Union Neuchâtel
 09.05.2017, 00:01  

L’acte IV comme si de rien n’était

Abonnés
chargement
Union Neuchâtel aura besoin de toute la détermination de David Ramseier (ici face à Paul Gravet) pour dompter une seconde fois les Lions.

 09.05.2017, 00:01   L’acte IV comme si de rien n’était

BASKETBALL - Union doit éviter le piège de l’euphorie, et Genève maîtriser sa frustration.

On dit que chat échaudé craint l’eau froide. Alors un Lion, forcément, c’est pareil, mais en pire. Battu au buzzer samedi dans l’acte III des quarts de finale des play-off, le fauve genevois va revenir ce soir à la Riveraine (19h30) avec des reliquats de frustration dans la crinière, à l’image de ces restes qui s’accrochent sournoisement à la pilosité des barbus mangeurs de soupe. Mais ils feront tout pour que cela ne se voie...

On dit que chat échaudé craint l’eau froide. Alors un Lion, forcément, c’est pareil, mais en pire. Battu au buzzer samedi dans l’acte III des quarts de finale des play-off, le fauve genevois va revenir ce soir à la Riveraine (19h30) avec des reliquats de frustration dans la crinière, à l’image de ces restes qui s’accrochent sournoisement à la pilosité des barbus mangeurs de soupe. Mais ils feront tout pour que cela ne se voie pas.

«On en a vu d’autres...»

«On va s’en remettre, on en a vu d’autres», assure le président Imad Fattal. «Ce qui laisse des traces, c’est la blessure de notre titulaire Marko Mladjan (lire ci-contre)... Nous avons laissé filer cette rencontre en commettant des erreurs. Nous avons de l’expérience et savons que cela ne doit pas se reproduire. L’euphorie de Neuchâtel, nous l’avons vécue en finale de la Coupe de Suisse face à Monthey. Pour être franc, je préfère avoir gagné la Coupe et perdu cet acte III... Il nous reste deux chances de finir la série, et nous allons tout faire pour essayer d’en saisir une des deux.»

En face, Union fera aussi un peu semblant. Comme si rien de spécial ne s’était passé samedi soir dans cette Riveraine chauffée à blanc (1315 spectateurs, chiffre à battre). Comme si c’était juste un match de basket comme un autre, avec un vainqueur à la fin.

«Aucune garantie»

«Après deux premières rencontres qui se sont jouées sur une ou deux possessions, ce succès valide le fait qu’il est possible de battre Genève. C’est tout», lâche le coach neuchâtelois Manu Schmitt. «Cela nous donne forcément plus de confiance et d’énergie, mais au-delà de cela, il n’y a aucune garantie. Nous restons dos au mur. Nous devons gagner chez nous comme Genève a su le faire chez lui. Nous comptons sur notre public pour y arriver. Je ne m’attends à rien d’autre qu’un nouveau match serré.»

Pour les fans de l’émission «Koh Lanta», Union n’a gagné aucun totem d’immunité en dominant Genève au terme d’un parcours de combattants. Il a juste remporté une épreuve de confort, dont on sait le côté éphémère. Pour les autres, Neuchâtel s’est juste offert le droit de continuer à rêver d’un duel avec Fribourg en demi-finale.

«Chaque match a son histoire, mais les ingrédients pour l’écrire restent les mêmes. Après, il faut jouer», résume Manu Schmitt. «En nous focalisant sur les secteurs dans lesquels nous pouvons avoir une influence, comme les rebonds et les pertes de balle. L’adresse est un paramètre fluctuant. Mais quand une équipe maîtrise le rythme de la rencontre et impose son jeu de passes, elle se crée les bonnes conditions pour être adroite.»

Après, il faut encore l’être.

Marko Mladjan «out»

Victime d’une entorse à une cheville pour être retombé sur le pied de Raimundas Danys après un shoot samedi, Marko Mladjan est «out» pour une durée indéterminée. «Danys fait une faute volontaire et crasseuse, un geste qui n’a pas sa place sur un terrain de basket», lâche Imad Fattal, le président des Lions. Le club ne déposera pas plainte auprès de Swissbasketball, «parce que nous ne sommes pas des pleureuses... Mais je demande aux arbitres d’être plus vigilants. On peut contester un shoot, mais pas mettre le pied sous le tireur. C’est interdit et ça doit être sanctionné.» Manu Schmitt n’a pas souhaité commenter ce fait de jeu.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top