Elections cantonales 2017 : faites gagner vos idées !

Nous avons récemment mis à contribution nos lecteurs de L'Express, L'Impartial et d'Arcinfo.ch afin qu'ils nous fassent parvenir leurs propositions au sujet du Canton, dont les plus innovantes ont été soumises aux 16 candidats au Conseil d’Etat.

Voici un florilège des idées reçues à ce jour :

 

MOBILITE

« A l’heure de la connectivité il me semble important que notre canton trouve des pistes qui permettent à la génération Z d’utiliser les moyens de transports en attendant la concrétisation du projet de mobilité 2030 qui permettra aussi de relier Neuchâtel à la Chaux-de-Fonds – pour un canton unifié… ». Nadia C., Marin-Epagnier.

« Je pense qu'il faut de toute urgence désenclaver le haut du canton en créant un tunnel qui débuterait au giratoire de la Brena à Auvernier, pour rejoindre d'une part Corcelles, le Val de Travers et conduirait les automobilistes jusqu'au Locle. Ainsi, on éviterait que le trafic doive être détourné sur la Vue-des-Alpes en cas de fermeture du tunnel entre La Chaux-de-Fonds et Neuchâtel. Et on soulagerait le trafic qui traverse Peseux et Corcelles." Marc R., Auvernier.

« Entre le haut et le bas, il serait judicieux de refaire circuler les trains régionaux et non pas uniquement les directs, afin que tous les habitants de tous villages qui se trouvent sur cette ligne, puissent en profiter en journée comme en soirée ! ». Miare, Montmollin.

« Une luge d'été depuis Chaumont à La Coudre et où de Chaumont à Savagnier.". Jérôme K., Neuchâtel.

« Dans L'Express du 7 janvier 2017, j'ai lu l'article "Système inédit d'étude des sols à tester". On y apprend qu'il y a certainement un grand nombre de cavités naturelles dans le Jura calcaire entre La Chaux-de-Fonds et Neuchâtel. Une superbe possibilité d'enfin construire le Transrun au prix nettement inférieur à ce qui a était calculé jadis. Il faut tout simplement passer la ligne à travers de ces cavités ce qui nécessitera bien moins de travaux de percement. Évidemment, la ligne ne serait pas tout à fait droite. Au lieu de 14 minutes, le parcours prendrait peut-être 15 ou 16 minutes, ce qui sera toujours bien plus rapide comparé à la ligne actuelle via Chambrelin ! ». Pierre E., Colombier.

« Je reviens sur l'idée soi-disant "farfelue" de Thiery Grosjean qui pourquoi pas un téléphérique depuis le bas via la région Vue-des Alpes-Chaux-de Fonds ? ». Jean B., Le Cerneux-Péquignot.

« Pour rapprocher le haut et le bas, il serait utile de prévoir un doublement du tunnel routier sous la Vue des Alpes. Peu importe l'heure de la journée, c'est soit complètement saturé ou proche de la saturation. ». Jean-Louis S., Neuchâtel.

« Et si le canton de Neuchâtel était le premier en Suisse voir en Europe, à relier par un Monorail, une région de lac à celle des montagnes. Ceci en passant par le col de la Vue des Alpes pour y déposer les touristes qui ne voudraient en aucun cas passer à côté d'une telle nouveauté. Vous voyez l'image et les visages des gens ébahis devant de tels panoramas. Aujourd'hui, techniquement tout est possible et le coût peut-être pas si éloigné des tunnels et de leurs multiples entretiens. ». Didier C., St-Sulpice.

« Comment reconstruire une cohésion cantonale ? Lors de la votation sur le Transrun en 2012 et jusqu'à aujourd'hui cette question m'a beaucoup interpellé, je souhaiterais en débattre personnellement avec un journaliste de votre rédaction ». Eric J., Les Ponts-de-Martel.

