17.06.2017, 00:01  

Modalités d’application en consultation

Abonnés
chargement
La rente sera moins élevée  dès 2019.

 17.06.2017, 00:01   Modalités d’application en consultation

Par ats

PRÉVOYANCE VIEILLESSE - Le peuple se prononcera sur la réforme le 24 septembre.

Le peuple tranchera le 24 septembre sur la réforme de la prévoyance vieillesse 2020. Pour garantir une mise en œuvre à temps en cas de oui, le Conseil fédéral a déjà mis en consultation hier, jusqu’au 6 octobre, l’ordonnance...

Le peuple tranchera le 24 septembre sur la réforme de la prévoyance vieillesse 2020. Pour garantir une mise en œuvre à temps en cas de oui, le Conseil fédéral a déjà mis en consultation hier, jusqu’au 6 octobre, l’ordonnance d’application. Le temps presse, car une partie de la réforme doit entrer en vigueur en janvier. L’âge de référence de la retraite des femmes sera progressivement élevé pour atteindre 65 ans en 2022.

L’épargne du 2e pilier donnera droit à une rente moins élevée seulement à compter de 2019. Le taux de conversion de 6,8% sera abaissé progressivement en quatre ans à 6% pour compenser l’allongement de l’espérance de vie et les faibles rendements sur le marché des capitaux.

Les mesures de compensation ne s’appliqueront elles aussi qu’à partir de 2019. Parmi elles, la revalorisation de la rente AVS de 70 francs pour les nouveaux rentiers et l’augmentation du plafond des rentes AVS pour couples de 150% à 155%. Les assurés qui auront atteint l’âge de la retraite l’an prochain bénéficieront du bonus dès 2019.

Deux variantes

Pour prévenir la fonte de leurs rentes, les Suisses devront aussi mettre la main au porte-monnaie. La réforme inclut un relèvement des cotisations AVS de 0,3 point (à 8,7%) partagé à parts égales entre employés et patrons et une hausse des cotisations au 2e pilier. Pour ce dernier, le prélèvement restera à 7% dès 25 ans. Pour les 35-44 ans, il passera de 10% actuellement à 11%, avant de monter à 16% pour les 45-54 ans et de culminer à 18% dès 55 ans.

Les personnes qui auront au moins 45 ans le 1er janvier 2019 ne pourront pas rattraper leur retard et font partie de la génération dite transitoire. Elles devraient voir le niveau de leur rente garanti via un fonds de garantie alimenté par les institutions de prévoyance.

Le Conseil fédéral propose toutefois deux variantes dans l’ordonnance. La première assure la garantie seulement si l’assuré part à la retraite à 64 ans pour une femme et 65 ans pour un homme. La seconde propose la garantie aussi en cas de retraite anticipée (à partir de 62 ans).

Dans les deux variantes, la garantie ne serait pas appliquée si la retraite est perçue sous forme de capital. L’option 2 coûterait 100 millions de plus en 2030 et porterait ainsi la facture à 500 millions.

La réforme introduit le principe d’une retraite à la carte, qui pourra être prise entre 62 et 70 ans avec bonus ou malus. Le projet doit aussi être financé via un relèvement de la TVA de 0,6 point. ats


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top