Neuchâtel Xamax FCS
 13.07.2017, 00:01  

"Un autre monde": Laurent Walthert évoque le match de Xamax contre Stoke City

Abonnés
chargement
A 22 ans, Djibril Cissé avait impressionné par sa prestance lors de la double confrontation européenne entre Auxerre et Neuchâtel Xamax en 2003.

 13.07.2017, 00:01   "Un autre monde": Laurent Walthert évoque le match de Xamax contre Stoke City

Chronique - Vous suivez leurs exploits sur le terrain. Mais connaissez-vous vraiment les footballeurs de Neuchâtel Xamax FCS? Une fois par semaine et jusqu’au terme de la saison, un joueur "rouge et noir" se livre sur des thèmes qui lui sont chers. Cette semaine, Laurent Walthert revient sur le match qui opposait Xamax à Stoke City.

«Nous terminons notre préparation en affrontant des équipes de très haut niveau. Ce fut le cas lundi face à Stoke City, équipe qui compte une pléiade de stars que l’on voit habituellement à la TV, si les enfants veulent bien faire la sieste!

Nous pratiquons le même sport qu’eux mais le style et les approches sont totalement différents. Bien sûr, ils commettent aussi des imprécisions techniques et font de mauvais...

«Nous terminons notre préparation en affrontant des équipes de très haut niveau. Ce fut le cas lundi face à Stoke City, équipe qui compte une pléiade de stars que l’on voit habituellement à la TV, si les enfants veulent bien faire la sieste!

Nous pratiquons le même sport qu’eux mais le style et les approches sont totalement différents. Bien sûr, ils commettent aussi des imprécisions techniques et font de mauvais choix, mais la plus grande différence se situe dans le niveau physique, nous ne sommes pas dans la même galaxie. Nous nous sommes confrontés à une réalité dont on ne se rend pas compte à la TV, la spontanéité, la violence d’une frappe par exemple. Mais, quand ils décident d’accélérer, on voit tout le travail qu’il y a derrière. Chaque «monde» est différent et peut-être que, quand nous jouons contre Colombier ou Fribourg, nos adversaires se disent que Walthert est un nain, que Nuzzolo ne court pas et que Karlen est maladroit.

Physiquement, ces joueurs de très haut niveau sont impressionnants. Je me souviens de la double confrontation contre Auxerre en Coupe de l’UEFA. C’était en 2003 et j’avais pris place sur le banc lors des deux matches. Quand je me suis retrouvé dans le couloir des vestiaires face à des gars comme Cissé, Mexès ou Boumsong, j’avais juste envie de leur dire «bonjour papa» tellement ils dégageaient une maturité hors-norme, tellement ils en imposaient. J’avais eu la même impression en croisant Steve Mandanda quand nous avions joué contre Marseille.

Le gardien de Stoke, Jack Butland, est de la même veine, même s’il a presque dix ans de moins que moi. Il a quand même joué une mi-temps contre la France récemment. Et nous avons aussi croisé Peter Crouch. Ce n’est pas un génie, mais quand un ballon est sur le côté toutes les sirènes s’allument, c’est l’alerte rouge. On sait que si un centre aérien arrive, c’est pour lui.

Nos deux mondes sont incomparables et je serais incapable de faire ce qu’ils font. Leur vie est tout de même agréable, mais aussi contraignante. Ils enchaînent les camps sans voir leurs enfants. Bien sûr, le jeu en vaut la chandelle, mais ils ne peuvent pas ‘faire un pet’de travers ou boire deux bières sans se retrouver en une du «Sun».

Nous nous sommes préparés soigneusement pour jouer sans complexes et ne pas prendre une «valise». Ainsi, nous conservons de bons souvenirs de ce match contre Stoke, sous forme d’anecdotes. On se souviendra de Corbaz qui se prend un ‘tunnel’par Imbula, ce qui nous permettra de le chambrer un peu, ou de Gomes qui couche deux fois Arnautovic.

Nous tenterons de faire de même ce soir contre Benfica. Face à Seferovic, Luisao ou Mitroglu, entre autres. J’aurais bien aimé me retrouver face à Ederson, un gardien hors-norme puisqu’il a été transféré cet été à Manchester City contre 40 millions d’euros. Mais à sa place il y aura peut-être Julio Cesar, qui gardait les buts brésiliens il y a trois ans à la Coupe du monde! Ce sera peut-être l’occasion de faire un selfie, je n’y ai même pas pensé l’autre soir.» epe


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top