« Habitant du Paquier dans la commune du Val de Ruz, petit village sans poste, ni magasin, plus de Bancomat, pas de transport public, mais de nombreux sentiers pédestres passent par le Paquier et dans la région dont la route N°5 qui traverse la suisse à une étape au Paquier, pas de chambres d'hôtes ? On nous promets depuis bien des années un transport public qui relierait le val de Ruz à St-Imier, bus qui serait pris par beaucoup de jeunes qui étudient à St-Imier, le Paquier se dépeuple habite par des personnes âgées ou sans permis déménage notre voisine vend sa maison elle anticipe, une autre voisine déménage aussi fin mars toujours pour la même raison (pas de transport public) nous sommes en l'an 2017 partout ailleurs les transports de développent et pourquoi le Paquier n'a pas de transport public, nous payons des impôts comme tout le monde avec participation aux transports ? Est-ce normal ? Nous ne demandons pas un bus toute les 30 minutes mais que le Paquier doit desservi surtout que ce village fait partie du parc Chasseral ». Sylviane K.

POLITIQUE

« Il faut que tous les dirigeants montrent l'exemple aux citoyens, qu'ils gèrent les finances (nos sous), comme ils nous demandent de le faire pour nos ménages ! Arrêtez de dépenser ce que vous n'avez pas encore, réfléchissez à deux fois avant de prendre des décisions hâtives et onéreuses (écoutez le peuple, dès le départ !) et utilisez l'argent là où il est nécessaire. ». Lionel V., La Chaux-de-Fonds.

« "Impossible" vous diront nos chers politiciens, une collectivité ne se gère pas comme un ménage ! » Bernard S., Auvernier.

« Que les conseillers communaux du haut du canton viennent faire un "job rotation" dans le bas d'au moins 6 mois et que ceux du bas en face de même dans le haut du canton. Cela pourrait amener une autre vision des choses... ». Jérôme K. Neuchâtel.

« Cesser de favoriser la famille de ses petits copains de parti en engageant en qualité de cadre, à des postes clé de l'Etat de Neuchâtel, de personnes ne disposant pas compétences spécifiques nécessaires à donner entière satisfaction dans le poste (voir engagement de Mme Fabienne Cosandier née Kurth dans le département de M. Karakash, selon article dans L'Express). Cesser d'engager des cadres domiciliés hors du canton de Neuchâtel comme une partie des derniers arrivés au service de l'Emploi. Cesser de payer de hauts cadres durant des mois alors qu'ils ne travaillent plus pour l'Etat et ont été priés d'aller voir d'autres cieux (voir départ Mme Zumsteg). » Yann P., Fontainemelon.

« Et si au sein du Conseil d'Etat on échangeait les départements ? Il en sortirait certainement des bonnes choses ! ». Bernard S., Auvernier.

« Il nous mène en bateau sur tous les sujets HNE Mr Kurth. Les gens du voyage c'est la faute au neuchâtelois vous leur donné du travail déclaration Mr Favre. Tout est sous contrôle nous dit Mr Ribaux… Rien est sous contrôle, ils se sont promenés tous les jours avec la police à travers le Canton cette été. Mr Karakash ne fait rien pour baisser le chômage, il aime inaugurer de nouvelles fabriques pour nos voisins. Voulez-vous continuer comme ça, chers citoyens et citoyennes ? » Eric N., La Chaux-de-Fonds.

« Déplacer le siège cantonal des autorités dans les montagnes (le conseil d'Etat au Locle le Grand-Conseil à La Chaux-de-Fonds. Décentraliser son administration. Le lieu du pouvoir économique ne doit pas être également celui du pouvoir politique (ex: Zurich & Berne) ». Henri, La Chaux-de-Fonds.

« Elire le Conseil d'Etat par le Grand-Conseil avec possibilité de révocation. Cela aurait l'avantage de la cohérence entre le Grand-Conseil et le Conseil d'Etat et éviterait les élues "forte tête" ou incapable voire la législature 2013-2017. ». Henry, La Chaux-de-Fonds.

« À la vue de l'incapacité de nos autorités et des citoyens de construire ensemble, de se fédérer autour de propositions constructives et sensées pour notre avenir, je propose de lancer une initiative pour mettre les autorités neuchâteloises sous tutelle. ». Yann, La chaux de fonds.

TOURISME

« Redonner une vie touristique au site de Chaumont ! Le grand hôtel est fermé depuis bien trop longtemps, pourquoi ne pas faire un hôtel-centre thermal ? Cela créera des emplois dans le secteur hôtellerie-restauration, notamment, et attira peut-être d'autres investisseurs sur le site ?!" Gilles L., Marin-Epagnier.

