Union Neuchâtel
 06.03.2017, 00:01  

Union réussit un sacré coup double

Abonnés
chargement
1/2  

BASKETBALL - Vainqueur d’un Monthey diminué, le club annonce l’arrivée de l’intérieur international David Ramseier.

Le dicton veut que les absents aient toujours tort. Or, samedi à la Riveraine, ils étaient au centre de toutes les conversations. Les blessés de Monthey en ce qui concerne le match. Et, en coulisses, le renfort unioniste, qui rejoindra sa nouvelle équipe aujourd’hui: David Ramseier, aussi bouillonnant que talentueux. Ou l’inverse (lire ci-dessous).

Au milieu de tout cela, une...

Le dicton veut que les absents aient toujours tort. Or, samedi à la Riveraine, ils étaient au centre de toutes les conversations. Les blessés de Monthey en ce qui concerne le match. Et, en coulisses, le renfort unioniste, qui rejoindra sa nouvelle équipe aujourd’hui: David Ramseier, aussi bouillonnant que talentueux. Ou l’inverse (lire ci-dessous).

Au milieu de tout cela, une rencontre de haut de classement, qui, si elle ne laissera pas de souvenir indélébile aux esthètes de la sphère orange, a valu son pesant de cacahuètes en termes de suspense. Et a permis à Union de renouer avec la victoire après les deux échecs face à Fribourg et Genève.

Ce succès contre Monthey, dauphin de Fribourg en LNA, acquis après une prolongation (90-84), laisse Union dans le haut du classement. Certes, les Neuchâtelois sont toujours cinquièmes, mais avec le même nombre de points que Genève et à deux longueurs de Lugano, troisième avec un match de plus. A deux journées du terme du championnat régulier, l’espoir de grappiller l’une ou l’autre place n’est pas illusoire. Et cela pourrait compter en vue du tour intermédiaire (lire ci-contre) et donc des play-off.

Savoy en verve

D’où la satisfaction bien légitime de Manu Schmitt: «Je suis très content de la victoire et de la manière, du moins sur certaines phases.» Car, honnêtement, Union avait les moyens de «tuer» le match avant «l’extra time», face à une équipe décimée par les blessures (Wood, Bavcevic, Young et Heath) et qui n’a aligné que deux joueurs étrangers, dont le nouveau meneur Barac Pankracije.

«Actuellement, il n’a pas plus de 20 minutes dans les jambes, mais j’ai dû le faire jouer plus de 42», lance le coach montheysan Niksa Bavcevic, par ailleurs très fier de la performance collective de ses ouailles. Un sentiment partagé par Jonathan Dubas: «Il nous a manqué une rotation pour tenir sur la longueur», affirme le joueur montheysan.

Mais pas de quoi gâcher le plaisir des locaux, surtout qu’avec la blessure de Schittenhelm, les possibilités de changements n’étaient guère pléthoriques dans les rangs neuchâtelois non plus. «Monthey reste une équipe redoutable, malgré les absences», assure Brian Savoy, logiquement désigné meilleur joueur d’Union. «Cela étant, c’est vrai qu’il nous manque un peu de fluidité dans le jeu. Il y a des phases durant lesquelles on stagne et on n’arrive pas à passer l’épaule.»

Le verre à moitié plein est évoqué par Manu Schmitt: «Nous avons encore une fois connu des périodes durant lesquelles nous avons commis plusieurs erreurs. L’aspect très positif est que nous sommes parvenus à les résoudre. Je suis très heureux de la volonté montrée par les joueurs. Des victoires arrachées de la sorte peuvent parfois produire un déclic.»

Si, à cela on ajoute l’arrivée d’un international helvétique, le pessimisme n’est assurément pas de mise.

Une «forte tête» pour se donner les moyens de viser le titre

«Le jour où je n’aurai plus d’ambition, j’arrêterai.» Le président unioniste Andrea Siviero explique de cette manière le «cadeau» qu’il vient d’offrir à son club: un international helvétique de renom, David Ramseier.

Le Franco-Suisse de 30 ans a remporté la Coupe de la Ligue et le championnat en 2015 avec les Lions de Genève. Joueur intérieur de 2m03, il bénéficie aussi d’une longue expérience en Pro A et B françaises dans les clubs d’Aix-Maurienne, Antibes, Nantes et Boulazac.

Autant dire qu’Andrea Siviero a dû plus qu’entrouvrir son portefeuille. «C’était indispensable. Il nous manquait quelque chose pour rivaliser avec les meilleures équipes. Or, ce n’est pas dans mon caractère de me dire ‘on fait ce qu’on peut cette saison et on essaiera d’être plus performant la prochaine’.»

Car, avec l’arrivée de Ramseier – qui devrait être qualifié pour le déplacement à Winterthour de mercredi – les objectifs sont clairs. «Nous nous sommes donné les moyens pour faire au moins aussi bien que les deux dernières années», affirme Andrea Siviero. Autrement dit, disputer la finale des play-off. En espérant une issue différente par rapport au passé récent.

