Elections cantonales neuchâteloises 2017
 20.03.2017, 18:30  

Ces candidats qui briguent vos suffrages avec des profils bien affirmés

chargement
Ils sont 495 à tenter de briguer un des 115 sièges au Grand Conseil neuchâtelois.

 20.03.2017, 18:30   Ces candidats qui briguent vos suffrages avec des profils bien affirmés

Grand Conseil - Nous avons choisi vingt candidats au Grand Conseil parmi les 495 en lice pour le canton de Neuchâtel. Et nous vous proposons ci-dessous leur profil Smartvote en comparaison avec le profil des candidats de leur parti. Vingt candidats qui, soit jouent un rôle important dans la vie politique, soit ont un profil différents de leurs colistiers.

Jean-Paul Mathey-de-l'Endroit

 

Depuis plusieurs années, le service d’aide au vote en ligne Smartvote propose aux candidats à des élections en Suisse de définir leur profil politique en fonction de questions spécifiques à chaque élection. Cette année, pour la première fois, Smartvote s’intéresse aux élections cantonales neuchâteloises. Lundi après-midi, les trois quarts des candidats au Grand Conseil avaient déjà rempli leur profil Smartvote. Mais, selon les partis, le taux de réponse varie beaucoup: très bon chez les Vert’libéraux (près de 95%), bon au PLR, à l’UDC et au PS, il est médiocre chez les Verts (autour de 55%).

La soixantaine de questions permettent de positionner les candidats sur deux axes: un axe horizontal avec les questions concernant le clivage politique gauche/droite; et un axe vertical avec les questions aux dimensions culturelles ou sociopolitiques relevant l’opposition entre les points de vue libéraux-progressistes et les points de vue conservateurs.

Sur notre graphique, outre les candidats sélectionnés, nous retrouvons des cercles inégaux selon les partis: plus le cercle est grand, plus l’éventail des positions au sein du parti est large. Ce qui est par exemple le cas des partis de droite et des Verts.

Le service Smartvote, disponible sur notre site Arcinfo.ch (dossier Elections cantonales 2017), ne permet pas seulement de définir le profil politique des candidats. Il vous permet aussi, en répondant aux même questions que les candidats, de voir lesquels correspondent le plus à vos propres positions. Smartvote est disponible à la fois pour le Grand Conseil et pour le Conseil d’Etat.


Des positionnements parfois surprenants

Certains candidats ont des idées si bien affirmées qu’ils sont positionnés aux extrémités de notre graphique Smartmap. Le candidat le plus à gauche est le conseiller général popiste chaux-de-fonnier Nathan Erard. Parmi notre sélection (voir ci-dessus), le plus à gauche est Fabien Fivaz.

De l’autre côté de l’échiquier politique, le plus à droite est le conseiller communal PLR du Landeron Frédéric Matthey, avec à ses côtés un autre PLR, Bernard Schumacher de Gorgier. Presqu’aussi à droite, mais plus conservateur, on trouve sans surprise l’UDC Jean-Charles Legrix.

Sur l’axe vertical libéral/conservateur (avec une approche sociétale, lire ci-contre), on trouve tout en bas à droite trois candidats UDC du Val-de-Travers, dont Christiane Barbey-Weber, de Boveresse). Tout en haut à droite, outre le PLRde Neuchâtel Matthieu Aubert, on relèvera le positionnement du jeune conseiller général PLR de Peseux, Michele Barone. A gauche, un des plus «conservateurs» est le popiste loclois Cédric Dupraz.

 


À lire aussi...


Top