« Vivre l’étranger ensemble ! Un programme d’échange entre Neuchâtel et l’Ur-Schweiz. Destiné à toute la population, mais surtout aux jeunes. Un-e citoyen-ne du Haut et un-e citoyen-ne du Bas partent en équipe en visite-échange en Suisse Centrale. Ils ont l’occasion de visiter ensemble (quelques jours, une semaine ?) une de ces villes ou villages où il n’y a pas de chômage, pas d’étrangers et peu d’impôts. Et ou on vote quasi systématiquement à l’opposé de Neuchâtel. Ensuite ils reçoivent chez eux, dans notre canton, Haut et Bas leurs hôtes de « l’étranger » afin de leur montrer les forces et motivations Neuchâteloises. ». Carol C., Neuchâtel.

« Les nombreux promeneurs qui passent par Tête-de-Ran n'ont plus le moyen de manger un morceau ou de boire un café car le restaurant n'existe malheureusement plus. Pourquoi ne pas réintroduire un petit restaurant qui fonctionnerait avec l'aide des requérants d'asile qui vivent sur le site. Tout le monde en sortirait gagnant : le Canton qui ferait montre d'un bel esprit d'ouverture et de solidarité, les promeneurs qui pourraient étancher leur soif ou s'offrir un plat du jour ainsi que les requérants qui se sentiraient utiles, qui auraient des contacts avec la population et qui seraient valorisés. Ce projet me semble réalisable sans que cela engendre beaucoup de frais ! ».  Brigitte A., La Chaux-de-Fonds.

EDUCATION ET FORMATION

« Organiser régulièrement (et dans le long terme) pour les classes de notre canton une randonnée pédestre par étapes faisant le tour complet du Pays de Neuchâtel. Chaque jeune Neuchâtelois prendrait ainsi la vraie mesure du beau canton qu'il a le privilège d'habiter. Ce serait une belle leçon de chose qui demeurerait gravée dans la mémoire de chacun. ». Léonard, F., Neuchâtel.

« Rendre obligatoire un cours / ou plusieurs comment éviter l'endettement donner ce cours à toutes personnes étant au chômage / en formation/ en dernière années scolaire cela aiderait beaucoup de gens ! Faire aussi un cours d'information sur le harcèlement scolaire car il y en a beaucoup plus que ce que l'on pense ! ». Leslie L., La Chaux-de-Fonds.

« Créer une formation pour devenir maman de jour avec un réseau qui est créé pour placer les enfants chez les mamans de jours qui auront fait cette formation, avec un tarif adapté aux salaires des parents qui font garder les enfants cela créerait des places de travail et désengorgerait les crèches et parascolaire (le canton de fribourg fait ce genre de choses qui fonctionne très bien!) ». Leslie L., La chaux de fonds.

« Un cours obligatoire dans tous les programmes d'enseignement, sur le respect de l'environnement et de ses habitants (humains et non humains). ». Rosita M., Neuchâtel.

« Je suis romand et voyage régulièrement dans tout le pays. Quand je vais en Suisse-italienne, je communique en italien-anglais avec mes compatriotes. Quand je vais en Suisse-alémanique, je communique en allemand-anglais avec mes compatriotes. Quand je vais dans les Grisons, je communique en français-italien-allemand-anglais avec mes compatriotes. Nous avons en Suisse une langue qui intègre un peu de français, un peu d'allemand, un peu d'italien, c'est le Rumantsh. Il suffirait d'un soupçon de volonté politique pour que ce soit la langue de ralliement officielle entre toutes les régions linguistiques en lieu et place de l'anglais. C'est une langue magnifique qui devrait primer sur l'enseignement des autres langues nationales, elle pourrait être le trait d‘union parfait du peuple. ». Daniel G., Genève

« Instaurer des cours obligatoires d'éducation sociale (sous forme d'ateliers pratiques, stages et jeux de rôle) en fin de scolarité afin de donner aux futurs jeunes adultes de notre société les outils pour éviter de tomber dans tous les pièges de notre société de consommation et de faire en sorte que ces cours soient adaptés aux évolutions technologiques de ladite société, dont voici quelques exemples : 1) Dangers du petit crédit et de la spirale de l'endettement 2) Gérer son budget en tenant compte des nécessités vitales et des devoirs de citoyens (impôts) 3) Les enjeux de la vie démocratique et de l'importance de tout un chacun d'y participer pour ne pas mourir idiot. 4) Comment gérer ses factures médicales et connaître le fonctionnement de sa caisse-maladie. 5) Internet c'est bien, mais les images que tu y donnes de toi te poursuivront toute ta vie ». Sandra B., La Chaux-de-Fonds.

