Union Neuchâtel
 08.05.2017, 00:01  

Union «s’arrache» pour rester en vie

chargement
1/6  

BASKETBALL - Grâce à une folle remontée, les Neuchâtelois s’offrent un quatrième match en play-off contre Genève.

Union est passé tout près des vacances les plus amères de son histoire récente. A deux minutes du terme de l’acte III des quarts de finale des play-off, pas grand monde n’aurait parié sur une issue autre que la victoire 3-0 dans la série de Genève.

Les Lions, auteurs d’une prestation d’excellent niveau face à des Neuchâtelois déterminés comme jamais, semblaient tenir leur os, et ce malgré la sortie sur blessure à la 26e de Marko Mladjan (lire également ci-dessous). Avec huit points d’avance à 1’18’’ du terme, que pouvait-il leur arriver?

Et bien, des lancers francs imprécis, moins de rigueur en défense, de créativité en attaque et, surtout, des pertes de balles rédhibitoires, ont permis à Union de rester en course. Jusqu’à ce que, à deux secondes du buzzer, Durand Johnson réussisse le panier primé le plus important de sa carrière helvétique. Avec ce succès acquis à l’arraché (78-77), les Neuchâtelois reviennent à 1-2 dans la série et auront l’opportunité d’égaliser demain, toujours à la Riveraine (19h30).

La tête entre les mains

Impeccable pendant une bonne partie de la rencontre, le petit meneur des Lions Chaz Williams bat sa coulpe. «Je me sens responsable de la défaite. J’aurais dû effectuer de meilleurs choix en fin de rencontre.» En particulier, cette balle qu’il a laissé échapper à sept secondes du terme et a permis à Johnson de renverser la vapeur.

«Je tire mon chapeau à Chaz. C’est rare qu’un joueur reconnaisse une faute. Mais il n’est pas le seul coupable. Comment peut-on prendre 24 points sur des pertes de balle? Comment peut-on laisser Johnson armer son tir en toute tranquillité à deux secondes du terme?», s’interroge le coach genevois Jean-Marc Jaumin, la tête entre les mains.

Toutefois, ce spectaculaire retournement de situation n’aurait jamais eu lieu si Union n’avait pas maintenu une pression de tous les instants sur son adversaire. «Nous y avons cru jusqu’au bout. Nous avons provoqué notre victoire», précise à juste titre Bryan Colon, qui s’affirme toujours davantage.

Si l’on se penche sur les performances individuelles des Neuchâtelois, force est de constater que le prix du meilleur joueur a été remis à Johnson plus pour l’aspect émotionnel et décisif de son tir final qu’en se basant sur une analyse globale.

Les deux leaders

A ce niveau, deux hommes se sont détachés samedi. Tony Brown semble avoir retrouvé l’aura qui était la sienne la saison passée, avant sa blessure à l’épaule. Régulateur du jeu, d’une redoutable adresse au tir (25 points, meilleur marqueur du match), il n’est pas resté 39 minutes sur le terrain par hasard. C’est le leader silencieux.

L’autre grand bonhomme s’appelle David Ramseier. Son énergie, sa présence physique, sa précision (100% de réussite en première période, 82% globalement) en font un leader aussi rugissant que discipliné (mais oui, mais oui…). Il lui a suffi de quelques semaines pour éliminer les dernières toxines héritées de sa période de chômage.

En ajoutant que Zoran Krstanovic et Brian Savoy sont capables d’un apport autrement plus significatif que celui de samedi et que le jeu collectif progresse constamment, tous les espoirs sont à nouveau permis.

Cependant, fidèle à son habitude, Manu Schmitt ne se laisse pas emporter par le torrent de l’euphorie. «Il ne faut pas croire que les Genevois vont s’effondrer parce qu’on les a battus sur le buzzer. D’accord, après sept défaites cette victoire nous donne un peu de confiance mais la donne n’est pas bouleversée pour autant.»

