommes l’équipe qui a tout à perdre.»

Jo Gutknecht (la présidente) et le NUC n’en ont pas encore fini avec leur saison après leur élimination en quarts de finale des play-off il y a 11 jours contre Guin. L’an dernier, le cinquième rang acquis par les Neuchâteloises à la fin du tour intermédiaire leur avait assuré une place en Coupe d’Europe. Rangez vos affaires au placard et à l’année prochaine!

Pas cette saison, étant donné que le modus du championnat a été modifié et adopté par les dirigeants des clubs lors de l’assemblée des délégués (lire ci-contre) de Swiss Volley. Désormais, les Neuchâteloises doivent passer par une double série de classement entre les équipes éliminées en quarts de finale des play-off (NUC, Köniz, Cheseaux et Kanti Schaffhouse). L’enjeu? Décrocher la cinquième place, synonyme d’Europe.

Favorable au changement

«Je m’étais montrée favorable à cette nouvelle formule et je le suis toujours dans ses principes, même si elle comporte des risques non négligeables», affirme la présidente du NUC. «Ce qui nous paraissait important à ce moment, c’était de garder des objectifs sportifs pour le maximum d’équipes le plus longtemps possible. Ce modus conserve l’incertitude, ce qui va dans le sens du sport.» A l’image du championnat de hockey de LNA, où le 8e de la saison régulière peut terminer champion de Suisse.

Si Mandy Wigger aurait préféré terminer la saison au terme de la série contre les Singinoises avec un 5e rang au chaud, elle trouve néanmoins des bons côtés à cette nouvelle formule. «Cela permet de ne pas finir une saison de manière abrupte, et un mois avant les équipes qui disputent les finales», livre la capitaine.

Se battre tout seul

Ces trois équipes (Köniz, Cheseaux et Kanti Schaffhouse), habituées à regarder plutôt vers le bas du classement que vers le haut, ont-elles au moins la prétention et l’envie de se battre pour une place européenne? Certains en doutent, mais pas Silvan Zindel. «C’est mon avis, mais tout le monde veut le dernier ticket. Pourquoi ces clubs le refuseraient-ils, si sportivement ils en obtiennent le droit?», relance l’entraîneur du NUC.

Autre interrogation, ces trois (modestes) contradicteurs possèdent-ils les armes pour rivaliser avec les Neuchâteloises? Sur le papier, la Jurassienne bernoise et ses copines partent largement favorites de cette double série au meilleur de trois matches. Par exemple, Kanti Schaffhouse, le premier adversaire (lire encadré), n’a pas réussi à prendre un set au NUC en quatre rencontres.

S’il y a quelqu’un peut les empêcher de terminer cinquièmes, ce sont les Neuchâteloises elles-mêmes. Et rien qu’elles. «Il faut trouver la motivation pour se remobiliser après notre élimination en quart contre Guin. Surtout lorsqu’on commence par un long déplacement en semaine», admet la capitaine.

«On doit également retrouver l’énergie et la confiance pour disputer ces rencontres. La déception a été grande après Guin. C’est plus facile pour Kanti de rebondir après une élimination contre Volero», ajoute, méfiant, Silvan Zindel. On en saura un peu plus ce soir.

Acte I à Schaffhouse

Eliminé par Guin le samedi 25 mars, le NUC a eu 11 jours pour préparer l’acte I de cette série contre Kanti Schaffhouse, ce soir sur les bords du Rhin (19h30). «Nous nous sommes octroyés deux jours de congé avant de nous remettre au travail», avoue Silvan Zindel, qui pourra compter sur tout son effectif.

A noter également que la prochaine rencontre aura lieu, samedi, à la Riveraine (17h30) et l’éventuel troisième duel, le lendemain à la même heure et au même endroit.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top