« Il faudrait organiser un cours pour que les gens acceptent une parité financière et que tous les citoyens soient égaux devant le porte-monnaie. En effet, les décentrés par rapport à Neuchâtel ne doivent pas être plus ponctionnés car ils sont plus pauvres, en général, que les nobles du chef-lieu qui monopolisent les grosses paies. En plus ils doivent constamment se déplacer et les impôts des fonctionnaires coulent en direction du lac de Neuchâtel. Le clivage est en très grande partie provoqué par un sentiment d'injustice dans la répartition des tâches et des salaires ce qui provoque un sentiment profond de laisser pour compte et de ras le bol. ». André, Val-de-Travers.

« Il me semble qu'il faudrait insister sur la parité entre les genres dès le plus jeune âge (crèche, école enfantine et primaire) et pour ce faire rendre très attentifs les éducatrices et éducateurs à la petite enfance. Notamment sur les histoires racontées, les jeux organisés, la façon de s'adresser aux enfants (par exemple ne pas systématiquement partager "les filles d'un côté les garçons de l'autre"). Il me semble qu'il y a encore beaucoup à faire de ce côté-là et beaucoup d'études insistent sur l'importance d'agir dès le plus jeune âge. Peut-être faudrait-il organiser des formations continues obligatoires pour ce corps de métier (qui devrait donc être payé pendant cette formation, puisque obligatoire). Cette formation devrait bien entendue être dispensée par des professionel-le-s du domaine. »  Julia H., Neuchâtel.

« Dès la troisième année de l'école obligatoire (âge minimum 6 ans), imposer au minimum quatre courses d'école dans une autre région du canton que la sienne (avec petit cours préparatoire en classe sur l'histoire et la géographie du lieu choisi et définition de l'itinéraire train et/ou car et/ou bateau) et rencontre sur place avec une classe du lieu qui a pour mission de faire découvrir les spécificités de sa région à ses hôtes. Pourquoi ? les Neuchâtelois ne se connaissent pas et ne connaissent pas leur canton ». Charles H., La Sagne.

ECONOMIE

« Le soutien à la création d'une filière de "lait et produits laitiers équitables". L'industrie laitière n'offre pas aux producteurs laitiers un prix d'achat du lait qui soit économiquement rentable. En France, on trouve du "lait équitable" dans de nombreux commerces y compris chez les grands distributeurs. La grande majorité des agriculteurs neuchâtelois sont principalement dépendants de l'élevage bovin. Pourquoi peut-on acheter du café, des fleurs, des bananes, du chocolat "équitable" et pas du lait, de la crème ou des yoghourts ?". Marc T., Neuchâtel.

« Plus d'investissements pour les régions périphériques et oublier ce centralisme diviseur et dévastateur. ». Michel W. La Chaux-de-Fonds.

« La création d'une monnaie locale et le versement des salaires des employés de la fonction publique en partie dans cette monnaie. Une manière intelligente de lutter contre le tourisme d'achat et de favoriser nos commerces de proximité". Marc T., Neuchâtel.

« En réponse à la proposition de Marc ci-dessus (la création d'une monnaie locale et le versement des salaires des employés de la fonction publique) : pourquoi les employés de la fonction publique. Tous les employés ou personne. Y compris ceux qui n'habitent pas dans le canton ? ». Olivier G.

« Economie présentielle. Quelles sont les propositions des candidats-es pour développer une économie présentielle dans ce canton. Ex. qu'est-ce qui peut être fait/amélioré au niveau de la culture en termes d'offres (ex. musée, festival, etc.); ou encore, dans quelle mesure une monnaie régionale permettrait de développer une économie présentielles (ex. commerces locaux, etc.). ». Aurélien S., La Chaux-de-Fonds.