Rejoindre Fribourg

Le coach n’est assurément pas prêt à endosser le costume de favori. «Les deux équipes sont très proches: chaque match de cette série s’est joué à un ou deux possessions près. Nous devrons faire preuve la même envie, de la même rigueur défensive et de la même volonté de maîtriser notre jeu offensif, tout en progressant au rebond, pour passer.»

Fribourg, champion en titre victorieux 3-0 de Swiss Central, devra donc attendre avant de connaître son adversaire en demi-finale. Monthey, en revanche, qui a battu une troisième fois Lausanne, rejoint Lugano (qui avait fêté son 3e succès face aux Starwings vendredi déjà) à ce stade de la compétition.

Union NE - Lions de Genève 78-77 (21-23 21-16 12-18 24-20)

Riveraine: 1315 spectateurs. Arbitres: Clivaz, Herbert et Marmy.

Union Neuchâtel: Krstanovic (2), Mafuta (2), Brown (25), Colon (7), Ramseier (21); Johnson (10), Danys (6), Savoy (5).

Lions de Genève: Braswell (11), Williams (18), Ballard (11), Kovac (6), Mladjan (6); Louissaint (3), Grüninger (2), Timberlake (15), Gravet (5), Madiamba (0).

Notes: Union Neuchâtel sans Schittenhelm ni James (blessés). Les Lions de Genève sans Garrett ni Parker (étrangers surnuméraires). Krstanovic et Braswell portent le maillot de top-scorer. 25’17’’: faute technique à Timberlake. 25’17’’: Mladjan sort sur blessure. 26’33’’: faute technique à Danys. 26’33’’: faute technique à Jaumin, entraîneur de Genève. 34’27’’: Danys sort pour cinq fautes. 39’43’’: Braswell sort pour cinq fautes. Durand Johnson et Chaz Williams désignés meilleur joueur de chaque équipe.

En chiffres: Union réussit 30 tirs sur 67 (44,8%), dont 25 sur 48 (52,1%) à deux points et 5 sur 19 (26,3%) à trois points ainsi que 13 lancers francs sur 18 (72,2%); 27 rebonds (6 offensifs et 21 défensifs), 17 passes décisives, 9 balles perdues. Les Lions réussissent 28 tirs sur 63 (44,4%) dont 22 sur 42 (52,4%) à deux points et 6 sur 21 (28,6%) à trois points, ainsi que 15 lancers francs sur 21 (71,4%); 47 rebonds (16 offensifs et 31 défensifs), 16 passes décisives, 17 balles perdues.

Au tableau: 5e: 14-12; 10e: 21-23; 15e: 29-31; 20e: 42-39; 25e: 47-49; 30e: 54-57; 35e: 61-70.

Genève mène 2-1 dans la série au meilleur des 5 matches. Prochain match: demain à la Riveraine (19h30). Eventuel 5e match: jeudi 11mai au Pommier (19h30).

 

Au rebond

dossier La sortie sur blessure (cheville) de Marko Mladjan, incertain pour la suite de la série, a mis le coach genevois Jean-Marc Jaumin dans tous ses états. «Il y a un joueur qui met souvent son pied sous ceux des tireurs pour qu’ils se fassent mal en retombant. Et il n’est jamais sanctionné. Cela doit changer! Pour cela j’ai préparé un dossier que j’ai envoyé à la fédération.» L’entraîneur belge n’a pas voulu dévoiler le nom de la personne en question, mais, selon les images TV, il vise clairement le Lituanien Raimundas Danys.

diversifiÉ On connaissait la passion de Walter Gagg pour le football en général et Neuchâtel Xamax en particulier. Or, visiblement, l’ancien conseiller de Sepp Blatter à la tête de la Fifa s’intéresse aussi à la sphère orange puisqu’il a vibré samedi à la Riveraine.


  Vous devez être identifié pour consulter cet article

Top