Objectif possible, car, au-delà des qualités intrinsèques du joueur, toute l’équipe devrait gagner en équilibre. «L’arrivée de David renforcera notre secteur intérieur et permettra à d’autres joueurs d’évoluer à leur poste de prédilection. Actuellement, Raimundas Danys joue en ‘4’alors que c’est un ‘3’. Tony Brown pourra aussi optimiser son placement», prévoit Manu Schmitt.

Pour mesurer l’impact de ce renfort, toutefois, deux inconnues devront être rapidement levées. La première concerne le manque de compétition. David Ramseier pointait en effet au chômage cette saison. Il n’a plus joué depuis septembre et les matches de qualification de l’équipe nationale. «Je sais qu’il s’est entretenu physiquement, mais cela ne remplace évidemment pas la compétition», reconnaît Manu Schmitt. «Personne ne lui demande de miracles, mais je pense que son intégration se fera rapidement.» Le président prolonge: «Aussi parce qu’il connaît bien le championnat de Suisse.»

La seconde interrogation est d’ordre disciplinaire. Forte tête et caractère fougueux, l’intérieur a multiplié les écarts ces dernières années. On peut citer une exclusion d’un camp de l’équipe de Suisse en 2012, une bagarre avec l’ex-Fribourgeois Calasan durant la saison 2014-2015, des troubles dans les coulisses de la salle du Pommier face à Union et plus précisément Babacar Touré... Il est d’ailleurs encore en période probatoire: il a écopé de dix matches de suspension, dont cinq avec sursis pendant deux ans, pour s’en être pris à un arbitre lors d’un match des Lions à Lucerne, le 21 novembre 2015.

Pas de quoi affoler Manu Schmitt. «Je connais bien le joueur pour l’avoir entraîné aux Geneva Devils et je l’apprécie. Je suis aussi au courant de ses antécédents et lui-même est parfaitement conscient qu’il n’a pas le droit à l’erreur sur le plan du comportement. Mais je suis également convaincu que tout le monde peut s’améliorer et je lui fais confiance. Il n’y aura pas de dérapage.»

Car David Ramseier – qui s’est engagé jusqu’au terme de la saison – doit mettre à profit les prochains mois du côté de la Riveraine pour relancer sa carrière. «Je suis certain qu’au final, ce sera du gagnant-gagnant», prophétise le coach unioniste. Les toujours nombreux supporters unionistes en acceptent volontiers l’augure.

Union Neuchâtel - Monthey 90-84 ap (16-18 27-19 12-19 22-21 13-7)

Riveraine: 1055 spectateurs. Arbitres: Clivaz, Stojcev et Pillet.

Union Neuchâtel: Krstanovic (18), Mafuta (12), Savoy (24), Brown (18), James (12); Danys (2), Colon (4).

Monthey: Humphrey (24), Fosserat (0), Maruotto (19), Pankracije (15), Dubas (18); Fritschi (0), Grau (3), Maza (5).

Notes: Union Neuchâtel sans Schittenhelm (blessé). Monthey sans Bavcevic, Wood ni Heath (blessés). En outre, Young figure sur la feuille de match de Monthey mais ne peut entrer en jeu (blessé). Krstanovic et Humphrey portent le maillot de top-scorer. 12’12’’: faute technique sifflée à Danys. 15’41’’: faute technique sifflée à Pankracije. 39’11’’: Maze sort pour cinq fautes. 39’36’’: James sort pour cinq fautes. Brian Savoy et Markel Humphrey désignées meilleur joueur de chaque équipe.

En chiffres: Union Neuchâtel réussit 30 tirs sur 67 (45%), dont 20 sur 44 (46%) à deux points et 10 sur 23 (44%) à trois points ainsi que 20 lancers francs sur 27 (74%); 46 rebonds (9 offensifs et 37 défensifs), 11 passes décisives, 15 balles perdues. Monthey réussit 29 tirs sur 77 (38%) dont 21 sur 47 (45%) à deux points et 8 sur 30 (27%) à trois points ainsi que 18 lancers francs sur 22 (82%); 46 rebonds (15 offensifs et 31 défensifs), 13 passes décisives, 14 balles perdues.

Au tableau: 5e 5-10; 10e: 16-18; 15e: 33-26; 20e: 43-37; 25e: 47-42; 30e: 55-56; 35e: 63-65; 40e: 77-77..

Au rebond

formule Il reste deux matches à Union (mercredi à Winterthour et samedi 18 mars contre Massagno) dans le championnat régulier. Par la suite, les six meilleures équipes, déjà admises aux play-off, prendront part à un tour intermédiaire avec uniquement des matches aller, en gardant les points acquis jusque-là. Les équipes classées de la 1re à la 3e place au terme de la saison régulière joueront trois fois à domicile et deux fois à l’extérieur. Ce sera l’inverse pour celles figurant du 4e au 6e rang.

sarcasme «Ciccio» Grigioni, l’ex-manager général d’Union aujourd’hui à Monthey, fait contre mauvaise fortune bon cœur. Au sujet des nombreux absents dans les rangs valaisans, il déclare: «C’est moi qui les ai blessés, pour donner un peu de piment à ce championnat. Sinon nous dominerions trop facilement!»


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top