« Attirer des visionnaires leaders pour recréer le hub d'excellence académique et industriel de Neuchâtel d'antan (Dubied, Suchard, Portescap, Cyma, Parasitologie médecine Universitaire). Pourquoi Swatch ne s'est-il pas implanté à Neuchâtel ? Pourquoi les études de médecine et pharmacie ne sont pas/plus implantées à UNINE ? Pourquoi de grandes personnalités ont-elles quittées Neuchâtel pour réaliser leur vision ailleurs (pas seulement ChEdJeanneret, C. Chevrolet mais bien d'autres plus récemment) ? Neuchâtel a tout (théoriquement. Géographie, lac montagne/talents industrieux, pour réussir internationalement. En lieu et place Neuchâtel s'autodétruit par des guerre partisanes politiciennes qui se répètent sans cesse telle celle des origines du 1er mars et est en passe de devenir le canton sinistré économiquement de la suisse s'il ne réagit pas avec envie de sortir de sa zone de confort... Il pourrait réagir par ex. en créant un centre mondial des MOOCS/Universités, ou un centre de compétence spécialisé dans la technologie de la communication, des réseaux sociaux, ou encore un leader de robotique exosquelette) pour remettre Neuchâtel au centre de la carte suisse/européenne. L'attraction d'un ou deux leaders entrepreneuriaux mondialement connus grâce à la mise à disposition d'une infrastructure exceptionnelle fera boule de neige et pourrait créer le hub de Neuchâtel du 21 siècle. Y compris la résolution du drame tristement historique et kafkaïen du "transruine" UDC... ». Roger C. Binningen.

FISCALITE

« Un rabais d'impôt pour celles et ceux qui ont un jardin potager et ainsi avec une certaine autosuffisance contribuent à un environnement durable. ». Marc T., Neuchâtel.

« Arrêtez de nous bouffer avec les impôts et économisez. Dépenser plus que l’on a c’est fini, faites comme nous gérons notre ménage ». André T., Le Landeron.

« Rabais d'impôt pour les neuchâtelois qui bossent sur sol neuchâtelois ». Dominique F.

« Le canton TOUT ENTIER souffre d'un manque d'argent. Le canton doit s'unir et se battre pour en récupérer en créant de nouvelles sources de revenus plutôt qu'en taxant toujours ses habitants. 1) Création de macarons de stationnement pour le canton et non pas pour une ville. Les habitants du canton payent un prix dérisoire pour tout le canton, les autres un prix plus élevé. 2) Création d'une lettre ouverte à faire signer à tous les habitants du canton de Neuchâtel en demandant à la confédération d'augmenter le taux d'imposition des frontaliers.". Laura R., La Chaux-de-Fonds.

« Encourager les entreprises à assumer leur rôle social en permettant à celles qui paient correctement leurs employés de bénéficier de déductions fiscales supplémentaires. Il n'est pas normal que les entreprises qui octroient des salaires ridiculement faibles soient en quelques sortent sponsorisées par l'état sous forme d'aide sociale pour aider leurs employés à boucler les fins de mois. » Cécile, La Chaux-de-Fonds.

« Sachant que 2 neuchâtelois sur 3 ne paie pas ses impôts en totalité... Plutôt que de spéculer sur des intérêts que l'état ne verra jamais car souvent des arrangements sont conclus. Il serait plus facile d'instaurer un impôt à la source, ce qui donnera plus de liquidités à l'état car personne n'y couperait. De surcroît, une bonne majorité des gens ne s'endetteraient plus sur le dos de l'état qui souffre financièrement déjà bien assez. Alors c'est pour quand, cet impôt à la source ?!? ». David S., Cormondrèche.

« Les millionnaires augmentent considérablement dans notre canton et c'est tant mieux. Pourtant la paupérisation augmente chaque année. Il serait judicieux de revoir à la hausse le barème fiscal des personnes physiques pour sortir le canton de la misère. ». René S., Bevaix.

LOGEMENT

« Les prestations complémentaires paient diverses prestations aux personnes les plus défavorisés. Ceci inclut des prestations pour le loyer. Le chiffre maximum alloué à une personne pour le loyer est d'environ 1'100.- par mois au niveau fédéral. Ceci crée un appel d'air, dans des communes avec des loyers bas comme Le Locle. En effet, une personne qui paie un appartement 1 (1/2) dans la région lausannoise, se verra payer au Locle, un loyer de 4pces et demi. N'est-ce pas un manque d'égalité entre les personnes ? Les candidats peuvent-ils dire s’ils acceptent cela ? Ne sont-ils pas d'accord que ça participe à appauvrir une commune ? Pourraient-ils militer auprès de Berne pour que ces frais soient modulés selon les cantons ? On pourrait dès lors payer plus pour la prise en charge de l'assurance complémentaire et des frais maladie (qui ne sont pas pris en charge hors quote-part et franchise...). D'un point de vue général, le problème est le même qu'avec les frontaliers : on pait la même chose à des personnes qui ont des frais différents, c'est l'égalité, mais nous on veut la justice. », Nicolas, Le Locle.

