Baselworld
 29.03.2017, 00:01  

Breitling continue à innover

Abonnés
chargement
La Navytimer Rattrapante est équipée du mouvement B03.

 29.03.2017, 00:01   Breitling continue à innover

MOUVEMENT - Innovation maison et partenariat avec Tudor.

A Bâle, chez Breitling, les nouvelles vont par trois. «Nous nous devions de la faire et nous l’avons faite, une rattrapante», explique Jean-Paul Girardin, vice-président de la marque. Plus précisément, la Navytimer rattrapante. «ça nous a pris un peu de temps. Elle était en tête de liste de ce que nous voulions ajouter, quelque chose qui soit le plus fin possible. Tout le mécanisme prend place entre la platine et la...

A Bâle, chez Breitling, les nouvelles vont par trois. «Nous nous devions de la faire et nous l’avons faite, une rattrapante», explique Jean-Paul Girardin, vice-président de la marque. Plus précisément, la Navytimer rattrapante. «ça nous a pris un peu de temps. Elle était en tête de liste de ce que nous voulions ajouter, quelque chose qui soit le plus fin possible. Tout le mécanisme prend place entre la platine et la planche de calendrier.» La rattrapante permet au chronographe de lire et mesurer des temps intermédiaires.

Ce nouveau mouvement, le B03, est entièrement manufacturé à La Chaux-de-Fonds. Il est certifié Cosc. «Il est logique de mettre ça dans la Navytimer. C’est une pièce qui a eu un grand succès», relève Jean-Paul Girardin. Le prix de cette édition illimitée en acier avec bracelet cuir est fixé à 10 240 francs.

Une ancienne tradition

La deuxième nouveauté a trait à un partenariat avec le groupe Rolex, plus particulièrement la marque Tudor. «Ce partenariat à long terme permet de mutualiser les compétences et les ressources dans le mouvement mécanique», souligne-t-il. «Tout en gardant les spécificités de la marque. Les gens sont surpris, mais ce n’est pas nouveau. Traditionnellement, ça se faisait. ça s’est perdu ces dernières années. C’est un exercice qui fait vraiment sens.»

Cette collaboration se traduit dans le modèle Superocean Heritage II. Son calibre, le B20, est un mouvement automatique bénéficiant d’une réserve de marche de 30 heures. Il est dérivé d’un calibre Tudor avec des finitions entièrement dédiées. «De notre côté, nous leur livrons un B01 dans une version dédiée», précise le vice-président de Breitling.

Plus compétitifs

Jean-Paul Girardin se réjouit de ce partenariat. «Nous devenons, en effet, beaucoup plus compétitifs en mettant en commun nos ressources industrielles, en gardant notre identité. C’est ça l’idée de cette mutualisation.»La troisième nouvelle, en fait, se traduit sous la forme d’une déclinaison du modèle Brightlight, l’Avenger Hurricane Military, et d’une nouvelle ligne destinée à un public plus jeune, la Colt. Ultra léger et d’un diamètre de 50 millimètres, le premier se pare de couleurs militaires avec une série limitée, l’Avenger Hurricane Military. Sa particularité est d’afficher l’heure sur 24 heures au lieu des 12 habituelles. Le second, équipé d’un mouvement quartz, se distingue par son prix, 1980 francs.

Accueil positif

Jean-Paul Girardin se dit satisfait de l’accueil réservé aux montres Breitling à Bâle. «La plupart de nos clients sont venus et l’accueil est très positif. Nous sommes très contents. Ce que nous présentons est bien en ligne avec Breitling. La première chose qu’il faut avoir est un beau produit. Breitling continue à innover. ça montre aussi la compétence sur le plan du mouvement mécanique et ce que nous voulons en faire.»

La marque a, malgré un contexte conjoncturel mouvementé, a connu une légère croissance l’an dernier. «Le début 2017 est dans la même tendance.» daniel droz


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top