« La possibilité de construire un habitat alternatif, yourte, caravane, tinyhouse, container... ». Françoise B.

« Pour encourager les citoyens à rester dans le canton, supprimer la valeur locative, éventuellement l’abaisser. Car pour la majorité c'est un complément pour la retraite ». Claude V., Le Prévoux.

SOCIAL

« Contrôler plus précisément les gens bénéficiant de l'aide sociale afin de voir ceux qui en ont vraiment besoin et ceux qui en profite et pousser les jeunes qui ont la flemme de travailler pour gagner leurs vies les obliger à travailler (même si c'est passer le balai en ville etc.) afin de réduire les coûts abusifs de l'aide social (ce qui plombe pas mal les comptes du canton !). Cela ferait déjà une belle économie et rendrait le canton un peu plus crédible ! Leslie L., La Chaux-de-Fonds.

SANTE

« Proposer un hôpital unique à Landeyeux afin qu’il soit au milieu du canton pour une éventuelle économie ainsi qu’enterrer la hache de guerre haut/bas et qu'il soit au milieu du canton (malgré la votation qu’il y a eu à ce sujet il y a quelques années). Leslie L., La chaux de fonds.

« Pour nos générations futures, étudier déjà maintenant un seul site hospitalier au Val-de-Ruz ». Jean B., Le Cerneux-Péquignot.

« Revenons sur la dernière votation des hôpitaux. La solution sortie des urnes ne me convient pas et n’est pas idéal pour la majorité des citoyens. Il faut oser revenir sur la solution d’un hôpital de pointe au Val de Ruz sur l’axe Neuchâtel La Chaux-de-Fonds, ce qu’il fallait faire il y a 20 ans en arrière, afin de rassembler le haut, le bas et le Val de Travers. Il doit encore être possible de réaliser ce projet sans dépasser les budgets pharaoniques de la rénovation de Chaux-de-Fonds. Remettre les immeubles existants à d’autres institutions et partir dans ce projet ferais aujourd’hui certainement l’accord de la majorité de la population. ». Bernard J., Boudry.

« Que les nouveaux élus s'engagent à que l'on puisse déduire intégralement les primes d'assurance maladie ». Claude V., Le Prévoux.

DIVERTISSEMENT

« Étant un jeune Chaux-de-Fonniers de 20 ans, avide de soirée en tout genre pour les jeunes de cette ville qui parait pauvre au niveau de fêtes, je pense qu’il serait bien de relancer le carnaval de cette ville qui a perdu de sa reconnaissance. En écoutant mes parents, et des quelques souvenirs flous qu'il me reste, je me rappelle d’un carnaval super, déguisé et festif ! Pourquoi ne pas utiliser la place du marché, en y installant une grande tente où une spécial silent party géante déguisé pour le carnaval aurait lieu ? Avec différents canaux, dont un dédié aux cliques du haut et du bas ? Avec un vote pour la meilleure clique ! Ou si la place du marché n'est pas adéquate, nous pourrions même utiliser polyexpo qui est, malheureusement "abandonné" par ses événements... Ceci est une proposition parmi d'autres, j'espère que mon avis sera au moins lu. Il ne faut pas oublier que les jeunes sont assez nombreux entre le haut et le bas, et que ce sont eux l'avenir, et qui peuvent rapporter de l'argent à la ville lors de soirée. ». Gabriel T., La Chaux-de-Fonds.

« Un bassin (piscine) à vagues artificielles. Le bassin (piscine) à vagues représente un business avec de multiples facettes. L’élément essentiel étant la vague adaptée à tous les surfeurs, ainsi que d’autres sports de glisse établit dans un complexe proposant aussi d’autres activités. ». Pierre-Alain, Colombier.

EMPLOI

« Laissez des places de travail pour les neuchâtelois ». Paulette I., Boudry.

DROIT

« Que cela soit les enfants qui juges les juges, le président des APEA, les assistants sociaux, les travailleuses sociaux, les professeurs, les psychiatres, les éducateurs de foyers et on verra si les enfants seront enfin pris en considération. Car l'inverse violent leurs droits. Ce sont des personnes à part entière et les adultes les ignorent mais sont capable de dire c'est pour leurs bien être alors qu’ils leurs imposent des choses qu’ils ne veulent pas, etc... À eux de décider si un ou les 2 parents sont bons… Et quand ils disent qu’un parent ou adultes les maltraite faut cesser de dire y a esprit de loyauté et manipulations des bons parents car le terme SAP n'est pas un terme reconnu médicalement et a été surtout inventé par Richard Gartner un adepte et prône la pédophile et dit que c'est bon pour le développement normal chez l'enfant mais ils ont pas honte les autorités de travailler avec ce terme pour salir les bons parents ? Les grandes nations l'ont banni et certains sont en train de le bannir à quand la Suisse qui en fera de même ? ». Jocelyne, Le Locle.

« Ce n'est pas formellement une proposition mais j'aimerais que vous demandiez à chaque conseiller d'Etat sortant pourquoi la loi (l'article 125 de la Loi sur les droits politiques n'a pas été respectée en fixant la date de la votation suite au référendum relatif au nouvel Hôtel judiciaire. Mes quelques notions de droit me rappellent qu'une loi est faite pour être respectée (même et surtout par le Conseil d'Etat). ». Jean-Denis S., Rochefort.

DIVERS

« L'unité cantonale ne passe pas par des artifices tels que des tunnels ou toboggans.  Il suffit de respecter la culture, les usages, l'histoire, les caractéristiques socio-économiques, de chaque région. Et de repartir les ressources fiscales et les investissements étatiques dans le respect de l'art 5 de la Constitution Neuchâteloise qui impose le respect de l'équilibre des régions. Si ces principes élémentaires sont respectés il n'est plus besoin d'inventer des gadgets qui ne visent que la forme ou le paraître sans s'occuper du fond et de l'être."  Freddy R., La Chaux-de-Fonds.

« Par exemple un journal qui représente un peu plus l'avis du peuple, et un peu moins l'avis d'un seul parti... ». Pascal Z.

« Un journalisme impartial aux idées, et qui décortique le comment du pourquoi, les tenants et les aboutissants, sans complaisance, partis, etc. ». Marc D.

« Toujours dans l'idée de rassembler les deux pôles du canton (on ne parlera plus de Haut et de Bas...) je proposerais que la marche républicaine débute pour une fois sur le parvis de la collégiale et se termine au Locle où l'on ferait aussi un tir de canon avant d'inviter les participants à une grande soupe aux pois. ». Blaise C., La Chaux-de-Fonds.

 « La reprise des idées de la création d'un grand Canton de l'Arc Jurassien (NE-JU-JUBE) qui pourrait régler les problèmes "haut-bas" et la question jurassienne. » Fabio P., Le Noirmont.

 « Pour ma part, je voudrais bien que certaines choses changent ou s'améliorent, soit: 1) que la votation du salaire minimum voté par le peuple soit clairement appliqué à tous les corps de métiers. Or ce n'est pas le cas, il y a les taxis qui sont toujours avec leur système de rémunération, et cela m’a valu des déboires avec la caisse du CCNAC. 2) Que l'on renomme l'ORP, car cet organisme est plus pour un contrôle des chômeurs que pour un réel organisme d'orientation. 3) Que l'on ouvre clairement le champ d'action de l'ORP sur l’extérieur ; cet organe fonctionne en vase clos, et regarde surtout à donner si possible un temps de travail dans ce qui est l'administration cantonale que communale. Or en ce qui concerne les employeurs privés, rien ! 4) Que l'on donne la préférence nationale à l'embauche par la même occasion. Les ORP's ont une banque de données sur les qualifications des chômeurs absolument grandiose. Et c'est très mal exploité. 5) Que l'on fasse comme en Allemagne, une quatrièmement année de chômage pour autant que le chômeur suivent une formation. 6) Dans la vie des gens, nous apprenons un métier, qui au fil du temps se perd, ou n'est plus suivit, et que les gens soient obligés de se reconvertirent sur le tas a un autre corps de travail. Il se doit d'être aboli le fait que parce que nous avons appris un métier, nous devons le garder toute notre vie, et toute autre formation est exclu ! 7) Pour la santé, que vous soyez innovants et osez des initiatives, comme par exemple la clause du besoin pour les nouveaux médecins et la quantité de pharmacies. 8) Vous pourriez alterner une année sur deux, la fêtes des vendanges se fasse une fois à La Chaux-de-Fonds et une fois à Neuchâtel. 9) Utiliser le passé des maisons horlogères pour une fois l'an, une fête de l'horloge soit, et qu'une maison connue ou inconnue de nous, soit à l'honneur, avec son savoir-faire, ses gens, ses ateliers, ou il se trouvait, les horloges ou montres qu'elles fabriquaient, aussi, si elles touchaient d'autres corps de métiers. Faite revivre le passé de chaque cité dans ce canton. ». Marc D., Bôle.

« Certains et la presse en particulier veulent absolument voir une cassure entre le haut et le bas du canton. C'est détourner le problème là où il n'est pas. Il faudrait une bonne fois pour toute que nos politiciens se penchent plus profondément dans les chiffres pour voir fleurir ou accepter des investissements hors de portée d'un canton dans les chiffres rouges, qui ne baisse pas les impôts de la région la plus chère de Suisse, qui réduit les prestations des plus démunis au bénéfice des entreprises qui n'ont jamais fait de si grands gains que ces 10 dernières années, qui a un taux de chômage défiant toute concurrence. Le service des impôts se paie même le luxe d'avoir des voleurs en son sein, un comble pour des comptables spécialistes ! Je propose, plutôt que de dépenser sans compter dans des projets coûteux qui ne rapportent rien de plus, de développer le tourisme, par exemple : sites lacustres attrayants, maisonnettes de vacances, guinguettes ou petits restaurants, traîneaux, promenades à cheval, jeux d'hiver et d'été, pistes- découvertes, parcours/circuits haut-bas culturels, sportifs, industriels, découvertes de la nature, de l'architecture, de l'histoire, dégustations, etc... Nous pourrions mieux exploiter toute cette richesse dont nous disposons entre lac, rivières et montagnes ... et engager de vrais experts financiers. ». Adeline, Corcelles.

« Je proposerais à vos candidats, et à vous ainsi que toutes personnes intéressées, de lire le petit livre (80 pages) de Thomas d'Ansembourg et David Van Ruybrouck, intitulé "La paix, ça s'apprend", paru tout récemment chez Actes Sud.  Il est littéralement bourré de bonnes idées et montre, entre autres, où commence la paix, à savoir en nous-mêmes.  Si nos élus pratiquent ne fût-ce qu’un petit peu de ces idées, il pourrait en ressortir beaucoup de bien pour le canton... et pour eux-mêmes ! ». Claire-Isabelle A., Neuchâtel.

« Faites un don pour le canton ! Les dons supérieurs à 1 million seraient récompensés par un titre honorifique genre "chevalier de Neuchâtel" et/ou par l'attribution du nom du donateur à un bâtiment/espace publique cantonal. ». Florent, Neuchâtel.

« Vendre le château de Neuchâtel et installer l'administration dans des locaux vides qui couteraient bien moins chers en les louant. ». David, La Chaux-de-Fonds.

« Bonne question aux oubliés du canton... Le Haut et le bas continuez de vous battre, nous on boit une absinthe à votre santé. ». Damien, Boveresse.

« Le canton de Neuchâtel cherche désespérément à retrouver une situation satisfaisante. J’aimerais vous proposer un projet pour la société, selon lequel les nombreux problèmes sociaux, économiques et politiques ne peuvent pas être résolus avec les méthodes actuelles. Au contraire, elles les aggravent encore davantage. Et les nouvelles me le confirment malheureusement chaque jour. Avec le document que j’ai envoyé à la rédaction d’Arcinfo.ch, je peux expliquer comment nous sommes arrivés dans la situation actuelle, où tout dysfonctionne, et comment nous pouvons rétablir une situation satisfaisante, stable et durable, donc rétablir la cohésion cantonale. Je serais ravie de pouvoir présenter ce projet aux 16 candidats au Conseil d’Etat. ». Régina M., Cernier.

Top